antidépresseurs

Bien que l’utilisation d’antidépresseurs puisse vous aider à faire face à la dépression, il est important de comprendre leur fonctionnement afin de s’assurer que les risques d’addiction et de surconsommation sont écartés.

Le terme  » antidépresseurs  » est utilisé pour désigner un groupe de médicaments psychiatriques qui sont généralement utilisés pour traiter divers troubles de l’humeur. Ces médicaments sont généralement prescrits aux personnes souffrant de maladies dépressives, comme la dépression, les troubles bipolaires, etc. Les antidépresseurs ciblent généralement un ou plusieurs neurotransmetteurs liés à l’humeur et aident à traiter l’affection qui y est associée. Des millions de personnes dans le monde entier ont recours aux médicaments contre la dépression pour soulager divers troubles de l’humeur.

Antidépresseurs – Comment fonctionnent-ils ?

Dans le cerveau humain, les neurones sont séparés par un espace appelé synapse. Afin de transférer un message, ces neurones ont recours à des neurotransmetteurs. Après avoir été libérés par le neurone émetteur, ces neurotransmetteurs se déplacent dans la synapse jusqu’à ce qu’ils soient acceptés par un autre neurone. Un tel transfert de message est exécuté à une vitesse énorme, après quoi les neurotransmetteurs retournent au neurone expéditeur, dans un processus connu sous le nom de recaptage, ou sont décomposés par certaines enzymes.

La sérotonine, la noradrénaline et la dopamine font partie des neurotransmetteurs les plus importants associés aux affections dépressives. Chez les personnes souffrant de ces affections, la production de neurotransmetteurs est fortement entravée. Dans de telles circonstances, des antidépresseurs sont administrés pour augmenter le nombre de neurotransmetteurs dans le cerveau dans le cadre du traitement de l’affection médicale sous-jacente.

fonctionnement antidépresseurs

Comment affectent-ils le cerveau ?

Il existe plusieurs types d’antidépresseurs, dont les principaux sont les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN), les antidépresseurs tricycliques (ATC) et les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO). Chacun de ces médicaments agit différemment sur le cerveau pour soulager la maladie en question. Bien que chacun d’entre eux aide à maintenir les niveaux requis de neurotransmetteurs dans le cerveau, le processus exécuté pour y parvenir diffère dans chacun d’entre eux.

Alors que les ISRS retardent le processus de recaptage pour exécuter la tâche, les TCA le font en bloquant le neurone émetteur pour qu’il accepte la sérotonine à son retour et les IMAO le font en supprimant les enzymes qui décomposent les neurotransmetteurs. Alors que les ISRS ne ciblent que les niveaux de sérotonine dans le cerveau, les TCA ciblent les trois neurotransmetteurs associés à l’humeur et aux troubles liés à l’humeur.

Combien de temps avant qu’ils ne commencent à faire effet ?

Beaucoup de personnes arrêtent de prendre des antidépresseurs après les avoir pris pendant une semaine ou deux, car elles n’obtiennent pas les résultats escomptés. Il est important de comprendre qu’il faut normalement quelques semaines pour qu’ils montrent leurs effets. Le temps qu’il leur faut pour soulager la souffrance dépend également du fait que la personne suit correctement ou non les instructions données par le médecin. Certains changements dans le régime alimentaire et le fait de rester à l’écart de l’alcool, tel que recommandé par le médecin, contribuent également à accélérer le processus de récupération.

Bien qu’utiles dans plusieurs cas, les antidépresseurs ne sont généralement pas recommandés pour un usage quotidien en raison de certains effets secondaires qui leur sont associés. Ces effets secondaires, allant de légers à graves, diffèrent d’un type d’antidépresseur à l’autre. On prescrit normalement à une personne celui qui a le moins d’effets secondaires, ou celui qui n’interfère pas avec une autre affection dont elle souffre. La surconsommation de ces médicaments est connue pour causer des dommages à l’organisme à long terme et, par conséquent, les personnes qui les utilisent ne doivent le faire que sous surveillance médicale. Enfin, les effets indésirables des mêmes, s’il y en a, doivent être portés à la connaissance du médecin immédiatement.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like