Interview : Michael Calfan

michael-calfan-itv-mediateaseur-home

Il fait actuellement la tournée des plus grands clubs européens, il participe a des festivals aux côtés de noms comme Armin van Buuren, David Guetta ou encore Avicii, et son titre Treasured Soul cartonne dans tous les pays.

Lui, c’est Michael Calfan, un jeune DJ français qui a le vent en poupe depuis des années et à qui le succès ne devrait pas tourner le dos de si peu.

A fin de parler de sa notoriété, de sa manière de travailler et de ses projets musicaux, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec l’artiste très sympathique et qui a la tête sur les épaules.

Bonne lecture,

 

 *****

 

Bonjour Michael,

 

Tu est un DJ dont on parle de plus en plus en ce moment, comment gères-tu ce succès ?

J’essaie d’avoir vraiment la tête sur les épaules. J’ai 25 ans, je fais ce métier depuis que j’en ai 16 environ. Je suis hyper content mais je pense tellement constamment à la suite que c’est un peu abstrait pour moi. Je prépare surtout l’avenir.

Tu regardes un peu tout de même les retours sur ton travail ?

Oui, quand même, et je suis hyper content. J’ai fait le morceau entre septembre et décembre et je n’aurais jamais imaginé qu’on fasse Top Ten Itunes UK par exemple. Et je suis aussi super content de l’accueil en France au niveau des radios et que les gens aiment mon style, c’est très encourageant.

Le clip du titre est à plus de deux millions de vues, ça te fait quoi ?

Je ne suis pas vraiment dans la performance à tout prix car je préfère travailler au feeling, mais c’est vrai que c’est encourageant. Quand tu dépasses le million de vues sur un projet, tu te dis que le clip, tu ne l’a pas fait pour rien donc c’est cool.

Tu évoques ton style, peux-tu nous l’expliquer en quelques mots ?

Quand j’ai commencé vers 16 ans, j’étais dans la house assez « basique » comme tu peux l’entendre d’habitude. Et au fil des années j’ai eu envie d’uprgrader un peu mon son, en gardant la base que j’avais, et d’aller vers quelque chose de plus mature même si je n’ai que 25 ans. J’aime bien le côté nostalgique, pas triste, mais la vieille soul ou le blues d’avant, j’aime aussi les voix ethniques. Je mélange donc beaucoup pour que le titre soit différent du format régulier.

Combien de temps passes-tu sur un morceau ? Et quelle est ta méthode de travail ?

Franchement, ça peut aller de 1 jour à 1 an. Treasured Soul m’a pris presque une année car au début la version n’avait rien à voir avec celle qu’on peut entendre aujourd’hui, et c’était sous un autre nom d’artiste. Je me suis dit que c’était dommage de laisser le titre comme ça et j’ai voulu le mélanger avec ce que je faisais sous mon nom. Ce processus a prit du temps. Sinon, pour la création je commence toujours à trouver des accords ou un petit gimmick qui me plait sur un logiciel et je construit autour de la boucle que je fait puis j’étale le morceau.

Il paraît que tu es perfectionniste, c’est vrai ?

Oui, mais il y a un moment où il faut savoir se dire que le morceau est bien comme ça et ne pas rester dix ans dessus.

Quelle est la suite maintenant pour toi ?

Je travaille sur plusieurs morceaux en même temps, mais je peux déjà dire qu’il y en a un qui sortira en juin, que personnellement j’adore. Ensuite, il y en aura un autre en septembre mais on a pas encore choisi lequel car j’ai 4 ou 5 morceaux de terminés à 70%.

Tout cela en vue d’un album par la suite ?

Pas vraiment. Pour l’instant, en tant que DJ je suis dans un format musical assez « kleenex », même si je n’aime pas trop le terme. Pour Treasured soul, c’est incroyable car la durée de vie est assez longue mais pour l’instant je veux faire titre par titre. Après, pourquoi pas dans 1 an et demi, si vraiment il y a un bon buzz, réunir tout ça sur un album avec des inédits.

michael-calfan-itv-mediateaseur-illustration

Le Mediateaseur remercie Michael Calfan de nous avoir accordé un peu de son temps et d’être aussi sympathique et passionné.

Découvrez ou redécouvrez le single Treasured soul ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *