Interview : Franck Le Hen

franck-le-hen-interview-mediateaseur-home

Depuis le 23 mars dernier, se joue au Théâtre Le Méry la pièce Bonjour Ivresse de Franck Le Hen. Vous pouvez découvrir ma chronique de la pièce en cliquant ici.

Afin de faire la promotion de cette pièce, qui n’en a déjà plus besoin devant le succès, Franck m’a fait le plaisir de bien vouloir se poser sur Le Mediateaseur. En espérant vous donnez envie de découvrir son univers et cette nouvelle pièce.

Bonne lecture.

 

***** 

 

Bonjour Franck,

Votre pièce est désormais à l’affiche depuis fin mars, êtes-vous content de l’accueil du public ?

Oui très très content ! Je ne suis pas forcément quelqu’un de super sûr de moi donc vous imaginez mon état quelques secondes avant la première le 23 mars… Ce soir-là a été magique, j’ai découvert les réactions, les rires, la salle était en délire !! C’était une libération, ensuite après 3 semaines à l’affiche, les retours sont excellents et la pièce se bonifie de jour en jour, je suis un homme heureux !

Vous aviez coécrit Les Homos préfèrent les blondes, vous avez écrit Bonjour Ivresse seul,  c’était une réelle envie ?

Une envie d’écrire seul ? pas forcément, ça s’est présenté comme ça, mais je suis heureux d’être allé jusqu’au bout, histoire de me prouver que je pouvais y arriver tout seul mais l’écriture seul est différente car à 2 c’est un ping-pong permanent qui fait avancé le projet plus rapidement, quand on écrit seul il faut savoir laisser reposer le texte quelques semaines voire quelques mois pour avoir un regard neuf aux relectures et visualiser les passages plus faibles, les incohérences etc…

Comment vous est venue l’idée de départ de la pièce ?

C’était l’été 2007 devant des rediffusions de la série « Will and Grace » sur Canal +, je me suis dit que ce serait génial d’avoir une sorte de Will and Grace français au théâtre , je voyais mes 30 ans arriver et j’ai préféré en rire que d’en pleurer. J’ai voulu mélanger mon amour pour la comédie en général et le théâtre de Boulevard avec ma passion pour les séries américaines (Friends, Desperate Housewives, Absolutely Fabulous…)

Aviez-vous déjà quelques noms en tête à l’écriture pour incarner vos personnages ?

Non pas du tout, au départ je ne savais même pas si j’allais monter réellement la pièce, j’écris beaucoup mais il y a beaucoup de choses qui restent dans les tiroirs donc non j’ai imaginé les personnages sans penser à des comédiens précisément (du moins dans les toutes premières moutures de la pièce).

Justement le casting, un des évènements c’est la présence de Frank Delay, comment vous est venue cette idée ?

C’était fin 2007, j’avais déjà écrit une bonne partie de la première version de la pièce et je commençais à cogiter sur le casting. Un des personnages se devait d’avoir un physique très sportif (musclé quoi !) et je suis tombé sur une affiche de théâtre avec Frank qui faisait ses premiers pas sur scène habillé en rose, les « pecs » en avant lol. Je l’ai contacté pour venir voir « Les homos préfèrent les blondes », le premier contact a été très positif, le projet avait l’air de lui plaire , j’ai donc continué l’écriture de la pièce en pensant à lui et j’ai voulu lui offrir un rôle dans lequel il avait la possibilité de se moquer de l’image caricatural que certain pouvait avoir de lui.

Frank est un bosseur très loin de l’image people véhiculée par certains médias, j’aime son parcours, après la folie des 2be3 il a pris des cours de théâtre, a joué dans quelques courts métrages et fait des guests dans des séries, c’est un vrai sportif qui mise sur l’endurance plutôt que la précipitation. Je suis content que les spectateurs le voient dans une comédie et découvrent son auto dérision.

Les comédiens ont-ils tous accepté facilement la pièce ? Et ont-ils eu la possibilité d’apporter quelques idées à leurs personnages ?

Pour Frank, voir la réponse précédente, sinon j’ai rencontré Agnès Miguras et Caroline Gaget dans les couloirs de La Grande Comédie, ce sont d’excellentes comédiennes de comédie et de « terrain » (beaucoup de représentations à leur actif) qui ont tout de suite adhérer au projet à ma plus grande joie, elles ont 2 emplois très différents mais qui se complètent parfaitement sur scène, cette distribution a été mon moteur pour démarcher les salles et les productions. Chacun a été libre d’apporter des idées sur leur personnage, ça ne veut pas dire que j’ai tout accepté mais tant que ça va dans le sens de l’histoire et le ton de l’écriture, je valide ! Le théâtre pour moi ce n’est pas juste un texte, les comédiens sont tout aussi importants car ce sont eux qui tiennent le projet soir après soir.

Vous êtes une fois de plus aidé par Christine Giua pour la mise en scène, est-ce important pour vous de travailler avec les mêmes personnes ?

Christine m’a dirigée dans la pièce « Théatrouille » au Théâtre Comédia et a repris la mise en scène des « Homos préfèrent les blondes » ; c’est une excellente directeur de comédiens, ce qui manque a beaucoup de metteur en scène. Et le fait qu’elles connaissent mes défauts et mes qualités fait que je ne peux pas lui mentir sur scène , elle me cadre et m’empêche de tomber dans la facilité. Je ne voyais pas une autre personne pour co-mettre en scène avec moi, elle va toujours dans le sens de mon univers (si tant est que j’en aie un) et l’optimise, que demander de plus !

Vous donnez l’impression de passer d’un projet à l’autre en pensant déjà au prochain, c’est une image qui vous va ?

C’est tout à fait ça ! En même temps, j’ai joué 3 ans « Les homos préfèrent les blondes » donc j’ai eu le temps de préparer la suite, si ça avait été un bide j’aurais peut-être rebondi moins rapidement, mais c’est vrai que je ne peux pas m’arrêter, je pense toujours à la suite mais il faut savoir se poser et se réserver des moments de vie « normale » ne serait-ce que pour se reposer et se régénérer (en même temps, je dis ça mais j’ai commencé à écrire « Bonjour ivresse » lors de mes 1ère vacances lors du marathon « Les homos… »…)

Pourra-t-on vous voir en tournée un jour avec l’une de vos pièces ?

J’espère vivement que « Bonjour ivresse » va faire une belle tournée en France et dans les pays francophones. On a joué « Les homos… » en Avignon et quelques dates en dehors de Paris mais le titre effrayait les mairies de province (pas les programmateurs qui eux ont adoré) à croire que les mentalités n’ont pas tant évolué que ça… surtout que je reçois beaucoup de lettres et de mails de provinciaux frustrés de ne pas avoir vu « Les homos préfèrent les blondes » dans leurs villes, ils se rattrapent sur le DVD mais j’espère leur offrir « Bonjour ivresse » en live cette fois-ci !

Merci encore à Franck Le Hen d’avoir fait confiance au Mediateaseur. Retrouvez la pièce Bonjour Ivresse du mardi au samedi à 21h30 au Théâtre Le Méry

2 thoughts on “Interview : Franck Le Hen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *