Interview : Marine Delterme

Ce soir à 20h45, France 3 diffuse le téléfilm Berthe Morisot.

Une histoire qui revient sur le destin d’une jeune femme qui va devenir la première peintre professionnelle et la première impressionniste.

C’est la comédienne Marine Delterme qui prête ses traits à ce personnage et qui est à l’origine du projet. Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec elle hier par téléphone.

En espérant que cet entretien vous donnera envie d’être devant ce programme.

 

*****

 

Bonjour Marine, 

Vous incarnez ce soir Berthe Morisot dans le téléfilm de France 3 dont vous êtes l’initiatrice. Pouvez-vous nous parler de ce qui vous a donné envie de jouer cette peintre ?

En fait je suis tombée sur une exposition de Berthe Morisot. Je ne la connaissais que de nom, et j’y ai vu son œuvre énorme qui n’est pas anecdotique dans l’Histoire de l’art. C’est quelqu’un qui, toute sa vie, n’a cherché que le scintillement et la clarté, et quand j’ai vu une photo d’elle, de cette femme sombre avec une flamme noir dans le regard, j’ai été étonnée de voir la différence entre ce qu’elle était et ce qu’elle a cherché à faire. Après, en fouillant, j’ai découverte qu’elle faisait partie du groupe impressionniste et qu’elle est un peu au second plan quand on en parle. Tout ça m’a interpellé et ce qui m’a vraiment poussée à faire ce film, c’est qu’il y avait, cerise sur le gâteau, cette relation avec Manet. Et faire un film sur la création c’est toujours difficile, hors quand on a un miroir en face, le personnage peut rebondir et c’est extraordinaire.  Dernier élément pour moi, Berthe n’étais pas folle, ce qui est rare, beaucoup d’artistes avait de la folie ou un germe de destruction mais pas elle.

L’idée date d’il y a longtemps ?

Il y a 10 ans que j’ai découverte tout ça, et je me suis dit que je voulais faire un film là-dessus.  J’ai mis 10 ans à le monter car je cherchais un angle d’écriture, j’ai travaillé avec pas mal d’auteur. Et le déclic ça a été David Kodsi, qui est un grand producteur de télévision, et avec lui on a monté le film et on a été chercher Caroline Champetier pour mettre en scène, qui est une grande chef opératrice du cinéma français. On a eu de la chance qu’elle connaissait un peu le personnage et qu’elle la faisait rêver aussi.

C’était important que pour filmer cette femme ce soit aussi une femme, ou cela est tombé comme ça ?

Je pense que oui, surtout une femme comme Caroline. A nous 2, on serait un peu Berthe, on a chacun des éléments de sa personnalité, moi par ma rêverie et ma rugosité et elle par sa grande obsession du travail. Elle est entrée dans le film vraiment comme on rentre en religion comme Berthe avec la peinture.

Est-ce qu’il y a une certaine fierté à incarner un tel personnage ?

Ah oui moi je suis très fière car ce parcours artistique est impressionnant.  Un grand critique d’art a dis un jour que si on enlevait Berthe Morisot il y aurais un hiatus dans l’Histoire de l’art. Ce n’est que mon avis, mais je trouve que Claudel n’est pas primordial, il est beaucoup altéré par Rodin, Berthe, elle, n’a jamais copié personne, elle a tracé sa voie jusqu’au bout. Et je suis fière car il y a quelque chose à réparer, les gens ne connaissent pas Berthe Morisot alors qu’elle est très réputée à l’étranger.

Vous avez souvent jouée en costumes d’époque, est-c’est un exercice que vous appréciez et est-ce que cela vous aide à entrer dans le personnage ?

Oui, mais dans les films d’époque que j’ai fais que ce soit Vatel ou Villa Montespan, c’était des grandes séductrices. Là Berthe n’est jamais dans la séduction à aucun moment. Et jouer avec ces costumes que je trouve moderne dans ce téléfilm et avec le corset qui fait un carcan, ça m’aide beaucoup pour la gestuelle.

J’imagine que vous êtes impatiente de la diffusion ?

Oui en face de The Voice (rires). C’est vraiment l’exemple du service public dans toute sa splendeur là car on est face à un rouleau compresseur comme The Voice et à l’émission de Michel Drucker qui est de la variété. On est en plein dans la mission de France 3 d’incarner les choses différemment. En plus c’est un biopic assez pointu je ne voulais pas survoler sa vie. Cela parle de la naissance d’une peintre,  des 10 ans où ça émerge, et le rapport avec Manet.

berthe-morisot-photo-promo

Le Mediateaseur remercie Marine Delterme pour le temps qu’elle nous a accordé. Pour avoir vu ce téléfilm Berthe Morisot, je ne peux que vous conseiller de le regarder, il est de grande qualité.

Berthe Morisot, ce soir à 20h45 sur France 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *