Vie pratique I Mode d'emploi I Life style

Avantages et inconvénients de l’euthanasie : droit de mourir ou de tuer ?

avantage euthanasie

L’euthanasie est-elle humaine ? Avons-nous le droit d’évaluer si une vie vaut la peine d’être vécue ? L’euthanasie doit-elle être pratiquée uniquement chez les personnes en phase terminale, ou également chez les personnes affaiblies et les malades mentaux ? Oui, il peut sembler triste de voir souffrir l’être aimé, mais au bout du compte, pouvons-nous prendre les choses en main et décider de mettre fin à une autre vie ? Eh bien, c’est difficile à dire !

Le mot euthanasie est dérivé de la langue grecque où « eu signifie bien » et « thanasia signifie mort ». L’euthanasie est également connue sous le nom de meurtre par pitié.

L’euthanasie est un moyen de mettre fin sans douleur à la vie de ceux qui sont soit atteints d’une maladie incurable, soit en proie à d’immenses douleurs. Cette forme de suicide assisté est pratiquée avec le motif  » humain  » d’atténuer la douleur et la souffrance d’une personne.

Il s’agit d’une forme de suicide assisté.

Bien que les médecins soient mis sous serment de ne pas prendre part à l’euthanasie, certains pays l’autorisent légalement. Bien que la pratique ait été légalisée dans des pays comme la Belgique, la Suisse, l’Amérique (Washington et Oregon) et les Pays-Bas pour certains motifs après le consentement de la famille, elle continue d’être un sujet de discorde dans ces pays, même aujourd’hui.

C’est un sujet qui suscite à coup sûr mille opinions. Ce n’est définitivement pas une question à prendre à la légère. Jetons un coup d’œil au débat suivant qui nous aidera à comprendre le raisonnement pour & contre le meurtre par pitié.

Mort dans la dignité (les pour de l’euthanasie)

Parfois, les gens mentionnent dans leur testament, que si jamais ils se retrouvent dans une situation telle que cela semble sans espoir ou trop difficile à supporter, que la famille devrait lui permettre de mourir.

Un individu devrait avoir la liberté de choisir une mort provoquée s’il souffre d’une maladie incurable où même le meilleur traitement n’améliore pas sa qualité de vie.

Légaliser l’euthanasie permettrait d’atténuer les souffrances des patients en phase terminale. Il serait inhumain et injuste de leur faire endurer des douleurs insupportables.

La légalisation de l’euthanasie permettrait de soulager les souffrances des patients en phase terminale.

Alors que tuer quelqu’un pour tenter de se défendre « soi-même » est acceptable par la loi, le meurtre par compassion est considéré comme un acte hautement immoral par nature. Le motif de l’euthanasie est d’ « aider à mourir » sans douleur et devrait donc être considéré positivement par les législateurs.

L’euthanasie n’est pas un acte de violence.

Un médecin est censé aider à traiter les malades en prescrivant des médicaments qui soulageront la souffrance du patient (à n’importe quel prix), même si ces médicaments donnent potentiellement lieu à de graves effets secondaires. Cela signifie que la prise en charge de la détresse doit être la priorité, même si elle affecte l’espérance de vie d’une personne. L’euthanasie suit la même théorie de traitement de la tourmente de manière à aider quelqu’un à mourir paisiblement hors de tout péril possible.

L’euthanasie devrait être une extension naturelle des droits du patient lui permettant de décider de la valeur de la vie et de la mort. Le maintien du système de maintien en vie contre la volonté du patient est considéré comme contraire à l’éthique par la loi ainsi que par la philosophie médicale. Si le patient a le droit d’interrompre un traitement, pourquoi n’aurait-il pas le droit d’abréger sa vie pour échapper à l’angoisse ? La douleur de l’attente de la mort n’est-elle pas plus traumatisante ?

Les dépenses de santé sont et seront toujours une préoccupation pour la famille, indépendamment des lois sur l’euthanasie, et seuls ceux qui peuvent se permettre un traitement prolongé improductif continueront à le faire. Une partie des partisans du meurtre par compassion se demande souvent s’il est rationnel de maintenir en vie une personne – qui n’a aucun espoir de survie – grâce à un système d’assistance, alors que notre infrastructure médicale est déjà soumise à une immense pression.

On peut donc en déduire que si l’euthanasie est interdite dans le monde entier, l’euthanasie passive a toujours existé et d’ailleurs la loi ne l’interdit pas. Le non-respect et l’abus de l’euthanasie (passive) ont toujours existé et seront toujours pratiqués par des substituts ayant de faux motifs. Ce sont ceux qui n’ont pas besoin d’une loi pour prendre la vie d’une personne. Les restrictions légales existantes laissent sans défense aussi bien les patients incurables que les militants pro-euthanasie qui approuvent l’euthanasie comme un geste de bonne volonté pour la dignité d’un patient.

incovénient euthanasie

Respecter le caractère sacré de la vie (Contre l’euthanasie)

Les opposants à cette pratique recourent le plus souvent à l’éthique et à la morale dans leur tirade contre cette pratique. Ils affirment que le meurtre par compassion est une pratique contraire à l’éthique, car tuer une personne – pour quelque raison que ce soit, ne peut être justifié. Voici vous donnez les contre de l’euthanasie et comment les gens traitent avec l’idée de cette pratique.

Le meurtre par compassion est moralement incorrect et devrait être interdit par la loi. Il s’agit d’un homicide et le meurtre d’un autre humain ne peut être rationalisé en aucune circonstance.

La vie humaine mérite d’être protégée.

La vie humaine mérite une sécurité et une protection exceptionnelles. Les technologies médicales avancées ont permis d’améliorer la durée et la qualité de la vie humaine. Les centres de soins palliatifs et de réadaptation sont de meilleures alternatives pour aider les personnes handicapées ou les patients approchant de la mort à vivre une vie meilleure et sans douleur.

Les membres de la famille ne peuvent pas se contenter d’être des amis.

Les membres de la famille prendraient un désavantage indu si l’euthanasie était légalisée en influençant la décision du patient en ce sens pour des gains personnels. De plus, il n’y a aucun moyen d’être vraiment sûr si la décision vers le suicide assisté est volontaire ou forcée par les autres.

Même les médecins ne peuvent pas prédire fermement sur la période de la mort et s’il y a une possibilité de rémission avec un traitement avancé. Ainsi, la mise en œuvre de l’euthanasie signifierait de nombreux décès illégaux qui auraient bien pu survivre plus tard. Légaliser l’euthanasie reviendrait à donner du pouvoir aux auteurs d’abus de droit et à accroître la méfiance des patients envers les médecins.

L’euthanasie conduirait à l’effet « pente glissante », c’est-à-dire lorsque ceux qui sont incapables d’exprimer leurs désirs, sont mis à mort comme les séniles, ou un bébé ou une personne dans le coma et ainsi de suite. Cela entraînerait un déclin des soins de santé et une victimisation des sections les plus vulnérables de la société. Peut-être, le meurtre par pitié se transformerait-il du « droit de mourir » au « droit de tuer » ?

Toutes les religions considèrent l’euthanasie comme un acte de meurtre, personne n’ayant le droit de mettre fin à la vie ou d’être le juge de la suite des événements. En dehors de ces raisons, il y a certains aspects pour lesquels il y a une plus grande possibilité que l’euthanasie soit gâchée.

C’est le cas de l’euthanasie.

Comment évaluer si un trouble de nature mentale qualifie le meurtre par compassion ? Que faire si le seuil de douleur d’une personne est inférieur à l’optimum et que le patient perçoit les circonstances comme ne méritant pas de vivre ? Comment savoir si le désir de mourir est le résultat d’un processus de pensée déséquilibré ou d’une décision logique chez les patients malades mentaux ? Que se passe-t-il si l’individu choisit le suicide assisté comme option et que la famille ne serait pas d’accord ?

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

À lire aussi