myélome multiple

Le myélome multiple est l’une des formes les plus courantes d’hémopathies malignes. Cet article parle de l’espérance de vie associée à ce type de cancer et des facteurs qui l’influencent .

Il s’agit d’une forme de cancer.

Toute forme de cancer est caractérisée par une croissance maligne indépendante d’un type de cellule spécifique, dans le corps. Le myélome multiple, également connu sous le nom de myélome des plasmocytes et de maladie de Kahler, est un cancer, d’un type de globules blancs appelés plasmocytes. Il s’agit d’un type de cellules B, c’est-à-dire de lymphocytes qui jouent un rôle dans la réponse immunitaire de l’organisme, en créant des protéines, qui agissent comme des anticorps. Comme ils sont créés dans la moelle osseuse et transportés par le système lymphatique, dans tout le corps, lorsque ces cellules deviennent cancéreuses, elles ne peuvent pas être localisées. Les cellules malignes qui prolifèrent se propagent à d’autres sites de la moelle osseuse et provoquent des lésions osseuses en créant des tumeurs. En raison de la croissance de ces tumeurs malignes dans la moelle, la création de nouvelles cellules sanguines et de plaquettes est considérablement entravée. Par conséquent, le myélome multiple est incurable, mais sa progression peut être retardée et ralentie grâce à certaines méthodes de traitement du cancer.

Symptômes

Le facteur le plus important, qui affecte l’espérance de vie, en cas de cancer, est sa détection précoce. Plus la détection est précoce, plus la probabilité de le traiter est grande. Cependant, le myélome multiple ne présente pas de symptômes prononcés à son apparition. Certains des symptômes, qui sont éventuellement observés, sont :

  • Douleur osseuse dans les côtes et le dos
  • Douleur et bris d’os dans et autour de la zone de la colonne vertébrale
  • Faiblesse persistante, essoufflement et épuisement dus à l’anémie, associés à une soif excessive
  • Fréquence de la fièvre et des infections
  • Nausée et/ou constipation
  • Fréquence des mictions
  • Saignement
  • Fièvres fréquentes

Prognostic

Le myélome multiple est la deuxième forme la plus courante de cancers malins de la moelle osseuse. Il s’agit d’une forme très rare de cancer, dont le taux d’incidence ne constitue qu’un pour cent de toutes les incidences de cancer. L’exposition aux rayonnements est connue pour être l’un des principaux agents causals de ce type de cancer, qui touche plus particulièrement les personnes âgées. Environ 1 résident sur 161 est touché par le myélome multiple. Son pronostic ne peut être établi qu’après avoir pris en considération tous les aspects liés à la maladie. Plusieurs facteurs influencent le pronostic, qui est une prédiction future de l’évolution et de la vitesse de propagation de ce cancer.

Il y a plusieurs facteurs qui influencent le pronostic.

Le pronostic dépend de nombreux facteurs, qui sont :

  • Stade : Il existe généralement trois stades classés du myélome multiple, qui dépendent du degré de croissance du cancer au moment de la détection. C’est le principal facteur dont dépend l’espérance de vie. Un autre facteur est la localisation du cancer.
  • Abondance des immunoglobulines : Le myélome multiple est détecté par l’abondance d’une immunoglobuline spécifique, créée en excès par les cellules cancéreuses et détectée dans le sang et les urines
  • Degré d’atteinte rénale : Ce cancer provoque des lésions rénales et le pronostic dépendra de l’état de cet organe important
  • Réponse initiale au traitement : Beaucoup dépend de la façon dont le cancer répond aux premières tentatives de traitement
  • Age & ; Santé : L’âge du patient et ses antécédents médicaux affectent également le pronostic. Ce facteur affecte le type et le degré de traitement intensif que le patient peut supporter.

Espérance de vie en fonction du stade

L’espérance de vie des patients atteints de myélome multiple dépend largement du stade d’évolution du cancer. La classification du stade, est basée sur les valeurs de l’albumine sérique et de la bêta-2 microglobuline sérique dans le sang. Le taux de ces deux protéines est un indicateur du degré de prolifération atteint par les cellules cancéreuses. Le taux de survie par stade, que je précise ici, est basé sur des statistiques et est une valeur médiane. Une prédiction précise de l’espérance de vie n’est pas possible, car elle dépend de nombreux facteurs que j’ai mentionnés dans le pronostic. L’espérance de vie individuelle des patients atteints variera approximativement autour des valeurs médianes prédites ci-dessous. Voici un aperçu général de l’espérance de vie en fonction du stade de développement. Peut-on rappeler que cet article n’est qu’à titre de référence. Un médecin expérimenté serait toujours une meilleure source d’information.

Espérance de vie

Stade 1

Les patients présentant un taux d’albumine supérieur à 3,5, mais un taux de bêta-2 globuline inférieur à 3,5 tombent dans le premier stade de développement du myélome multiple. L’espérance de vie médiane de ces patients est la plus élevée, soit 62 mois après la détection.

Stade 2

Les patients dont le taux de bêta-2 globuline, compris entre 3,5 et 5,5, se situent au deuxième stade de développement. L’espérance de vie médiane de ces patients est de 44 mois après détection.

Stade 3

Les patients dont le taux de bêta-2 microglobuline est supérieur à 5,5, relèvent du troisième stade de développement. L’espérance de vie médiane de ces patients est la plus faible, qui est de 29 mois après la détection.

Ces chiffres ne sont élaborés que sur la base de statistiques et il peut y avoir de grands écarts par rapport à celle-ci, car chaque cas est unique. La fourchette globale de l’espérance de vie des patients atteints de myélome multiple s’étend de 1 an à plus de 10 ans dans certains cas. L’espérance de vie médiane en général est de 3 ans. Les statistiques révèlent qu’environ 35 % ou un tiers des patients atteints vivent cinq ans. La plupart des patients qui font partie de ces 35 % ont subi une chimiothérapie, associée à une greffe de cellules souches, qui semble être la meilleure ligne d’attaque. Un pronostic précis ne peut être fourni par un médecin qu’après un examen minutieux des résultats des tests et des antécédents médicaux du patient.

L’espérance de vie dépend totalement de la façon dont le cancer réagit à la chimiothérapie, aux médicaments à base de thalidomide et aux stéroïdes. Les greffes de cellules souches constituent une autre forme de traitement. Les greffes de moelle osseuse autologues utilisent les propres cellules souches du patient, tandis que les greffes allogéniques utilisent des cellules souches provenant d’une autre source. Les deux traitements ont donné des résultats prometteurs. Un dépistage précoce augmente les chances de survie. Tout ce que l’on peut faire, c’est opter pour le bon traitement et espérer que tout ira bien.

Disclaimer : Cet article est uniquement destiné à des fins de référence. Il n’est pas censé se substituer aux conseils d’un professionnel de santé qualifié.

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

À lire aussi