Interview : Folles Noces

folles-noces-interview-mediateaseur-home

Folles Noces, c’est ce spectacle fou, décalé et musical que nous vous chroniquions ici en juin dernier lorsqu’il se jouait au Théâtre 14.

Actuellement Jean-Paul Delvor et Catherine Delourtet ont posé leurs valises à L’Alhambra. C’est à cette occasion que je les ai rencontrés tous les 2 pour parler du show et de sa création.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour tous les 2,

Pour commencer cet entretien, pouvez-vous nous dire comment vous est venue l’idée de faire ce spectacle, Folles Noces ?

Catherine : D’une envie très forte de faire un spectacle ensemble. Dans lequel on se retrouverait tous les deux, où l’on mettrait un peu tout ce qu’on aime comme l’humour un peu décalé qu’on partage. Voilà, c’est parti de ça.

Jean-Paul : On y pensait depuis un moment mais on n’avait jamais eu l’occasion parce que l’on travaillait à droite à gauche sur d’autres spectacles. L’occasion s’est présentée parce qu’une amie cherchait un spectacle pour son comité des fêtes. Elle nous avait déjà demandé et la 1ère année on a dit non parce qu’on n’avait pas le temps, et la 2ème année on a dit « ok, on va le faire » et on est partis.

L’idée de départ d’un couple qui se marie est venue rapidement ?

Catherine : C’est venu parce que Jean-Paul plaisantait tout le temps sur un couple qui répète en secret un spectacle. On cherchait un thème et une histoire à raconter et on s’est dit pourquoi pas l’histoire comme si on se mariait, c’est venu naturellement.

Comment avez-vous écrit ce spectacle, c’est d’abord le scénario qui est venu ou les chansons ?

Jean-Paul : Les chansons, et après on a tricoté autour des petites saynètes, mais on n’est pas partis sur une histoire. C’est les chansons qui nous ont amenés à l’histoire, plus une grande part d’improvisation aussi.

Et comment s’est fait le choix des chansons justement ?

Catherine : Les chansons qui sont chantées au 1er degré qui racontent la même histoire, comme Général Castagnetas par exemple, pour moi, ça fait partie des chansons que j’aime. Après c’était aussi le plaisir d’en décaler certaines.

Cela a pris beaucoup de temps de trouver tous les titres qui sont présents ?

Jean-Paul : Pas tant que ca. Quand on monte un spectacle qui parle du mariage, d’amour, du couple, les chansons, elles viennent, y’en a pleins comme ça. Après ce qui a été rigolo, et qui a pris un peu de temps, c’est pour le final avec les couples célèbres. C’est de choisir pour le décalage la chanson de variété qui collerait bien pour que ce soit un peu inattendu.

Entre les chansons et l’écriture, combien de temps vous a pris la préparation du spectacle ?

Catherine : On l’a fait en plusieurs fois, on écrivait un peu, on répétait, on s’arrêtait parce qu’on avait d’autres choses à faire. Je dirais un bon mois et demi. Et tout à fait au début quand on l’a créé, on n’avait pas la même fin. L’histoire des duos est venue comme ça au bout du 4ème spectacle.

Vous avez plus de 100 représentations à votre actif, pouviez-vous imaginer cela à sa création ?

Catherine : Non pas du tout. Quand on a joué la première date pour notre amie dans le Lot et Garonne, on a eu d’autres propositions après et ça s’est fait sur le bouche-à-oreille. Les dates se sont enchainées comme ça et on s’est retrouvés à jouer dans pleins d’endroits allant d’un château à une salle des fêtes.

Et tout cela vous a menés plusieurs fois sur Paris, j’imagine que vous êtes contents ?

Jean-Paul : On est crevés mais on est heureux. C’est la poursuite de l’aventure et on rencontre tellement de gens intéressants humainement.

Vous allez être sur scène dans quelques heures, avez-vous des petits rituels avant de commencer ?

Catherine : Moi, j’ai besoin d’arriver très tôt car j’ai mon chignon à faire et comme je ne sais pas les faire, ça me prend toujours un peu de temps.

Jean-Paul : Moi, j’aime bien qu’on se retrouve 5 minutes avec les musiciens pour parler d’un truc qui a été moins bien la veille et pour partager un moment.

 

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Jean-Paul Delvor et Catherine Delourtet pour leur temps, leur gentillesse et leur sourire.

Pour les voir sur scène dans un spectacle énergique et drôle, Folles Noces est à L’Alhambra jusqu’au 29 septembre avant de s’installer 1 mois du 4 octobre au 3 novembre au Café Théâtre des Beaux-Arts de Bordeaux.

Toutes les infos sur le spectacle à découvrir sur le site officiel ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *