Interview : Manu

manu-interview-mediateaseur-home

Même si La dernière étoile, le nouvel album de Manu, est disponible depuis déjà quelques jours en magasin, la sortie officielle avait été prévue pour aujourd’hui.

J’ai donc gardé ma programmation, et je vous propose ce matin mon interview de l’artiste réalisée il y a 10 jours. J’avais déjà eu l’occasion de m’entretenir avec la chanteuse que j’aime beaucoup, et la deuxième fois a été aussi agréable.

La dernière étoile est un album rock dans lequel on reconnaît l’énergie et la tendresse de Manu. J’ai été ravi de pouvoir parler de sa conception, j’espère que le résultat ci-dessous vous plaira.

 

*****

 

Bonjour Manu,

Votre nouvel album La dernière étoile sera dans les bacs prochainement, comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Anxieuse, comme à toutes sorties, mais confiante parce que pour l’instant on a un bon accueil et puis surtout très impatiente de partir sur la route. L’album c’est toujours l’excuse pour faire de la scène.

Lors de notre précédente interview de l’année dernière, vous nous parliez de 2 ou 3 titres presque déjà finis, depuis quand  est terminé cet album ?

Alors l’album a été mixé en février 2012, donc ça fait plus d’un an qu’il est fini,  mais après on a prit le temps de prendre du recul, le mastering a été fait plus tard. On a pris aussi le temps de voir comment on allait le sortir, on a testé les maisons de disques pour voir quel accueil il pouvait avoir.  On s’est rendu compte-là, que ça pouvait prendre encore plus de temps et qu’on commençait à être très impatient  on s’est donc dit « on va le sortir nous-mêmes ».

Vous avez à nouveau travaillé avec Nico, est-ce important pour vous d’avoir toujours la même équipe ?

C’est important de trouver son binôme déjà, ce n’est pas évident. Moi je l’ai trouvé, même s’il est très occupé (rires). Ça été très important sur le premier album parce que je ne  savait pas trop où j’allais, et que les chansons que j’avais écrites n’étaient pas destinées  à un partage au départ. C’est un peu lui qui m’a poussé a faire ce projet là,  c’était un vrai réconfort de savoir qu’il était là. On a repris très vite nos automatismes, non seulement on travaille vite mais il y a aussi toute la sensibilité, lui sait tout ce que j’ai dans la tête c’est un vrai plaisir.

L’album Rendez-vous était très intime, est-ce que pour l’écriture de celui-ci le travail était plus « léger » ?

Oui, déjà moi je me sentais plus légère, j’avais laissé quelques valises sur les routes (rires). J’avais évacué pas mal de choses avec cet album exutoire et justement je me disais, qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter maintenant que ça va mieux (rires). J’en avais marre de me regarder le nombril dans les chansons, j’abordais toujours les mêmes thèmes et là, le déclic, c’est que je prenais des notes et je me suis mise à observer. J’avais un peu de matière, ce qui fait que lorsque je me suis retrouvé à composer toute seule, j’avais toujours mes notes pas loin et cela m’orientait pour les sons.  Je me rappelle que par exemple  pour J’attends  l’heure, j’avais fait sur un clavier des sons de banjo  et je regardais mes notes et comme c’est une chanson sur le temps qui passe et la solitude, je voulais faire quelque chose de léger comme support musical.  J’ai travaillé sur 3 ou 4 titres comme ça,  et ça m’a bien plus de faire ça.  Je pense que je vais réitérer l’expérience.

Et donc pour ces chansons ce sont d’abord les textes qui sont venus en premier ?

Par rapport aux notes il y en a eu 3 ou 4, mais d’autres chansons sont arrivées en simultanée musique et paroles. Et les morceaux travaillés avec Nico, j’étais plus en recherche de structures et d’harmonie que de mots. Je suis très fan de son travail que dès qu’il fait une musique, de toute façon, cela me donne des mots mais après. Et j’ai aussi confié des textes à France Carthy,  car j’adore cette fille, et j’ai été très bien servie.

Pouvez-vous nous dire pourquoi elle ?

Tout d’abord c’est une amie, mais en plus France avait sorti un album qui tournait en boucle chez moi, j’étais très fan de cette femme et j’aime sa manière d’écrire. Quand j’ai buté sur ces deux titres-là, qui étaient pour moi des titres forts, et que j’ai estimait que mes textes n’étaient pas à la hauteur pour ses musiques, j’ai décidé de les confier à quelqu’un d’autre. Il fallait vraiment que ce soit une fille pour être cohérent avec le reste de l’album et cela a été au-delà de mes espérances.

Peu d’artistes osent dire qu’ils ne sont pas à la hauteur de quelque chose.

On sait bien qu’il y a beaucoup de morceaux qui sont jetés à la poubelle et là en l’occurrence ces deux instrus  qu’on travaillé avec Nico, je les trouvais tellement belle que je ne  pouvait pas les jeter. C’est vrai que j’arrive à le dire maintenant que je ne trouve pas certains textes assez fort avec l’expérience. Je devienne de plus en plus vigilante avec moi-même.

manu-tournée-affiche

 Cet album s’ouvre sur un instrumental,  pouvez-vous nous dire un petit peu s’il a une histoire ?

 Alors oui il y a une vraie histoire autour de cela. Au départ elle faisait parti des morceaux que je proposais à Nico, que j’ai travaillé sur mon ordinateur. J’ai essayé de tout faire pour voir si je pouvais  y arriver mais je n’avais pas de chant.  Ce morceau faisait à peu près 1 minutes, je l’ai envoyais à Niko en lui demandant si cela lui inspirait quelque chose. Il m’as dit oui cela m’inspire qu’on va le garder comme ça, ce sera un instru de cette longueur, et en plus ce sera le morceau qui ouvrira l’album. Pour lui, il savait exactement ce que ça allait être.  Et du coup pour clôturer l’album, j’ai mis le morceau Mon paradis que je travaillais en même temps que cet instru, pour moi c’était de la même famille.

Comme vous produisez l’album, c’est un vrai plaisir de pouvoir choisir l’ordre des chansons comme vous l’entendez ?

Ah oui c’est un vrai plaisir, c’est vrai que contractuellement, dans une maison de disques, tu ne peux pas choisir l’ordre. Il faut faire valider cet ordre, et si les deux parties ne sont pas d’accord elles choisissent un titre l’un après l’autre.  C’est au moins un des avantages à être indépendante, c’est d’être libre de faire ce qu’on veut.

Cet album est annoncé pour l’instant avec l’EP Que fais-tu ?, vous êtes contente de l’accueil ?

Ou il y a un très bon accueil des professionnels pour l’instant, je suis contente. Il faut que ça continue,  c’est vrai que j’ai  hâte d’être au 8 avril pour que l’album sorte.

Le premier single est porté par un clip, que nous avons diffusé ici, et qui est dans un esprit très country.  C’est un univers que vous appréciez, où l’idée est venue comme ça ?

C’est venu d’un membre de ma famille qui est dans un club de danse country dans le sud de la France, et quand je cherchais des idées pour le clip, j’ai trouvé que la chanson s’y prêtait vraiment bien. Les puristes m’ont dit que ce n’était pas de la country, mais j’étais sûre ça pouvais le faire, et quand il ont essayé, il ont dit que ça le faisait super bien. Le pari était de savoir s’ils allaient accepter de me faire une petite chorégraphie, et non seulement ils ont acceptés, mais ils sont aussi venus en nombre avec leurs sourires et leurs chapeaux pour la vidéo.  C’est leur premier tournage de clips, ils ont tous assurés en étant très pros.

La prochaine étape c’est de proposer cet album sur scène, vous me disiez que vous étiez donc très impatiente ?

Oh oui,  c’est retrouver, ou rencontrer d’ailleurs, ceux qui nous manque depuis  bientôt deux ans.  C’est vraiment une grande impatience de repartir sur les routes.

Vous avez déjà quelques idées  sur ce qu’on verra sur scène, ce sera peut-être plus « léger » comme ambiance, comme pour les textes ?

Oui, on prépare actuellement le set et on est à fond dedans, mais je réfléchis surtout à des trucs plutôt techniques. Ce ne sera pas les mêmes émotions, au début de Rendez-vous, je me demandais si j’allais réussir à chanter Rendez-vous ou Goodbye sans pleurer. J’ai réussi, mais il y avait une émotion qui n’est plus la même maintenant, il y aussi du plaisir maintenant à la chanter. C’était tellement intense à ce moment-là, c’était la première scène après Dolly, pour moi, on était avec Nico, on parlait à Mika, les chansons que je chantais toute seule dans ma chambre avant, c’était assez étrange. Maintenant, comme cet album-là a vécu, et qu’on à partager cela avec des gens qui connaissaient aussi Mika dans le public, les émotions ne sont pas les mêmes et c’est un hommage qui est plus souriant maintenant. Je garde toujours Rendez-vous et Goodbye avec moi sur scène.

Vous avez d’autres informations sur la set-list à nous dévoiler ?

 Il va y avoir donc des anciens morceaux, parfois revisité puisque je vais prendre la basse sur pas mal de morceaux. Il y aura toute la dernière étoile avec son titre inédit mêlant des versions parfois différentes, toujours des petites impro en fin de morceau comme on aime bien, et une petite reprise de Dolly je pense.

Le public vous le réclame ?

Oui cela fait longtemps qu’il me la réclame celle-là, mais je n’avais pas envie de la faire à ce moment-là.  Ce n’était pas le propos sur le premier album, je ne pouvais pas faire Je ne veux pas rester sage, ou d’autres tubes de Dolly sur scène. Je ne voulais pas qu’on me dise que j’ai profité de cette histoire la ou quoique ce soit. Et même au niveau des mots je ne me reconnaissais plus. Et là, c’est Timothée de la Nouvelle star, qui a fait une reprise qui m’a beaucoup plu, que je trouve très classe, et qui correspond alors qu’il ne le savait pas, à la couleur de ce nouvel album. Ça m’a donc donné envie de la refaire cette chanson, et pour le remercier, je l’ai invité à me rejoindre au Divan du monde.

Avant de vous laisser, que peut-on vous souhaiter ?

Le public soit au rendez-vous, afin qu’on passe encore plein de bons moments ensemble.

manu-la-derniere-etoile-cover

Le Mediateaseur remercie Manu pour sa gentillesse et sa grande disponibilité. Son nouvel album La dernière étoile est dans les bacs, nous ne pouvons que vous conseiller fortement de vous le procurer.

3 thoughts on “Interview : Manu

  1. Wow quelle belle interview pour une exellente artiste et un génialissime album! Merci 🙂

  2. Merci Mathieu pour cette très belle interview. Pour ceux qui veulent se procurer « La dernière étoile » ou « Rendez-vous » n’hésitez pas a vous rendre chez votre disquaire préféré ou rendez-vous sur le site de manu-friends
    Des dates de concerts sont déjà dévoilés sur la facebook de manufriends
    En tout cas on est très préssé de retrouver la ManuTeam sur les routes et de pouvoir partager pleins de bons moments avec eux! 5 ans que l’aventure a commencé et elle n’est pas prête de s’arreter la !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *