Interview : Elodie Frenck

elodie-frenck-interview-mediateaseur-home

Je vous l’annonçais ici ce samedi en parlant de la saison 2, Elodie Frenck, l’héroïne de la série Les semaines de Lucide sur Série club est notre invitée du jour.

L’occasion de revenir avec elle sur son arrivée au casting et sur les méthodes de travail. J’avais déjà rencontré Elodie sur le tournage de cette saison 2 et une fois de plus celle-ci a été souriante et très sympathique. Tout l’inverse de son personnage.

 

*****

 

Bonjour Elodie,

Vous interprétez le personnage de Lucide dans Les semaines de Lucide, comment êtes-vous arrivée sur ce projet ?

Par audition. En fait, j’avais déjà travaillé avec la réalisatrice du pilote, et lorsqu’elle a fait celui des Semaines et bien elle a proposé mon nom. La production voulait quelqu’un de connu, un nom et du coup ils ont auditionné pas mal de gens et avec moi et bien ça a marché (rires).

Quels sont les points sur l’histoire ou le personnage qui vous motivaient vraiment ?

Il y en a beaucoup, tout d’abord l’originalité du personnage, qui n’était pas juste une grande blonde, c’est intéressant de jouer les chipies et les filles qui ne laissent personne indifférent. C’était aussi le format et la façon de le faire en plan séquence. Un premier rôle comme cela, ça se refuse rarement sauf si c’est malhonnête.

Lucide est un personnage assez peste, on s’amuse beaucoup à jouer un tel rôle ?

Ce sont des personnages qui servent beaucoup la comédie. C’est un peu caricatural mais ça permet de dénoncer plein de choses et de montrer ce qu’il ne faut pas faire comme dans les comédies de Molière où les personnages sont très excessifs. Et puis souvent elle dit tout haut ce que les gens pensent tout bas, donc oui c’est très agréable, fatiguant mais agréable.

Vous avez l’occasion d’apporter quelques idées de jeux ?

Oui, car en fait il n’y a que la situation d’écrite. Après on a vraiment tout le loisir de les modifier, pas forcément le temps mais on peut le faire. Pendant les répétitions, on change des choses, je ne suis pas seulement quelqu’un qui fait ce qu’on lui dit de faire.

J’ai pu constater sur le plateau qu’il y avait vraiment une bonne ambiance entre l’équipe. Vous vous connaissiez avant le tournage ?

Moi, je ne connaissais personne, non. La bonne ambiance est née d’une bonne directrice de casting, je pense, car c’est ça aussi, mettre des gens ensemble. Donc Bénédicte Guillot a bien réussi à mélanger des gens qui s’entendent, qui s’écoutent, qui se respectent.

Vous pensiez en tournant la première saison que cela aurait autant de succès ?

Non. Alors sincèrement, moi je connaissais la chaîne car j’ai une autre série qui passe dessus, mais je ne l’ai pas. Et franchement je n’ai pas du tout pensé à ça, j’ai pensé que le milieu du travail et les relations tendues entre collègues, ça pouvait plaire mais pas autant. Et je vous avouerais que je n’ai même pas les chiffres, moi.

Vous avez accepté facilement la saison 2 ?

Oui, mais la saison 1 on en avait fait 40 d’épisodes et ma condition c’était de n’en faire que 20 pour la 2. Pour 40 épisodes tout le monde est trop épuisé, les sujets ne sont pas forcement bien traités, là 20 ça permet de gérer avec un peu de temps en préparation.

Et une saison 3 ?

Tout dépend des textes. Si ça se renouvelle, oui sans problème, mais si ça s’essouffle, il y a un moment, il faut laisser les choses comme ça. Tout dépend vraiment du texte.

*****

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Elodie Frenck pour sa disponibilité, et vous rappelle que Les semaines de Lucide est diffusée tous les soirs à 20h10 sur Série Club.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *