Interview : Amandine Bourgeois

amandine-bourgeois-interview-mediateaseur-home

Ce samedi, Amandine Bourgeois représentera notre pays lors de la 58ème édition du concours Eurovision de la chanson à Malmö en Suède.

Nous vous avions fait découvrir ici son titre L’enfer et moi que nous aimons beaucoup.

J’ai eu le plaisir de rencontrer la chanteuse il y a quelques jours pour un entretien décontracté à lire ci-dessous.

 

 

*****

 

Bonjour Amandine,

Vous êtes notre représentante pour L’Eurovision cette année, pouvez-vous nous dire comment vous en êtes arrivée là ?

Alors au départ, mon manager m’a inscrite sans m’en parler, et quand il me l’a enfin dit, j’étais OK pour y aller mais à la condition d’avoir une chanson qui me ressemble et qui me plaise. Du coup, j’ai proposé ma chanson L’enfer et moi qui a été écoutée par un jury. Ils avaient 18 chansons à écouter à l’aveugle, c’est-à-dire sans connaître ni l’interprète ni le compositeur, et ma chanson a été votée à la majorité, c’est comme ça que je me suis retrouvée dans l’aventure.

Vous-vous souvenez du  moment précis où votre manager vous l’a annoncé ?

Oui, il me l’a annoncé par téléphone un peu en avance, en me disant que je n’avais pas le droit d’en parler à quiconque pour l’instant.  Il y a un magazine qui est partenaire de l’Eurovision et il fallait attendre que ce soit lui qui fasse l’annonce. Du coup c’était frustrant car moi j’avais envie de le dire à tout le monde et de crier.

C’est un grand honneur pour vous de nous représenter ?

Vraiment oui, pour moi c’est une très belle émission et c’est important, j’ai vraiment envie que les Français soient fiers de leur pays et de leur représentante.

L’Eurovision c’est un programme que vous suiviez avant ?

Je dois avouer que non (Rires). Mais je m’y suis beaucoup intéressée depuis et j’ai regardé beaucoup de vidéos des anciennes années, je me suis beaucoup amusée avec mes copines. C’est un vrai beau divertissement qui rassemble les gens,  ça sert à ça aussi la musique à donner du bonheur et à réunir et l’Eurovision y arrive très bien. Et bien sûr ça reste aussi un concours de chant très prestigieux auquel je suis fière de participer.

Est ce que vous pouvez nous parler un peu de la création de L’enfer et moi ?

En fait c’est David Salkin, un ami batteur, qui a composé cette musique en pensant à ma voix. Il a fait cette chanson en anglais au départ et j’ai vraiment eu un coup de foudre sur ce morceau. Je trouve qu’elle me va bien je suis très contente du résultat, et le texte  français est de Boris Bergman,  il me correspond bien au niveau du caractère.

Qu’est-ce qui vous à plu exactement à la première écoute ?

Cette rythmique assez tribale est un peu transe,  les guitares à la Amy Winehouse qui donne à côté blues et rock à la mélodie, la montée en puissance car ça me ressemble beaucoup.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours du grand soir ?

Je stresse un peu, mais c’est un moteur pour être transcendée le jour J et donner la meilleure des performances. Le trac c’est une adrénaline nécessaire je pense.

Nous ne vous le souhaitons pas, mais si jamais vous êtes mal placée, est-ce que vous le prendrez comme un échec personnel ?

Ça va vraiment dépendre de la performance. Si je fais une très belle performance, que moi j’en suis contente en me regardant, car quand tu le vis sur le moment tu n’as pas le recul,  que je vois que j’ai chanté juste, que j’ai donné tout ce que j’avais et qu’il s’est passé un truc, je serais quand même fière de ce que j’ai fait.  Si par contre j’ai fait une mauvaise performance, là, je vais être très déçue mais de moi, et je vais m’en vouloir beaucoup.

Vous avez déjà une idée de la mise en scène que vous aimeriez ?

J’aimerais beaucoup que Jean-Claude Jitrois  me prête une robe en cuir, avec des espèces de lanières pour qu’il y ait du mouvement, il pourrait y avoir des ventilateurs pour le côté Beyoncé (rires).  Au début il pourrait y avoir également un parterre de fumée avec des écrans qui diffusent des images de bougies pour garder le côté du clip. Je serai accompagnée de trois choristes Guillaume, Fanny et Judith car avant tout je veux vraiment axer la chose sur l’interprétation et l’émotion.

Avant de vous laisser, avez-vous des projets musicaux à venir ?

Je suis en train de penser à mon troisième album. Je compose un peu de mon côté et je fais des bouts de texte. Cela reste à développer et je vais avoir besoin de m’entourer d’une bonne équipe pour m’aider à réaliser ce projet. Je pense travailler dessus tout cet été et commencer à l’enregistrer à la rentrée pour une sortie avant la fin de l’année. Et après une tournée, ce serait chouette.

l-enfer-et-moi-single-cover

Le Mediateaseur remercie Amandine Bourgeois pour son sourire et sa spontanéité. Toute l’équipe est derrière elle pour la soutenir, et nous lui disons le mot magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *