Interview : Auren

auren-interviex-mediateaseur-home

En avril dernier, nous vous faisions découvrir ici un petit coup de cœur en la personne d’Auren avec la diffusion du clip de L’échappée belle.

Ce titre est extrait de J’ose, le nouvel album de la chanteuse qui est sorti dans les bacs ce lundi. A cette occasion, j’ai eu le plaisir de rencontrer Auren il y a déjà quelques jours.

Un entretien à lire sous le petit bonjour en vidéo.

 

***** 

 

Bonjour Auren,

Votre nouvel album intitulé  J’ose sera dans les bacs le 10 juin prochain, première question dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

Très impatiente et heureuse aussi. J’ai hâte d’avoir des retours du public sur ma musique, sur ce qu’ils ressentent quand ils l’entendent, je suis très excitée.

Vous avez accompagné Benjamin Biolay pour ces premières parties, comment s’est passé l’accueil de ces nouveaux titres ?

Vraiment super bien. J’étais vraiment ravie et impressionnée lorsqu’on m’a proposé ça. J’avais bien le trac avant de monter sur scène surtout que je les faisait en guitare – voix  donc les gens ressentaient vraiment l’essence des chansons,  c’est comme si j’y allé le plus nu possible on va dire (rires).  J’ai eu un très bon accueil, j’étais vraiment contente et le public est vraiment chaleureux.

Niveau accueil, êtes-vous contente également de celui de L’échappée belle, le premier single ?

Pour l’instant j’avoue que j’ai eu des bons retours. Les gens apprécient le clip qu’on a tourné en super huit en Corse, avec ce côté un peu vintage, ils sont contents aussi vu le temps et la météo en ce moment, ça leur donne envie de s’évader (rires). Côté radio, les accueils sont en train de se faire, alors je croise les doigts.

Après avoir écouté plusieurs fois ce nouvel album, j’ai noté qu’il y a beaucoup d’acoustique, un peu de rock, et même parfois des petits rythmes électro, ai-je bien ressenti cet album ?

Oui, c’est vraiment très éclectique. Il fait appel un peu à toutes mes influences et quand on a réalisé l’album avec Nicolas Dufornet qui a une culture musicale extraordinaire, on a décidé de travailler chanson par chanson. Le fil rouge conducteur c’est ma voix et mes mélodies, mais on voulait amener les chansons là où elle devait aller une par une. C’est pour ça qu’on a l’impression sur cet album de monter, descendre, voyager se sont bien mes influences. J’aime la chanson française, j’ai été bercé depuis toute petite avec les grandes références de la chanson comme Cabrel, Berger, ceux de la folk comme  Johnny Cash et un peu aussi la musique cinématographique à la Ennio Morricone qu’on retrouve un peu dans Crocodile. Et Nicolas, m’a amené un peu la touche 80’s avec les boîtes à rythmes qui donne ce petit côté  plus acidulé on va dire.

Et vous vous êtes intéressé au mixage de l’album en lui-même pour mélanger ces styles ?

Oui j’ai donné beaucoup mon avis sur tout, mais je ne voulais pas du tout brider Nicolas  dans ses idées. Je le laissais y aller à fond, et ensuite ont réajusté.

Pour faire une petite comparaison, votre côté chanteuse à texte avec plusieurs styles m’a fait penser un peu à Jeanne Cherhal, est-ce que ça vous va ?

Ça me va oui. J’aime beaucoup le travail de Jeanne Cherhal.  C’est une artiste qui me parle beaucoup car elle a aussi débuté par la scène en se défendant seul avec ses instruments. C’est une femme qui parle de la vie de femme, j’aime beaucoup ces textes, son titre 12 fois par an m’émeut beaucoup. Et c’est rigolo que vous me parliez d’elle, car je ne l’avais jamais rencontré, et sur une première partie de Benjamin à Nantes, il l’avait invité. On ne sait pas parler, mais j’étais ravi de la croiser.

Après les premières parties,  j’imagine que vous pensez déjà à votre tournée de présentation de cet album ?

Oui. Nous avons une date importante qui est le 22 juin aux 3 Baudets  et puis la tournée de septembre est en train de se monter. Ça se met en place petite à petit.

Les titres seront joués comme sur le disque où vous savez déjà s’ils seront réadaptés ?

Pour le moment nous sommes trois sur scène, moi qui joue au clavier et une guitare, Félix Béguin qui joue tous les instruments, et Mathieu Denis, le bassiste. On chante tous les trois et ça reflète assez bien l’album.

Pour terminer, que vous souhaiter ?

Eh bien qu’il rencontre un large public parce que moi je fais de la musique pour ça, rencontrer des gens, partager. J’espère qu’ils passeront un bon moment et qu’ils auront envie d’appuyer sur replay une fois l’album terminé.

auren-j-ose-cover

Le Mediateaseur remercie Auren pour sa gentillesse et son naturel. Son nouvel album J’ose vient de paraître chez Naïve et nous vous invitons à la découvrir.

Pour découvrir l’artiste sur scène, vous pouvez déjà noter le rendez-vous du 22 juin aux 3 Baudets à Paris et sa présence en 1ère partie au concert d’Alex Beaupain à Six-Fours-les-Plages le 28 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *