Interview : Kevin Miranda

kevin-miranda-interview-mediateaseur-home

Nous vous l’annoncions ici hier en vous parlant d’Hollywood Girls sur NRJ 12, Kevin Miranda, l’un des comédiens du programme, est notre invité du jour en interview.

Un entretien réalisé juste après la diffusion du premier épisode que lui, comme moi, visionnions pour la première fois, l’occasion de parler un peu du programme, de son rôle et de la télé-réalité.

Bonne lecture,

 

*****

 

Bonjour Kevin,

Tu fais partie du casting d’Hollywood Girls, est-ce que tu peux nous dire un peu de quelle manière tu est arrivé sur ce projet ?

On m’a appelé 1 mois et demi avant en me disant : « voilà, il y a un projet où l’on te pressent, viens à un casting ». Donc je pensais que c’était un casting mais en vérité j’étais déjà pris avant de passer quoi que ce soit. La production me connaissait évidemment sur Les anges de la téléréalité et j’imagine qu’ils me faisaient confiance. Je suis le seul à avoir postulé pour mon propre rôle et je n’ai fait que quelques essais vraiment basiques et ça s’est vraiment bien passé.

Une fois que tu as su le concept, as-tu accepté facilement d’en faire partie ?

Ah oui très facilement. C’est un pur bonheur car déjà je suis un grand fan de séries dont notamment Friends et c’est ça ici, le programme parle d’une bande de potes qui viennent de milieux divers. C’est difficile de le voir au premier épisode mais on le voit plus tard, il y a une vraie amitié qui s’est créée en travaillant tous les jours et aujourd’hui je peux dire que ce sont de vrais amis.

On dit toujours que ce sont des fausses amitiés dans la télé-réalité, tu en penses quoi, toi, vu de l’intérieur ?

C’est intéressant comme question (rires). J’ai toujours fait de la télé-réalisté, la première (Dilemme NDLR) j’y suis arrivé un peu par hasard, mais pourquoi j’ai remis ça sur Les anges, ici, et que je serais prêt à le refaire si le projet est intéressant, c’est que c’est toujours une aventure humaine extraordinaire. On crée des amitiés au bout de 48h qui sont vraies mais en général à la fin de tout ça chacun retourne chez soi et on se rend compte que parfois c’était du pipot, mais sur l’instant elles sont vraies. Après c’est ce que moi, je pense.

Tu retrouves ici ton pote Kamel ?

Kamel, c’est une de mes plus belles rencontres depuis ces dernières années, c’est un pur bonheur d’avoir fait ce programme avec lui.

Est-ce que justement certains noms d’autres participants auraient pu te faire renoncer à intégrer ce programme ?

Absolument pas. Quand je suis arrivé, je ne savais pas que c’était avec d’autres personnes issues de la télé-réalité donc je trouvais ça cool que venant de ce genre de programmes on me laisse une chance de jouer dans une série. Et quand je suis arrivé et que j’ai vu qu’il y avait Caroline, Ayem et Kamel, j’ai été légèrement déçu en me disant « ce n’est pas ce que je pensais et ça m’avait embêté ». Je me suis dit « mince, c’est quoi comme concept ? Dans quoi je vais encore aller ? » mais au final ça rend vraiment bien, je trouve. Et pourtant j’ai horreur de me regarder car je ne vois que mes défauts, je suis très objectif et, de ce que j’ai vu dans ce premier épisode, je trouve que ça va bien.

Tu as encore le rôle du beau gosse de service, ça te déranges par moment ?

En fait c’est super flatteur vraiment, mais des fois on a envie de montrer autre chose et je suis très content car mon personnage ce n’est pas seulement un beau gosse, il est très profond, assez noir et très intéressant à jouer. Après oui on me demande d’être en débardeur ou torse nu et même si je fais du sport c’est parce que ça fait parti de mon univers de vie, ce n’est pour que l’on montre mes muscles. Ce n’est vraiment pas ça à la base et j’espère aussi qu’on ne m’as pas pris que pour ça.

Peux-tu nous dire justement 2 mots sur ce qui pourrait arriver à ton personnage ?

Il n’est vraiment pas un personnage lisse, il lui arrive des galères, il est avec quelqu’un et tombe amoureux de quelqu’un d’autre, il y a une espèce de triangle amoureux. Il va aussi parfois faire des choses qu’il n’aimerait pas faire pour arriver à ses fins de devenir acteur. Le rôle du méchant est bien plus intéressant à jouer que celui du gentil.

Grâce à la télé-réalité, tu as pu jouer dans un petit film aux Etats-Unis, tu peux nous en parler un peu ?

Ca s’appelle Cash Collector, c’est un film indépendant américain à petit budget. C’est un film d’action-comédie, je vais faire une référence mais tout le monde ne connaît pas, ça ressemble un peu à Pow. C’est un film d’arts martiaux avec un humour très spécial et absurde et qui m’a en plus permis de jouer avec l’un des acteurs de Pow qui est producteur sur ce film. Pour moi, c’est énorme et puis j’ai pu faire des cascades, une poursuite en voiture, j’ai tiré au flingue, c’est génial. Ce n’est pas un grand rôle ni un grand film mais en France on ne m’aurait pas donné l’occasion de faire quelque chose comme ça.

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Kevin Miranda pour sa disponibilité. Pour suivre Hollywood Girls, c’est tous les jours sur NRJ 12 à 17h45.

2 thoughts on “Interview : Kevin Miranda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *