Interview : Chico & The Gypsies

chico-interview-mediateaseur-home

Le 20 mai dernier est sorti dans les bacs Fiesta, le nouvel album de Chico & Les Gypsies.

Un opus sur lequel le groupe reprend les plus grands classiques espagnols comme Waka Waka, La Camisa Negra ou encore Quizas, quizas, quizas.

Afin de connaître la méthode de travail du groupe, et de revenir brièvement sur leur carrière, j’ai eu le plaisir de rencontrer Chico en personne. Un entretien à lire sous la petite vidéo dans laquelle il vous passe le bonjour.

 

 

***** 

 

Bonjour Chico,

Votre nouvel album Fiesta est dans les bacs depuis quelques jours, avez-vous eu déjà le temps de regarder un peu l’accueil ?

Ah oui, et je suis ravi. Cela dépasse vraiment nos espérances  et je suis content car nous, nous l’avons fait avec un tel amour et une telle passion ce disque, que lorsque que l’on a un retour comme celui-ci, cela veut dire que nous sommes vraiment dans le partage.

Le dernier album Chico & The Gypsies & Friends à un an, vous vous êtes donc remis au travail très rapidement après sa sortie ?

Alors c’est vrai que c’est du travail, mais pour nous n’avons pas l’impression de travailler. On adore ce qu’on fait donc des que l’on a du temps, on prépare des chansons et des musiques. Parfois on prend Les guitares, et on fait la fête après avoir mangé dans un restaurant.  C’est comme ça qu’on s’est rendu compte que tout le monde connaissait et apprécier ses chansons, et qu’on s’est dit pourquoi ne pas partir dans un truc qui paraît facile mais qui est en vérité très compliquée.  Faire des reprises, c’est à la portée de tout le monde, mais faire des reprises avec les véritables couleurs et lumière, ça c’est du boulot.

Il célébrait vos 20 ans de carrière, si vous vous retournez rapidement sur ce passé, qu’en pensez-vous ?

Moi je dis que c’est le top. Le Bon Dieu m’a fait un cadeau extraordinaire, et j’ai eu beaucoup plus que ce que je n’espérais. Et surtout, l’aventure musicale continue encore aujourd’hui et j’en suis ravi  car en plus elle est en France, comme vous le savez, mais nous avons aussi une carrière internationale.

Ce nouveau disque reprend les classiques espagnols, après 20 ans de métier, est-ce difficile de se renouveler ?

Franchement pour nous pas trop (rires). C’en est presque déconcertant. On a pas trop de souci pour les thèmes, et même vous faire un aveu, c’est que je suis déjà sur un autre projet. Chico et l’équipe si aujourd’hui ce sont huit musiciens guitaristes parmi lesquels il y a six chanteurs, cela donne une grande source inspiration.  Nous avons la chance de voyager, d’avoir beaucoup d’inspiration, et les idées viennent vraiment comme ça.

Comment s’est fait le choix des chansons présentes sur le disque, c’est collégial ?

En partie c’est collégial. Moi je fais des propositions et en fonction des chanteurs qui vont les interpréter en discuter en avise. Mais c’est vrai qu’en majorité, c’est moi qui choisis et après ils approuvent ou non et on les essaye. Vous savez, nous pour les 13 titres d’un album on en fait au moins 20 et après, franchement, c’est une tragédie d’en enlever.

Certains titres comme 1, 2, 3, Maria ou La Camisa Negra paraissent plus aisées à remanier car elles sont déjà très espagnolisantes, est-ce vraiment le cas ?

Non, c’est très compliqué car en plus ce sont des chansons qui ont fait un carton ce qui veut dire que vous ne pouvez pas arriver en faisant une pâle copie d’un tel titre. Il faut  qu’on y apporte notre âme,  nos guitares et que si, Ricky Martin par exemple, entend cette version il n’en est pas honte.

De quelle manière les retravaillez-vous ?

On démarre d’abord en le faisant entre nous à la guitare et ensuite on fait un vrai travail de studio. Quand on voit que cela fonctionne, on pose des bases et après on construit couche par couche comme une pyramide.

Et à l’inverse d’autres titres comme Chiquitita ou Piensa en Mi ont l’air d’avoir demandé une grande réorchéstration, ont-ils été plus durs à faire ?

Nom c’est pareil. Vous avez vu comme Piensa en Mi colle au chanteur, c’est incroyable.  Il y a du travail, mais vous savez ça ne force pas pendant des heures en studio. Les trois quarts des chansons se sont faites en une prise, c’est notre force.

Il y a 2 duos sur cet album, avec Lylloo et Mélanie Fiona, pouvez-vous nous parler de ces rencontres ?

La chica de Cuba parle d’une fille et c’est une histoire d’amour. J’ai donc voulu qu’on prenne une fille avec nous pour partager cette chanson parce qu’il y avait de la place, et nous n’avions pas envie de la jouer macho.  Lylloo est extraordinaire,  je l’ai découverte dans un clip récemment (Tu Y Yo avec Matt Huston NDLR) et je l’ai trouvé très intéressante avec son côté un peu latino. Et pour Mélanie Fiona c’est extraordinaire. J’étais un jour en Turquie  et j’écoutais la radio et je l’entends interpréter la chanson sur une musique que nous avions faite il y a des années avec les Gypsy Kings. J’étais scotché, je me suis mis en contact avec elle et je lui ai proposé de faire un duo avec nous, ce qu’elle a accepté.

Vous avez déjà eu l’occasion de présenter ces nouveaux titres sur scène ?

Oui, nous étions au Zénith de Paris il n’y a pas très longtemps et nous avons commencé à mettre des chansons de cet album et la réaction ça le fait grave. Depuis on n’en met en partie dans nos concerts.

Dans la tournée, il y aura un nouvel arrête à L’Olympia de Paris, est-ce une date plus importante que les autres pour vous ?

C’est très important, car ce public français et plus particulièrement parisien a été le premier à nous ouvrir les portes lorsque j’ai créé Les Gypsy Kings, ainsi que leur cœur.  Donc à chaque fois que je reviens, c’est l’occasion de faire la fête avec eux pour les remercier.

chico-and-the-gypsies-fiesta-cover

Le Mediateaseur remercie Chico pour sa simplicité et sa gentillesse. Le nouvel album Fiesta de Chico & Les Gypsies est déjà dans les bacs et nous vous le recommandons.

Pour connaître toutes les dates de la tournée, rendez-vous vite sur le site officiel du groupe en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *