Interview : Fabrice Hourlier

fabrice-hourlier-interview-mediateaseur-home

Depuis 3 semaines, France 5 propose le dimanche après-midi l’adaptation du livre Métronome de Lorànt Deutsch en docu-fiction. En 4 épisodes, dont le dernier sera diffusé demain, nous revivons vingt siècles de l’Histoire de Paris. Ce programme raconté par l’auteur est une prouesse technique car entièrement tourné sur fond vert, et on doit ce travail au réalisateur Fabrice Hourlier.

Celui-ci a accepté très facilement de répondre à nos questions pour tout savoir du travail autour de ce programme. Un entretien à lire dans son intégralité ci-dessous.

Bonne lecture,

 

*****

 

Bonjour Fabrice,

Vous êtes le réalisateur du docu-fiction Metronome. Qui est venu vers qui pour collaborer ensemble sur ce projet entre vous et Lorànt Deutsch ?

C’est France Télévision qui nous a mis en contact. Moi je finissais mes 2 derniers films qui étaient Le Destin de Rome qui ont depuis été diffusés sur ARTE avec un joli succès d’audience. France Télévisions a vu des extraits de mon film. Ils avaient le projet du Métronome en main depuis 1 an et demi, ils avaient essayé différentes boites de production parisiennes disons « classiques » qui leurs ont proposé des projets « classiques ». Et après avoir vu mon film, ils se sont dit on va mettre les 2 en contact. C’est comme ça que j’ai rencontré Lorànt.

Aviez-vous lu le livre vous-même avant cette rencontre ?

Non je n’avais pas du tout lu le livre avant. Je l’ai découvert à cette occasion-là.

J’imagine que lorsque l’on vous propose un tel projet vous êtes content ?

Oui c’est tout à fait vrai. J’ai lu après le livre 3 fois de suite, une fois comme lecture en laissant la balade se faire, puis dès la deuxième, je suis entré dans les détails techniques pour essayer de voir dans quelle mesure ce que l’on savait faire à Indigènes et ce livre pouvait se mélanger.

Pouvez-vous nous parler un peu du travail en amont avant les tournages ?

Dans un premier temps il y a eu un gros travail d’adaptation du livre pour arriver à un scénario au format de la télévision. Donc il a fallu extraire d’un côté les séquences qui méritaient d’être reconstituées, et de l’autre, sélectionner les endroits où on allait tourner. Quand ça a été fait, on a préparé les séquences de reconstruction que ce soit au niveau des costumes, des sources etc, et puis on a fait les demandes d’autorisation pour aller tourner en extérieur.

Y a-t-il eu justement des problèmes d’autorisation de tournage ?

Oui il y en a eus. Certains monuments étaient en restauration comme Le Palais de la Cité ou la Conciergerie donc malheureusement on n’a jamais pu aller tourner les extérieurs comme l’Horloge, la Tour Clovis, des choses comme ça, à cause des échafaudages. Et ensuite un autre lieu nous a refusé l’accès, au 14 rue Pierre Nicole, c’est la première cathédrale souterraine qui est une crypte où Saint Denis a fait ses premiers baptêmes. Malheureusement cet endroit est en-dessous d’une propriété privée et le syndic n’a jamais voulu nous donner l’accès à cet endroit sous prétexte que c’était privé et qu’il ne voulait pas se faire envahir par une horde de touristes. C’est un peu dommage car ça appartient vraiment au patrimoine culturel de la France, même si je peux comprendre que ça pose quelques désagréments d’avoir un lieu comme ça. Mais si on avait eu l’accès, on aurait pu vraiment montrer comment il est, alors que là, ca suscite encore plus de curiosité. Le seul truc que l’on a pu faire sur cet endroit-là, c’est que Lorànt avait pu y entrer quelques mois auparavant et la personne qui l’accompagnait l’a filmé à l’intérieur de la crypte avec son téléphone portable, c’est pour ça qu’on a fait ce montage comme ça. Sinon pour ce qui était public, on a eu toutes les autorisations sans problème.

Combien de temps environ a pris le tournage d’un épisode ?

Pour un épisode c’est dur à dire car on a tout combiné. Ce que je peux dire c’est que le tournage sur fond vert c’est 2 semaines, 2 fois 5 jours pour les 4 épisodes, et le tournage extérieur ça a été entre 4 et 5 semaines. Et tout ça s’est étalé sur 7 mois. Et avant il y avait eu un gros travail d’écriture car avec Lorànt on a mis 1 an pour adapter le livre en 4 scénarios. Dès qu’un scénario était prêt on lançait les tournages. Et une fois les tournages finis on a attaqué toute la post-production des 4 films à savoir les incrustes, la synthèse, les étalonnages et toute la 3D qui habille le programme. Ca a été étalé sur 8 mois.

Est-ce que vous avez du faire face à des difficultés techniques majeures ?

Non il n’y a pas eu de difficultés techniques. La vraie difficulté c’est qu’on raconte 2000 ans d’histoire et donc l’histoire est matière à polémique, c’est une matière vivante qui évolue  en fonction des découvertes des historiens etc. Ca c’était une vraie complexité car en général sur mes films je traite d’une période de 10 ans et il y a déjà des polémiques donc vous imaginez là sur 2000 ans (rires).

Le succès est au rendez-vous à chaque diffusion, vous en êtes ravi je suppose ?

Alors oui je suis content, le succès d’audience c’est toujours flatteur. Mais là où je suis vraiment content, c’est un succès d’audience avec un thème comme l’Histoire. On peut lire des critiques à droite ou à gauche, mais on n’a pas du tout la même puissance de feu qu’une chaîne comme France 2 et notre programme ce n’est pas The Voice, soyons clair, donc fabriquer un programme de cette manière-là, en racontant l’Histoire avec un certain mode de narration, et que ça rencontre le public, ça c’est top.

Avant de vous laisser avez-vous des projets en cours dont vous pourriez nous parler ?

Là je termine 2 films que je livre au mois de juin, ça s’appelle Au nom d’Athènes. C’est dans le même style que Le destin de Rome donc entièrement tourné sur fond vert en costume d’époque. Ca se passe 500 ans avant Jésus-Christ, on raconte les 2 invasions de la Grèce par les Perses à l’époque de Darius et Xerxès. C’est exactement la même période que le film 300. C’est la bataille de Marathon qui est une grande bataille terrestre que les Grecs ont gagné et 10 ans plus tard Xerxès, le fils de Darius est revenu, et ça s’est soldé par la bataille de Salamine, une grande bataille navale où la Grèce a encore gagné. Les 2 films racontent ces histoires-là.

metronom-photo-promo

Le Mediateaseur remercie encore Fabrice Hourlier pour sa disponibilité et pour nous avoir parlé avec autant de passion de cette émission. Le dernier épisode de Metronome sera diffusé demain à 16h45 sur France 5. Et si vous avez raté ce programme, le double DVD est déjà disponible dans le commerce.

One thought on “Interview : Fabrice Hourlier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *