Interview : France de Griessen

France de Griessen FŽvrier 2011

Lundi est sorti en digital Electric Ballerina, le premier album de l’artiste complète France de Griessen.

Je dis complète, car cette rock’n’roll girl touche à tout. A la musique évidemment, mais aussi à l’aquarelle, à  la danse, ou encore au théâtre. Un mode de vie encore mal vu en France mais qui nous a vraiment donné envie de rencontrer cette artiste.

L’occasion de discuter il y a quelques jours, autour d’un café, de cet album dans lequel se reflète aussi l’univers très large de France.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour France,

Ton premier album Electric Ballerina contient vraiment de très nombreux styles d’une chanson à l’autre. Est-ce une manière de montrer tout ce que tu sais faire ?

Ce n’est pas une démonstration, depuis que je suis toute petite la musique c’est vraiment ce qui m’a donné le plus dans la vie, et du coup je vais voir beaucoup de concerts. Et ce qui m’a marqué souvent c’est que je n’aimais pas quand tout était pareil, avec toutes les chansons dans le même style. Même si j’aimais beaucoup le groupe ou l’artiste, à un moment donné, ça m’embêtait. Et il se trouve que quand moi j’ai eu à m’exprimer c’est ce ressenti qui est revenu, mélangé avec mes influences diverses. C’est vraiment pour montrer toutes les facettes de mon univers et je serais très malheureuse si je ne devais en montrer qu’une seule. D’un point de vue marketing, je te dirais que des gens avec qui j’ai choisi de ne pas travailler m’avaient conseillé de cacher l’une ou l’autre de mes facettes.

Il y a des femmes dans la musique, en qui tu te retrouves ou qui t’inspire un peu ?

Moi j’aime à la fois Marie Laforêt, Courtney Love, L7, Marianne Faithfull, Nico (du Velvet Underground). On pourrait se dire qu’elles sont très différentes ces femmes, mais je trouve qu’elles ont quelque chose de commun. Déjà je trouve qu’il y a un chant très instinctif et surtout elles ont un côté un peu « sorcière » dans le bon sens du terme. Elles sont connectées à l’instant, à la nature, elles évoquent quelque chose de fort qu’on aime ou qu’on n’aime pas. C’est un peu le fil rouge qui relie les choses que j’aime.

Tu écris, composes et interprètes, peux-tu nous dire comment tu as travaillé cet album ?

Pour cet album j’ai co-composé les musiques avec Shanka de No One Is Innocent. Au début je lui ai juste demandé de collaborer sur quelques titres et puis nos idées de compositions marchaient tellement bien ensemble que l’on a continué. Les textes, je les ai faits toute seule et la manière dont ça se passe est assez variable (rires). Parfois j’ai d’abord une idée de mélodie à la guitare et puis le texte peut venir, c’est un processus assez complexe. L’inspiration peut venir de quelque chose de vécu, que j’ai vu en me promenant etc, cet album est assez personnel et je suis partie de l’inspiration du conte d’Andersen, Les chaussons rouges.

Electric Ballerina sort dans un premier temps en digital dans très peu de jours. Comment te sens-tu ?

Contente. Je suis très très heureuse car déjà aujourd’hui ce n’est pas facile de sortir un disque. Donc déjà je suis contente d’avoir trouvé des gens qui ont cru à mon projet et qui ont eu envie de m’aider et de me signer. Par contre je ne pense jamais à comment ça va être reçu par les gens, dans le sens où je fais tout avec mon cœur, à l’instinct, je n’ai donc pas de choix de faire en fonction de ce que les gens aimeraient.

Tu attends plus impatiemment la sortie digitale ou la sortie physique en septembre ?

Physique ! Etant une énorme fan de musique, j’aime le support. L’intérêt du digital c’est que ça te permet de vendre ta musique dans le monde même si tu n’as pas de distribution. Maintenant, je collectionne les belles pochettes et pour le digipack qui va sortir on a vraiment fait quelque chose de beau. C’est un trois volets avec impression mat et un petit livret avec les textes et des aquarelles. J’espère que les gens auront envie de se procurer l’objet car j’ai vraiment mis beaucoup de choses dans la conception.

france-de-griessen-electric-ballerina-cover

Le Mediateaseur remercie une fois de plus France de Griessen pour sa disponibilité, sa simplicité et son sourire. Nous espérons vous avoir donné envie de découvrir cette artiste dont nous vous reparlerons sans aucun doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *