Interview : Julia Channel

julia-channel-interview-mediateaseur-home

Il y a quelques jours, nous vous proposions d’écouter ici le single Forever in a Day, premier titre de l’album à paraître, baptisé Colors, de Julia Channel.

Peu de temps après, j’ai eu le plaisir d’avoir un long entretien avec Julia qui est aussi belle et talentueuse que sympathique, naturelle et souriante. L’occasion donc d’en savoir beaucoup plus sur ce disque dont nous ne manquerons pas de vous parler à sa sortie.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire l’interview ci-dessous que j’en ai eu à la faire.

 

*****

 

Bonjour Julia,

On se rencontre à propos de votre album Colors qui sortira dans quelques temps, dans quel état d’esprit êtes-vous actuellement ?

Très bien (rires).  En fait c’est l’aboutissement de quasiment 17 années de travail, pas sur ce projet-là en particulier, mais c’était il y a 17 ans la première fois où je suis rentrée dans un studio. J’ai commencé à travailler à l’époque avec Bambi Cruz, Organiz, Cutee B, donc j’ai fait beaucoup de choses avant, que les gens ne savent pas forcement. Mais depuis 95 je ne fais que ça d’être en studio pour bosser, essayer des styles différents, jusqu’à arriver à ce projet aujourd’hui que je produit moi-même via mon label, comme ça je fais ce que je veux avec qui je veux.

Un premier single est déjà disponible il s’agit de Forever in a Day, êtes-vous contente de l’accueil qu’il reçoit ?

Oui assez. En fait, moi, j’ai un double accueil car le morceau est aussi sorti en Angleterre où l’accueil est très bon et je suis très surprise car là-bas, on ne me connaît pas du tout. Et c’est beaucoup plus difficile de se faire une place dans la musique en Angleterre car le niveau est beaucoup plus élevé et la compétition est plus rude. C’est le pays de la pop et du rock. L’accueil a été très bon surtout dans les clubs au niveau des DJs, je reçois des commentaires de DJ toutes les semaines et on a une note globale de 7/10 depuis plus de 2 mois (en Angleterre il y a un système de cotation de la musique) et ça ne fait que grandir au niveau de l’accueil.

Et chez nous ?

Et en France, c’est un peu plus long car on ne peut pas malheureusement empêcher les gens d’être stupides. Il y a beaucoup de gens qui regardent encore mon image passée au lieu de regarder le côté musical. On s’est heurtés à des abrutis, et je souligne ce mot. Il y a des DJs en France qui ont refusé d’écouter le titre alors que c’est la moindre des choses d’au moins écouter, mais dans leurs têtes ils se sont dit « ça va être nul » ou « ça va être comme Clara Morgane » alors que ça n’a rien à voir. Je trouve ça lamentable quand on est DJ ou qu’on travaille dans une radio de faire des remarques comme ça, ce qui compte c’est d’au moins écouter le projet. Surtout que ceux qui ont changé d’avis ont fini par nous dire que c’était bien (rires).

Le tournage du clip de ce titre est pour très bientôt, est-ce que vous pouvez nous en dire 2 mots ?

Alors je ne vais pas trop en dévoiler, sinon il n’y aura plus de surprise, mais il va être tourné à Londres et je pense que ça va pas mal surprendre. Les gens s’attendent peut-être à un clip téléphoné du genre sexy etc (rires) alors que ce n’est pas du tout ça. Il y aura beaucoup de performance de danseurs, il y a aussi un guest très connu qui va faire une apparition. Je pense que ça va être assez spectaculaire et il va sortir lui-aussi en Angleterre et en France.

Parlons un peu de l’album en lui même, il en est où au jour d’aujourd’hui ?

Il est quasiment fini. J’ai rajouté des titres parce que j’avais envie mais sinon il est fini. C’est juste que lorsque qu’on me propose un nouveau son que j’adore, je veux le faire car je ne sais pas m’arrêter.

Il est dans la même veine que le premier extrait ?

Non justement c’est très varié, tous les titres ne se ressemblent pas. Il y a une base on va dire, mais c’est varié, d’où le titre Colors, on aurait aussi pu l’appeler multi-couleurs (rires).

Est-ce que vous pouvez un peu nous dévoiler votre méthode de travail sur cet album et sur les titres ?

