Interview : Michel Galabru

michel-galabru-itv-mediateaseur-home

Nous avons chroniqué ici la lecture-spectacle de De Pagnol à Galabru qui est jouée actuellement au Théâtre Saint-Georges.

Comme le titre le laisse entendre, Michel Galabru est sur scène, entouré de trois comédiens, pour nous lire et faire vivre des textes de Marcel Pagnol.

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec ce grand monsieur à propos de ce spectacle. Les aléas des publications et les vacances font que je ne divulgue l’entretien qu’aujourd’hui.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire que j’ai eu à le faire.

 

 

*****

 

 

Bonjour Monsieur Galabru,

Vous êtes à l’affiche du spectacle intitulé De Pagnol à Galabru. Marcel Pagnol est un auteur que vous jouez très souvent. Cela se fait naturellement ou est-ce vraiment un auteur que vous appréciez ?

Oui c’est un très grand auteur classique qu’on joue depuis longtemps et qui va traverser les siècles. Dans 300 ans on jouera encore du Pagnol comme on joue du Molière maintenant. C’est également un auteur de renommée mondiale puisqu’on le joue dans de nombreux pays.

Vous pouvez nous raconter votre premier souvenir avec Pagnol ?

Pagnol a toujours été très gentil avec moi. Il m’avait convoqué  lorsque j’étais jeune pensionnaire de la Comédie Française sur le lieu de son tournage et m’a fait jouer un tout petit rôle dans Le secret de maître Cornille. Comme il ne faisait pas beau, je suis resté sur place et nous avons mangé chaque jour ensemble. C’était quelqu’un de très simple, comme souvent le sont les gens qui ont du génie. C’était vraiment un grand homme en plus d’être un grand auteur.

Vous interprétez ici trois textes différents, avez-vous participé au choix ?

Non pas du tout. C’est mon fils qui a fait cette sélection, qui l’a mise en scène et me l’a proposée. Le Théâtre Saint-Georges a ensuite accepté l’idée et c’est pour ça qu’on est là.

Avez-vous apporté quelques idées pour la mise en scène ou dans la manière de jouer vos personnages ?

Je me permets toujours une ou deux petites plaisanteries dans le texte en ajout comme ça, ou un petit signe à l’actualité à l’instar des chansonniers. Mais en principe je suis assez rigoureux car ce sont de très beaux textes.

Est-ce plaisant de partager la scène avec son fils notamment ?

Ah oui, c’est très agréable et je le souhaite à beaucoup de gens. Beaucoup voient leurs enfants s’éloigner en grandissant et moi j’ai cet avantage d’avoir mes enfants à mes côtés.

Vous jouez donc trois rôles dans la même soirée, là aussi est-ce plaisant de changer de personnage en quelques minutes ?

Oui car en plus ils ne sont pas si différents les uns des autres. Ce sont des gens du midi, savoureux, avec l’accent et ils ont une certaine naïveté.

Avez-vous un petit préféré parmi les trois ?

J’ai une préférence pour le Curé de Cucugnan, car je suis en chair et je fais un discours et c’est très plaisant. Je trouve que c’est le personnage qui emporte le plus les spectateurs.

Ce spectacle est  une lecture-spectacle. Etait-ce prévu dès le début, cette manière de jouer ?

Oui dès le début. Après ça deviendra peut-être un spectacle, mais en effet c’est une lecture-spectacle car ça a été monté un peu rapidement. Nous n’avons pas trop eu de temps pour l’apprendre.

Le spectacle à rencontre dans l’ensemble un bon accueil, en êtes-vous content ?

Ma foi nous avons de bonnes critiques et le monde vient. Ce n’est pas plein car la conjoncture n’est pas bonne vous le savez, les théâtres souffrent mais nous ne sommes pas à plaindre. Nous sommes donc heureux.

Est-ce un spectacle qui pourrait éventuellement partir en tournée ?

Peut-être oui car nous allons prendre part à quelques festivals cet été.

de-pagnol-a-galabru-affiche

Le Mediateaseur remercie Monsieur Michel Galabru de nous avoir accordé un peu de son temps pour parler du spectacle De Pagnol à Galabru.

Vous pouvez encore l’applaudir au Théâtre Saint-Georges ce soir à 20h30 et demain 21 juillet à 15h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *