Interview : Bonjour Ivresse !

bonjour-ivresse-interview-mediateaseur-home

Cela faisait un petit moment que nous ne vous avions plus parlé de la pièce Bonjour Ivresse ! de Franck Le Hen qu’il a mise en scène avec Christine Giua.

Pour la période estivale, la troupe présente au Théâtre Le Temple a complétement été modifiée et nous avons eu le plaisir de rencontrer pour une interview Ariane Mourier (Marie), Romain Thunin (Benoit), Nicolas Vitiello (Raphael) et Mélanie Kah (Wanda).

4 entretiens faits séparément dont les réponses ont été regroupés ci-dessous.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour,

Vous êtes tous les 4 à l’affiche de la troupe estivale de Bonjour Ivresse, pouvez-vous nous dire de quelle manière vous êtes arrivés sur le projet ?

Ariane Mourier : Et bien j’ai rencontré Franck alors qu’on jouait dans le même théâtre, La Grande Comédie, dans des pièces différentes et il m’appelé quand il a fait passer les castings, tout simplement.

Romain Thunin : En fait, sur ma première mise en scène qui s’appelle Croque-moi qu’on a monté à La loge Théâtre et à La comédie de Paris, l’auteure, Adélie Gintrand, m’a présenté Franck Le Hen, et on s’est de suite entendu dans le travail. S’en est suivi Les homos préfèrent les Blondes, Franck a eu le même problème de changement d’équipe et avait fait appel à moi, et on a donc refait équipe ici pour Bonjour Ivresse.

Nicolas Vitiello : En fait, Franck Le Hen, je le connais depuis un petit moment. Il savait que j’étais amoureux de la pièce que j’avais déjà vue 6 ou 7 fois car c’est une très bonne comédie pour moi, et il m’a dit « voilà, on fait une équipe de remplacement pour cet été, veux-tu passer les essais ? ». Et donc j’ai passé un casting comme d’autres et il m’a sélectionné donc maintenant j’ai la chance d’en être à l’affiche.

Mélanie Kah : Très simplement, il y a eu une annonce, j’ai répondu et j’ai été sélectionnée par photo. J’avais postulé même si je n’y croyais pas trop car dans l’annonce pour le personnage de Wanda il fallait une actrice un peu ronde. J’ai passé l’audition et bien on m’a prise donc c’est une belle aventure.

Ariane Mourier

Aviez-vous déjà vu la pièce avant d’intégrer le casting ?

Ariane Mourier : J’avais déjà vu la pièce, oui, car j’ai une très bonne amie qui jouait le rôle que j’ai repris donc j’étais allée la voir sans savoir que j’allais le faire après.

Romain Thunin : Ces derniers temps j’ai beaucoup joué et je suis parti en tournée donc je n’ai pas eu trop de temps à moi et j’ai vraiment pu voir la pièce quand Franck m’a proposé le rôle et je regrettais de ne pas l’avoir vue avant.

Mélanie Kah : Oui, j’étais allée la voir quand j’ai vu l’audition et que j’ai su que je devais la passer. J’avais vu l’affiche plein de fois mais on n’a pas tout le temps de tout voir, et là j’ai pris mon billet sans rien demander et je me suis dit en la voyant « j’espère que je serais prise ».

Est-ce qu’en voyant la pièce, vous vous imaginiez jouer dedans un jour, et à quel rôle ?

Romain Thunin : Pas du tout, moi c’est vraiment l’aventure avec Franck qui m’intéressait et j’avais dis oui par principe avant de lire et de voir la pièce.

Nicolas Vitiello : Non pas du tout, je ne pouvais pas penser que j’intégrerais le casting. C’est la deuxième fois de ma vie que ça m’arrive, j’étais fan aussi des Amazones il y a quelques années et on m’avait appelé pour faire un remplacement et c’était un rêve. Et là c’est pareil mais je ne me serais pas imaginé dedans. C’est un beau cadeau.

Mélanie Kah : J’aimais bien les 2 rôles. Le personnage de Marie est bien avec ce côté très coincé qui se décoince. Wanda est plus brute de décoffrage, c’est très différent mais les 2 me plaisent.

Romain Thunin

Comment vous en tant qu’acteur, vous avez appréhendé de reprendre un rôle qui existait déjà et qui fonctionne bien ?

Ariane Mourier : C’est toujours un peu délicat, d’autant qu’il n’y avait pas beaucoup de temps. Je suis d’abord partie de ce que j’avais vu sur la captation car il fallait être efficace rapidement et mes collègues qui ont joué Marie l’ont fait très très bien. Et après c’est vrai qu’il faut déconstruire ce qu’on a vu pour se l’approprier à soi. Voilà je suis passé d’abord un peu par le mimétisme pour savoir faire au moins ce qui était déjà fait et après j’ai tiré un peu plus vers moi et ce que j’étais pour être plus naturelle.

Romain Thunin : C’est toujours difficile mais ça fait aussi partie du métier. C’est toujours agréable de se voir confier des premiers rôles, mais évidemment ça confie un trac en plus car on ne rentre pas dans les rails de la création d’un personnage mais dans une reprise. On a un peu une obligation de résultat avec pas tout à fait les mêmes angoisses que sur une création mais c’est toujours le même travail d’aller chercher la sincérité du personnage.

Nicolas Vitiello : C’est assez bizarre. C’est un nouveau challenge pour moi. Frank Delay était très bien dans le rôle et j’essaye de ne pas m’en inspirer pour apporter une nouvelle fraicheur. Mais je suis très à l’écoute des metteurs en scène et ils nous laissent jouer avec nos humeurs ce qui donne un Raphael un peu différent. Et puis déjà physiquement on ne se ressemble pas donc c’est un autre jeu (rires).

Mélanie Kah : Je l’avais déjà fait sur d’autres pièces donc ce n’était pas forcément quelque chose qui me faisait peur. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est d’arriver sur une pièce qui fonctionne, là il y a un challenge supplémentaire car tu ne peux pas te louper. Il y a une petite pression mais c’est plutôt détendu.

Nicolas Vitiello

Vous avez eu l’occasion d’apporter des idées sur votre façon de jouer ou de voir le personnage ?

Ariane Mourier : Complétement, il y a des directions qui sont immuables, etc… mais ils nous ont laissé la liberté de ne pas faire de copier-coller et c’est ça qui est bien.

Romain Thunin : C’est pas tellement changer, c’est plutôt se l’approprier. On peut toujours faire des propositions oui, car Christine et Franck sont toujours ouverts mais ils savent aussi très bien comment marche la pièce et ne disent pas oui à tout.

Mélanie Kah : Oui et c’est ça qui est vraiment bien car n’ayant pas eu beaucoup de temps pour répéter, naturellement on essaye de se plaquer sur la comédienne qui a créé le rôle, mais Christine et Franck m’ont bien laissé ma place et ma façon de proposer les choses donc c’est cool.

Quelle est votre réplique préférée de la pièce que ce soit de votre personnage ou non ?

Ariane Mourier : En terme de réplique, je ne sais pas si j’en ai des préférées, c’est surtout des moments de jeux que j’aime beaucoup comme le moment du quiproquo au milieu de la soirée quand on se rend compte que l’invité n’est pas forcement celui qu’on croit. Mon personnage à un taux d’alcoolémie très élevé et j’aime beaucoup ce moment-là.

Romain Thunin : J’en aime beaucoup,  je ne sais pas encore trop car il y en a beaucoup qui me font rire. Dans les miennes on va dire « C’est décidé demain j’arrête. De boire ? Non de me réveiller » Mais c’en est vraiment une parmi d’autres.

Nicolas Vitiello : Mon moment favori, c’est vraiment le flash-back. Ce n’est pas vraiment les répliques, c’est vraiment la mise en scène à ce moment-là car j’y casse mon personnage totalement. Et le petit clin d’œil qui était fait au 2be3 a été remplacé par un au What For (rires).

Mélanie Kah : J’adore « Ah mais quelle puissance ! » par Benoit. Et sinon « moi j’essaye de reproduire la carte de France mais alors je comprends pas j’ai un problème avec la Bretagne, ça pousse pas de ce côté-là. » ça me fait beaucoup rire car ça va tellement bien à Wanda de balancer un truc pareil. Il y en a pas mal qui me plaisent beaucoup. Il y a aussi « Raphael, on t’a déjà dit que tu avais un humour sympa ? Non, c’est normal».

Mélanie Kah

Le Mediateaseur remercie une fois de plus les 4 comédiens Ariane MourierRomain ThuninNicolas Vitiello et Mélanie Kah pour le temps qu’ils m’ont accordé.

Bonjour Ivresse ! actuellement au Théâtre Le Temple du jeudi au samedi à 20h et le dimanche à 17h.

Une autre troupe composée de Franck Le Hen, Esteban Challis, Caroline Gaget, Agnès Miguras ou Emmanuelle Bodin est présente au Théâtre Le Palace en Avignon jusqu’au samedi 28 juillet à 20h15.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *