Interview : Marc Lévy

interview-marc-levy-mediateaseur-home

Marc Lévy, l’auteur à succès que tout le monde connaît vient de publier, en collaboration avec Alain Grand, la BD Les Enfants de la liberté aux éditions Casterman.

Nous avons chroniqué ici cette adaptation du roman éponyme de l’auteur et j’ai eu le plaisir de pouvoir en discuter avec  lui.

Nous sommes fiers de pouvoir vous proposer cet entretien avec un tel nom de la littérature. Bonne lecture.

 

***** 

 

Bonjour Marc,

En 2007 vous publiiez le roman Les Enfants de liberté sur le passé de résistant de votre père et de votre oncle. C’était votre septième livre, ressentiez-vous le besoin d’en parler à ce moment-là ? Etiez-vous au courant de toute cette histoire ou avez-vous effectué des recherches ?

J’avais  23 ans quand un matin,  ma mère m’a téléphoné pour me proposer de les accompagner mon père et elle, à Toulouse, pour assister à une cérémonie durant laquelle on allait décorer mon père. C’est à peu de choses près ainsi que j’ai appris qu’il avait été résistant. Il ne m’en avait jamais parlé. Il a pris sa Légion d’honneur, l’a mise dans sa poche et m’a dit : « On rentre à la maison. » Ce jour-là, un ancien compagnon de mon père m’a donné sa carte de visite et m’a soufflé à l’oreille qu’il pourrait me raconter toute l’histoire, si je le souhaitais. Je suis allé le voir. Il m’a montré de nombreux documents et m’a confié que chaque fois que je lirai le nom « Jeannot », il s’agirait de mon père.  À partir de ce jour et pendant vingt ans, j’ai entrepris des recherches dans le plus grand secret. Des années plus tard, j’ai entendu un homme politique français parler des étrangers dans des termes qui m’ont choqué. Je me suis alors décidé à raconter l’histoire de la 35e Brigade FTP-MOI, une unité de résistants composée d’une quarantaine de très jeunes gens. La plupart d’entre eux avaient un accent et un nom étrangers…

Un roman biographique garde le mot roman, y a-t-il une part d’imagination de l’auteur dans l’histoire ?

Uniquement dans la reconstitution des dialogues. Tous les faits sont véridiques, les personnages ont tous existé.

Il existe désormais une adaptation en BD chez Casterman. L’univers de la BD vous plait-il ou préférez-vous les romans pour que les lecteurs puissent élaborer leurs propres images ?

J’aime les deux univers. Passionné de BD depuis l’enfance, j’ai une collection qui compte des centaines de titres. Je continue à lire de la Bande dessinée, qui est pour moi un art à part entière. J’aime aussi cette unique alchimie du roman qui offre à son lecteur la liberté de tout imaginer, visages, voix et sensations.

Comment s’est passé le travail de transformation du scénario et la collaboration avec le dessinateur Alain Grand ?

J’ai co-signé le scénario avec Alain Grand, mais c’est à lui, et à lui seul, que revient le mérite de cette adaptation. Il  a non seulement dessiné mais aussi adapté le roman. Il a consacré deux ans à adapter Les Enfants de la liberté en bande dessinée. Il lui a fallu choisir les épisodes à garder et ceux à écarter pour que l’histoire tienne en 156 planches. Nous nous sommes très bien entendus sur ce sujet. Alain m’a soumis un « Story Board » que j’ai tout de suite adopté. Je me suis toujours senti en confiance avec lui, nous avions tous deux le même souci de respecter l’intention qui animait  les vrais personnages de cette histoire, de restituer ce qu’ils étaient autant que ce qu’ils avaient fait. Après l’étape du scénario, Alain s’est attaqué au dessin : les visages des protagonistes, hormis ceux des personnages secondaires (gardiens…), sont ceux des vrais héros de cette histoire, il a retrouvé des photos de chacun d’eux.

Cette BD est parue il y a quelques semaines maintenant, avez-vous pris le temps de scruter les retours si c’est quelque chose que vous pratiquez ?

J’ai en effet reçu beaucoup de courriers qui m’ont énormément touché par leur contenu, comme m’ont touché les critiques très généreuses publiées par la presse. Toutes parlent de l’émotion que suscite cette bande dessinée.

Avec cette version, cette histoire pleine de courage et de bravoure va être lue par un tout nouveau lectorat un peu plus jeune et qui ne se tourne pas forcément vers les romans, qu’attendez-vous de cette sortie ?

Que cette histoire qui parle de fraternité, de tolérance, de résistance à la haine, au racisme, à la bêtise, touche le plus grand nombre, qu’elle donne envie aux jeunes qui la liront de ressembler à ceux qui résistent et font preuve de courage et non à ceux qui par lâcheté sombrent dans le populisme et tout ce qu’il charrie d’ignoble. J’espère aussi que ceux qui liront cette histoire comprendront que chacun de nous est seul gardien de la part d’humanité qui lui a été confiée. Tiens,  je devrais peut-être en envoyer un exemplaire dédicacé aux imbéciles qui collaborent  à  « Minute« …

Avant de vous laisser, avez-vous des projets en cours ou à venir que vous aimeriez évoquer avec nous ?

Je crois que je vais écrire un roman….

les-enfants-de-la-liberté-cover

Le Mediateaseur remercie Marc Lévy de nous avoir consacré un peu de temps pour parler de la sortie de la BD Les Enfants de liberté parue chez Casterman.

Nous espérons que cette interview vous donnera envie découvrir cette histoire quel que soit le format choisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *