Espérance de vie

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire du système nerveux central. C’est une maladie grave et certaines personnes sont touchées beaucoup plus gravement que d’autres. Cet article fournit des informations sur l’espérance de vie de la sclérose en plaques, qui peut varier d’une personne à l’autre en fonction du type de la maladie et de la gravité des symptômes.

La sclérose en plaques n’est pas une maladie grave.

Environ 400 000 et 2,5 millions de personnes dans le monde souffrent de sclérose en plaques. Chaque cas de sclérose en plaques (SEP) est unique. Il s’agit d’une maladie inflammatoire du cerveau et de la moelle épinière. La substance blanche présente à l’intérieur de ces organes est constituée de fibres nerveuses qui transmettent les signaux de communication de/vers le corps. Des plaques de dommages appelées plaques ou lésions apparaissent dans des zones aléatoires de la substance blanche du système nerveux central (SNC), chez les personnes diagnostiquées avec la SEP.

Les dommages causés par la SEP sont très imprévisibles et variables. Les zones du SNC qui sont touchées et la gravité de leurs lésions déterminent l’état de la personne. Par conséquent, le type et la gravité des symptômes peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre. Les patients atteints de sclérose en plaques peuvent subir une perte partielle ou totale de toute fonction contrôlée par le cerveau ou la moelle épinière ou passant par ces organes. Le type et la gravité des symptômes déterminent l’espérance de vie de la sclérose en plaques.

Symptômes de la sclérose en plaques

Vous n’avez qu’à le nommer et vous trouverez ce symptôme dans cette liste. Les symptômes de la SEP sont innombrables et il est impossible des énumérer ici. Les symptômes importants et les plus courants sont énumérés ici. Les personnes diagnostiquées avec la SEP peuvent ressentir l’un ou l’autre des symptômes suivants, totalement ou partiellement. La détection des symptômes et des signes précoces de la SEP permet de ralentir la progression de la maladie.

  • Discours flou
  • Nombreux
  • Nausea
  • Tingling, picotements et aiguilles
  • Faiblesse musculaire
  • Spasmes musculaires
  • Perte d’équilibre
  • Spasticité, crampes et douleurs
  • Perte de la fonction sexuelle
  • Cécité, vision floue ou double
  • Incontinence, urgence ou hésitation urinaire
  • Constipation
  • Des problèmes de mémoire à court terme
  • Autres formes de dysfonctionnement cognitif
  • Incapacité à avaler
  • Incapacité à contrôler sa respiration
  • Fatigue invalidante
  • Dépression

La SEP est une maladie auto-immune chronique où le système immunitaire de l’organisme lui-même, attaque une partie du corps, la suspectant d’être un « corps étranger ». Elle peut commencer par une poussée aiguë des symptômes en quelques heures à quelques jours, que l’on appelle une rechute ou une attaque. La personne peut ressentir une gêne soudaine dans ses activités physiques normales. Au stade précoce, les symptômes se résorbent souvent spontanément, après quelques jours ou quelques mois. Cette situation est connue sous le nom de « rechute ». Même lorsque les symptômes disparaissent, les lésions nerveuses peuvent se poursuivre chez les personnes atteintes de la forme rémittente. Dans de tels cas, l’accent est mis sur le traitement de prévention de la SEP. En ce qui concerne le pronostic de la SEP, diagnostiquer la gravité de la maladie et évaluer si elle est progressive reste une tâche ardue pour les médecins. En raison de l’imprévisibilité des poussées, des rechutes et des rémissions, il est assez difficile de prévoir l’espérance de vie des personnes atteintes de sclérose en plaques. La sclérose en plaques agressive, qui réduit rapidement la durée de vie, est observée dans très peu de cas. Dans la majorité des cas, on observe que les patients ont une espérance de vie quasi normale, avec quelques limitations dans les activités normales.

La sclérose en plaques progressive est une maladie qui se caractérise par une forte intensité de la maladie.

Sclérose en plaques progressive

L’âge d’apparition de la SEP est large, la fourchette est de 20 à 40 ans. Environ 10% de tous les patients atteints de SEP connaissent une progression chronique sans rechutes. C’est ce qu’on appelle la condition progressive primaire de la SEP. Dans la SEP progressive, les symptômes s’accumulent lentement au fil du temps. Lorsque de nouveaux symptômes apparaissent lors de poussées discrètes, on parle de formes rémittentes de la SEP. Entre deux poussées consécutives, les symptômes peuvent disparaître complètement. Mais les patients doivent faire face à des problèmes neurologiques permanents, surtout lorsque la maladie progresse. La majorité des patients atteints de SEP ne deviennent pas gravement handicapés ; mais la qualité de vie est définitivement affectée.

Malheureusement, il n’existe pas de remède pour la SEP. Le taux de suicide chez les patients atteints de SEP est plus élevé que la moyenne. Après une poussée, les médecins font de leur mieux pour prévenir la récurrence d’une poussée à l’avenir et diminuer le risque de handicap. Le pronostic dépend de l’âge, du sexe, de la santé mentale et physique globale du patient, du type de maladie, des symptômes spécifiques de la personne, des symptômes du stade précoce et du degré d’invalidité de la personne au fil du temps. L’évolution de la SEP chez une personne donnée ne peut être prédite exactement ; mais on a observé que l’espérance de vie des patients est presque la même que celle de la population normale. Les études montrent que si les symptômes de la SEP sont remarqués à un stade précoce, la progression de la maladie peut être ralentie à l’aide de médicaments modificateurs de la maladie. Chez 10% des patients, la maladie initiale est primaire progressive et l’espérance de vie n’est pas grandement affectée.

Sclérose en plaques progressive secondaire

Les patients qui ont eu une sclérose en plaques récurrente ou rémittente passent à une phase progressive secondaire de la sclérose en plaques, généralement 6 à 10 ans après le début de la maladie. Dans cette phase, on remarque une aggravation progressive de la maladie entre les poussées. À l’aide des études menées jusqu’à présent, on peut affirmer qu’après 10 ans, 50 % des personnes atteintes de la forme rémittente de la SEP développeraient la forme progressive secondaire et qu’après 25 à 30 ans, ce chiffre atteindrait 90 %. En général, la maladie met plus de 30 ans à atteindre le stade final.

Sclérose en plaques agressive

La sclérose en plaques est dite agressive lorsque la maladie progresse très rapidement dès son apparition, entraînant un handicap sévère dans un délai relativement court. Elle peut conduire au décès en quelques semaines. Heureusement, cette forme de SEP est extrêmement rare. La forme aiguë de la SEP ou SEP agressive peut entraîner presque immédiatement la mort. Autrement, la SEP n’est pas considérée comme une maladie mortelle et les symptômes de la SEP n’entraînent généralement pas la mort. La SEP affecte les systèmes corporels et le risque d’attraper des infections comme la pneumonie et de souffrir à cause d’autres maladies augmente.

Les faits sur la SEP nous informent que l’espérance de vie pour cette maladie est en fait identique à l’espérance de vie de tout le monde – près de 80 ans.

Donc, prenez soin de ces patients et aidez-les à vivre le mieux possible avec la sclérose en plaques, parce qu’ils devront y faire face pendant très, très longtemps.

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

À lire aussi