Alors ce qui est simple, et pas simple en même temps, c’est que c’est moi qui gère tout du début à la fin car c’est mon label. Donc ça commence par trouver les beatmakers, il y a plusieurs personnes avec qui je travaille et parfois j’essaye aussi d’en trouver des nouvelles. Une fois que le son est fait, je propose des idées, je fais des modifications, ensuite il y a l’écriture avec mes auteurs, on choisit la thématique ensemble mais je n’écris pas et après il y a tout le processus avec le mixeur aux Etats-Unis, le mastering qui revient pour être fait en Angleterre (rires).  Et il y aussi toute mon équipe qui travaille autour, j’ai mes graphistes, les gens qui font la promo en Angleterre, ceux qui font la coordination, ceux du clip, tout le monde à son poste. C’est très structuré car il y a 25 personnes qui travaillent au quotidien sur ce projet pour le mener à bien.

Vous vous impliquez donc à tous les niveaux, on ne peut pas dire que vous êtes juste une interprète de plus ou un pantin.

Oui, par exemple l’écriture du clip c’est moi, pendant le tournage, je vais être derrière la caméra pour vérifier les plans, le montage j’y suis, j’ai même été me renseigner sur les filtres et les meilleures caméras à utiliser car dans ma tête je sais ce que je veux.  On ne peut pas dire que je suis un pantin, ça, c’est juste pas possible (rires).

Vous avez débuté en faisant des featurings, est-ce qu’il y aura aussi des invités sur cet album ?

J’ai un invité américain qui s’appelle Lee Marvin Harris, qui est un artiste qui, lui, a fait beaucoup de duos et j’avais vraiment envie de travailler avec lui car j’adore sa voix et ce qu’il propose. La collaboration s’est super bien passée et je suis très contente du titre.

3 remixes du single sont aussi disponibles, l’ « objectif » avec cet album c’est plutôt d’entrer en club ou aussi directement chez le public ?

Evidemment c’est très clubbing quand même mais l’idée c’est d’essayer de toucher un maximum de personne et je me rend compte à travers les retours que j’ai via les sites communautaires, que ça plaît à un panel très large. L’autre jour, j’ai une petite fille de 12 ans qui m’a dit qu’elle aimait beaucoup mon morceau donc j’étais fière, après il y a des filles de la trentaine comme moi, des gens plus âgés, honnêtement ça me fait très plaisir. Et effectivement on a développé beaucoup de remixes, et sur tous les titres de toute façon il va y avoir des déclinaisons en remix, j’ai de quoi faire un double album en fait avec les remixes (rires).

C’est vrai que l’on vous voit très active sur vos pages communautaires, c’est important pour vous cet échange avec votre public ?

Enormément oui car j’ai une carrière qui a tenu 20 ans donc c’est assez long et je pense que c’est dû justement au fait que j’ai une certaine proximité avec les gens. Evidemment il faut savoir garder une certaine distance mais j’aime être proche des gens donc oui je réponds lorsque j’ai des messages ou des demandes de conseil sur mes pages communautaires. Je me dis que ça prend 5 minutes et que ça peut peut-être aider la personne. Alors je ne peux pas tout le temps le faire bien sûr, sinon j’y passerais mes journées, mais j’essaye de communiquer au maximum.  Même si je suis plus exposée que d’autres, je reste une fille humaine et normale donc voilà.

Une autre manière de rencontrer le public, c’est la scène, il y a des dates de prévues ?

J’avais commencé à faire quelques concerts radio pour annoncer le projet et dire voilà je suis là. Et puis là, avec l’été qui arrive, il va y avoir des plateaux radios de prévus et puis démarrer la tournée club. Je vais pouvoir enfin aller à la rencontre du public avec cet album et la scène j’adore ça, c’est comme si je suis dans mon lit, je suis  à l’aise et j’adore ça.

julian-channel-colors-cover

Le Mediateaseur remercie encore une fois Julia Channel pour sa gentillesse et ses sourires. Dès que l’album Colors sera disponible, nous vous en parlerons. Et si vous voulez suivre l’actualité de Julia Channel, suivez sa page facebook officielle en cliquant ici. Nous vous laissons avec le clip de Forever in a day.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *