Interview : Ocean Drive

ocean-drive-itv-mediateaseur-home

Revolution, vous n’avez pas fini d’entendre parler de ce nouveau single d’Ocean Drive.

Non seulement car le titre, 2ème extrait du nouvel album à venir, est aussi efficace que les singles qu’on connaît déjà. Mais aussi car il vient d’être choisi comme générique de la nouvelle version de la Star Academy sur NJR 12.

Pour discuter du single, de son utilisation par l’émission, et de l’album à venir, j’ai eu l’occasion de rencontrer Gilles Luka (GL) et Solenn-Oceane (SO) autour d’un café.

Un entretien à lire ci-dessous.

 

 

***** 

 

Bonjour tous les 2,

Votre nouveau single Revolution tourne beaucoup sur les ondes depuis sa sortie, j’imagine que vous êtes contents ?

GL : Oui. Surtout que c’est un titre hyper important pour nous car c’est celui qui représente l’album du même nom. On mise beaucoup sur ce single.

On le voit aussi beaucoup à la télévision grâce à son clip, c’est important pour vous l’aspect visuel autour du groupe ?

GL : L’image, c’est très important car c’est le premier contact qu’on a avec le public. Quand il écoute une chanson, il imagine des choses, et après il voit à la télé, et soit ça correspond totalement à ce qu’il a imaginé, soit on est complétement à côté, donc c’est super important de véhiculer ce qu’on veut dire dans la chanson avec l’image. Et dans ce clip, Revolution, ça parle vraiment du texte.

Comment travaillez-vous en tant que groupe pour la composition des morceaux et le visuel des clips ?

GL : Pour les clips et l’esthétique, c’est mademoiselle. Niveau musique je bosse avec un DJ qui s’appelle Romain Curtis et qui est vraiment mon binôme en studio, et un autre coproducteur qui s’appelle Johnny Williams qui, lui, est à Miami. Et à nous 3, on s’échange des idées, c’est un vrai travail de collaboration. Et pour les clips, c’est Solenn-Océane qui se fait plaisir.

SO : En fait ce clip raconte un peu ma vie. A 15 ans j’ai fait du mannequinat puis il y a un truc qui a changé et je me suis retrouvée d’un coup dans la musique, un peu par hasard. Il y a eu un changement de vie rapidement. C’est un clip qui fait un peu rêver et qui en même temps est vrai.

GL : On était plus dans l’humour avec des petites saynètes pour le clip précédent de Whatever (encore et encore), et là on est vraiment dans l’histoire. La révolution, c’est la révolution personnelle.

Ce titre a été choisi pour être le nouvel hymne de la Star Academy sur NJR 12, c’est quelque chose qui vous fait plaisir ?

GL : Oui là, c’est la bonne nouvelle car la chanson n’a pas été faite pour le programme, elle a été choisie après. Je crois que le thème dont on vient de parler correspond aussi à la Star Ac, car ce sont des amateurs qui vont changer de vie et aller dans une école pour apprendre la musique. Au delà de la chanson, je pense que le thème leur a plu et je commence déjà à voir en presse « Star Ac fait sa révolution ». Je pense que le thème était pile poil dedans.

Vous souvenez-vous du moment où on vous l’a annoncé et si vous avez dit oui rapidement ?

GL : Je m’en souviens car j’avais déjà travaillé pour NJR 12 pour Les anges de la téléréalité. Il fallait faire une chanson un peu dynamique car ils sont friands de musique électronique chez NRJ 12. Ca s’est bien passé, et quand ils m’ont appelé, on n’a pas hésité longtemps. Au-delà de l’exposition qui est importante pour un titre, d’être associés à une émission musicale, ça nous fait très plaisir. On n’aurait pas accepté pour une émission trash, même très exposée.

Vous savez déjà si vous allez vous produire sur le plateau ?

GL : Ah oui. Mais je n’ai pas le droit de dire quand.

Ce single est annonciateur du nouvel album, où en est-il au jour d’aujourd’hui ?

GL : Il est fini. C’est pour ça que Solenn qui vit dans le sud monte régulièrement sur Paris pour écouter l’avancement et poser les voix féminines. On est dans la phase de peaufinage, d’arrangements.

L’album sera dans la même veine que ce titre et que les précédents ?

GL : Oui, on a un style, c’est un mélange de voix féminine en français, voix masculines en anglais, les morceaux sont dynamiques, positifs. Pour moi, c’est de l’électro qui peut s’écouter toute la journée.

C’est ça la patte Ocean Drive ?

GL : Moi, j’ai l’impression de faire de la pop. Aujourd’hui on ne peut plus dire électro, dance. Tout le monde fait de la dance, il y a des sons électro partout même chez les rappeurs. Notre patte, c’est quelque chose de très radiophonique, de mélodique, ce sont des chansons avec un son actuel et on a pas besoin d’être à 3h du matin pour capter le truc.

Cet album va sortir cet hiver, c’est pour vous démarquer un peu des titres de l’été ou c’est le hasard des calendriers ?

GL : Il n’y a pas vraiment de bonne période pour sortir un album, il y a du monde tout le temps maintenant. Très honnêtement on ne réfléchit pas à ça, c’est la maison de disque qui est dans le marketing. Nous, on est vraiment dans l’artistique, on fait un peu ce qu’on a envie sans se formater. Pour la période, l’album a pris le temps car on voulait un peu se renouveler et offrir un vrai contenu. C’est la maison de disque qui a choisi février.

Et la prochaine étape, c’est vous produire avec ?

GL : Oui, là, on vient de signer avec Dynaprod et on va partir sur une tournée qui s’appellera le Revolution Tour, normal (rires) et qui va débuter début décembre jusqu’à la fin de l’été. On va vraiment faire la France entière avec ce projet-là. On a un show dans lequel on s’éclate et aller voir les gens c’est ce qu’on préfère.

revolution-cover

Le Mediateaseur remercie encore Gilles Luka et Solenn-Océane pour leur accueil et leur simplicité.

Nous vous laissons avec le clip de Revolution,  single déjà disponible, si vous désirez vous le procurer, sur les plateformes de téléchargement légales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *