Paramédical I Santé I Médecine I Hygiène

Comment réduire les dissonances cognitives : difficile, mais possible

dissonance cognitive

L’inconfort psychologique que l’on ressent lorsque ses actions ne sont pas alignées avec ses croyances est appelé dissonance cognitive, que nous nous efforçons tous d’éviter autant que possible. Lorsqu’elle se produit, on peut la réduire de différentes manières.

A propos des les dissonances cognitives

Malgré tous ses travaux dans le domaine de la psychologie sociale, Leon Festinger a consacré la dernière partie de sa vie à la recherche de données archéologiques préhistoriques.

Suggérée par Leon Festinger en 1957, la théorie de la dissonance cognitive stipule que l’être humain fait toujours de son mieux pour avoir une cohérence interne, c’est-à-dire que ses croyances, ses pensées et ses opinions correspondent à ses actions, son comportement et son attitude afin d’éviter toute tension mentale, quelle qu’elle soit. En cas de dissonance, d’inconfort ou d’incohérence de quelque nature que ce soit, nous avons tendance à ressentir un inconfort psychologique et à nous efforcer de le réduire, voire de l’éviter complètement.

La dissonance cognitive est vécue de manière assez importante dans notre vie quotidienne sans que la plupart d’entre nous s’en rendent compte. Cette dissonance varie selon l’ampleur de cette situation particulière – s’il s’agit de quelque chose de mesquin ou d’insignifiant, nous ne prenons pas la peine de trop réfléchir à notre dissonance, et nous la réduisons rapidement, l’ignorons et passons à autre chose. Si les cognitions (pensées, croyances) et les actions sont importantes pour nous, nous ressentons alors un plus grand niveau d’inconfort psychologique. Par exemple, une chose aussi minime que le fait d’avoir d’abord une excellente opinion d’un bonbon particulier, puis d’en préférer un autre, peut ne pas causer beaucoup de dissonance cognitive, car vous pouvez changer votre conviction que ce bonbon est meilleur que les autres assez facilement. Au contraire, lorsque l’ampleur de la situation est plus grande, disons que vous savez que votre médecin veut que vous suiviez un régime strict pour perdre du poids, mais que vous finissez par manger beaucoup d’aliments gras le deuxième jour de votre régime. Vous pouvez alors vous sentir très agité, coupable et psychologiquement mal à l’aise, jusqu’à ce que vous ayez réduit la dissonance autant que possible.

Comme le dit la théorie, nous avons tendance à vouloir avoir une cohérence interne en permanence, et le moindre déséquilibre nous perturbe. La réduction de la dissonance cognitive est un aspect important pour assurer la cohérence interne. Bien qu’elle soit importante, elle est difficile à atteindre, et nous faisons donc de notre mieux pour trouver diverses tactiques pour satisfaire notre esprit. Festinger a fourni trois techniques de réduction de base de la dissonance cognitive dans sa théorie, comme cela est expliqué dans la section suivante.

Modifier l’importance des cognitions originales

L’une des méthodes de réduction de la dissonance cognitive consiste à modifier l’importance des cognitions originales de manière à réduire l’inconfort psychologique. Modifier l’importance des cognitions d’origine pourrait signifier soit que vous augmentez l’attrait de l’alternative choisie, soit que vous diminuez l’attrait de vos cognitions. Il s’agit d’une méthode de réduction de la dissonance cognitive.

Exemple

Un fumeur qui sait que fumer nuit à la santé justifiera son tabagisme en disant : « La mort m’emportera quand il le faudra » ou « Ce qui doit arriver arrivera » ou « Fumer est un loisir pour moi, ce n’est pas une addiction. » Par cette justification, il diminue l’importance de ses cognitions d’origine (le fait de fumer est mauvais pour la santé) afin de réduire toute dissonance qu’il pourrait ressentir.

Ajout de nouvelles cognitions pour soutenir le comportement conflictuel

La dissonance est ressentie lorsque le comportement que nous pratiquons entre en conflit avec les croyances, comme on le sait. Une autre façon de réduire cette dissonance est d’ajouter de nouvelles croyances qui soutiennent le comportement conflictuel. L’ajout de nouvelles croyances permet de l’emporter sur les croyances de la dissonance, ce qui réduit la dissonance cognitive dans une large mesure.

Exemple

Une femme en surpoids s’est vu conseiller par son médecin de suivre un certain régime, de faire de l’exercice et de perdre du poids afin de réduire les éventuels risques pour la santé. Son régime a été soigneusement discuté et conçu, et il élimine complètement la malbouffe qui représente une menace pour sa santé. La femme sait pourquoi il est important de suivre un régime, et que c’est pour sa santé, et non pour une raison stupide. Pourtant, elle se gave de gâteaux, de beignets, de hamburgers et d’autres aliments gras qui sont strictement tabous pour elle. La femme se dit : « Ce n’est pas grave, on a le droit de tricher de temps en temps » ou « Je ferai plus d’exercice demain et je ferai disparaître tout ça » ou « Le médecin est injuste, mon régime n’a pas besoin d’être aussi strict » ou « Il n’a pas dit quand je devais commencer à suivre ce régime. Ça pourrait être à partir de la semaine prochaine, pour ce que j’en sais ! Pourquoi ne pas en profiter maintenant ? » En se disant cela, elle réduit la dissonance qu’elle ressent en trichant sur son régime, car elle a ajouté de nouvelles cognitions qui soutiennent son comportement conflictuel, ce qui l’emportera sur sa croyance initiale sur la nécessité d’un régime.

réduire dissonance cognitive

Changer complètement de comportement

Changer complètement de comportement signifie que l’on s’en tient à les cognitions d’origine, et que l’on modifie complètement le comportement conflictuel afin d’agir conformément à les croyances. Ici, l’importance est donnée aux cognitions d’origine plutôt qu’aux cognitions conflictuelles, et ainsi, la dissonance cognitive est réduite. Cependant, il peut être vraiment difficile pour les êtres humains d’adopter cette méthode de réduction de la dissonance, en particulier lorsque les deux cognitions conflictuelles semblent aussi attrayantes l’une que l’autre.

Exemple

Une femme intelligente et très ambitieuse apprécie les hommes qui lui ressemblent, et méprise ceux qui manquent de détermination et d’ambition. Pourtant, son nouveau petit ami est un homme décontracté qui ne semble pas très intéressé à travailler ou à faire quelque chose de sa vie. Le comportement de cette femme, qui sort avec cet homme, est en contradiction avec sa conviction initiale de mépriser ces hommes. Pour réduire la dissonance qu’elle ressent, la femme clarifie ce qu’elle attend de son partenaire idéal, et décide qu’elle ne peut plus sortir avec cet homme, et qu’elle doit être avec quelqu’un qui correspond à son état d’esprit. La femme réduit son inconfort psychologique en rompant avec son petit ami, et ainsi, en changeant complètement son comportement de façon à gérer sa cohérence interne.

Grandement, toutes les techniques et stratégies de réduction font partie des trois méthodes de base pour diminuer la dissonance cognitive. Ce concept a plusieurs applications pratiques dans divers domaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

À lire aussi