Interview : Alizée

alizee-interview-mediateaseur-home

Alors que nous vous chroniquions ici son nouvel album, 5, sorti ce lundi dans les bacs, Alizée est aujourd’hui notre invitée en interview.

J’ai eu le plaisir de rencontrer la jeune artiste en milieu de semaine, pour un entretien bien sympathique à lire ci-dessous.

 

 

*****

 

Bonjour Alizée,

On se rencontre aujourd’hui pour parler de votre nouvel album 5, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Et bien, je suis plutôt sereine, nous avons de bons retours, les gens ont l’air d’aimer,  et de s’y intéresser aussi surtout, c’est important. J’espère que ça va continuer.

L’album est sorti ce lundi, nous sommes mercredi,  avez-vous eu un peu le temps d’apprécier cet accueil ?

Oui, grâce aux réseaux sociaux évidemment, j’ai regardé un petit peu mais il y a beaucoup de promo donc je n’ai pas trop le temps. Tout s’enchaîne, mais en tout cas, de ce que j’en ai lu et entendu, je suis contente.

Nous avons souligné, comme beaucoup d’autres, les références sixties, en premier lieu, est-ce que cela vous convient ?

Oui bien sûr,  elles étaient voulues dès le début, les références sixties, et surtout à France Gall. C’est bien si l’on souligne ça, c’est que les gens ont compris l’album.

Est-ce que vous pouvez nous dire justement, d’où vous est venue cette idée ?

Tout simplement, quand j’ai fait mon précédent album qui était électro, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire musicalement sur ce nouvel album et où j’avais envie d’aller.  France Gall est beaucoup revenue dans mes références  et dans mes envies, et du coup j’en ai fait part à mon équipe et on est partis sur cette idée de référence 60’s.

Vous êtes une jeune artiste, est-ce que  ce sont des références que vous écoutez régulièrement ?

Oui, en tout cas France Gall vraiment énormément et depuis toujours. Françoise Hardy, je connais quelques chansons évidemment, je connais son parcours.  Ce sont des modèles quand on est chanteuse et que l’on a mon âge.

Cet album vous l’avait fait avec une équipe, notamment avec Thomas Boulard et Adrien Gallo, pouvez-vous nous parler un petit peu de ces rencontres et de la collaboration ?

Alors Adrien, je l’ai rencontré lors du festival Les Musik’elles à Meaux, il m’avait invitée à chanter avec son groupe et c’était déjà une chanson de France Gall bizarrement. Ça s’était super bien passé, du coup lorsque je commençais à penser aux équipes et aux gens avec qui j’avais envie de travailler sur ce nouvel album, j’ai pensé à Adrien. Je lui ai envoyé un  message en  lui faisant par de mon envie et de mes références et ça lui disait bien, et c’est pour ça qu’il a bien voulu accepter.

Et concernant  Thomas Boulard, qui lui, a écrit beaucoup plus sur cet album ?

Alors Thomas, c’était assez différent puisque je ne connaissais pas. J’ai reçu la première chanson qui était Dans mon sac, qui n’avait pas été écrite pour moi, mais comme je me retrouvais beaucoup dedans j’ai de suite voulu la chanter et la garder pour cet album. J’ai demandé à rencontrer Thomas et à avoir d’autres chansons de lui parce que j’aimais bien son travail.  Il m’en a écrit une puis deux, et ça a fait effet boule de neige.

Ils viennent tous les deux du rock, sont-ils entrés facilement dans cet univers ?

Oui, puisque dès le départ le cahier des charges était de faire un album variété pop avec des sons sixties, tout en restant moderne dans le son pour que les gens se retrouvent.  Il fallait que ça me ressemble. Comme l’idée de départ leur plaisait, ils se sont lancés dans cette histoire avec plaisir.

alizee-interview-mediateaseur-illustration

Une fois les chansons  reçues, vous donniez votre avis à la fin ou vous interveniez pour la création ?

Alors ça dépend des textes. Adrien, j’ai reçu la chanson finie, j’ai adoré de suite et je n’ai rien eu à changer. Il y a des textes de Thomas que j’ai reçus et auxquels je n’ai rien voulu changer, et d’autres qui me parlaient peut-être un petit peu moins et j’ai voulu faire en sorte que cela se rapproche plus de moi. Dans ce cas, j’ai modifié avec mon crayon, je lui ai renvoyé les petites modifs pour que ça reste sa plume et que ça dise ce que moi je voulais dire.

Justement, vous n’avez pas encore envie d’écrire seule ?

Non, parce que c’est vraiment un talent et un métier. Je fais mon métier de chanteuse, c’est déjà pas mal, et j’aime bien être une interprète et chanter les chansons des autres, comme Vanessa Paradis ou France Gall par exemple.

Dans l’équipe, il y a également Alexandre Azaria, le réalisateur, c’est celui grâce à qui on doit les cuivres et les cordes. Là aussi, pouvez-vous nous parler un petit peu de la rencontre et du travail ensemble ?

Alors quand on a fait des maquettes de cet album, il fallait réfléchir à un réalisateur, j’en ai écouté les œuvres de beaucoup et j’ai été séduite par le travail d’Alexandre. Le fait qu’il ait fait beaucoup de bandes originales de films, je trouvais que cela se prêtait bien et on a travaillé ensemble. On a enregistré des chansons dans son propre studio et on ne s’est pas quittés pendant un certain temps pour vraiment être dans l’humeur de cet album. Je suis vraiment ravie du résultat parce que ça sonne comme je le voulais avant de le rencontrer.

En ce qui concerne les cordes et les cuivres,  vous êtes-vous un peu impliquée là-dedans ?

Alors les  cordes et les cuivres, c’est vraiment une première pour moi dans ma carrière. Je suis partie en Belgique, j’étais un peu comme une enfant, c’était un moment assez grandiose et je n’avais rien à dire car tout était parfait.

Jean-Jacques Goldman vous a également écrit  2 textes, qu’on ne trouve pas sur cet album, pourra-t-on les entendre éventuellement sur la réédition ?

Je pense qu’elles seront pour le prochain album. Je les voulais vraiment, mais musicalement au niveau des productions cela ne rentrait pas dans le code des autres chansons, ce n’était pas cohérent. Je n’avais pas envie d’abîmer ses chansons et de trop les modifier, donc j’ai fait le choix de les garder pour plus tard.

On pourra éventuellement les découvrir sur scène ?

Sur scène,oui, après le prochain album (rires).

A côté de ces sonorités sixties, il y a également trois chansons en piano voix ou en guitare voix, c’était une véritable envie ? 

C’est vrai que dans l’album précédent, par exemple, il était très électro et moins intime. Là ici, les textes s’y prêtaient bien, et j’ai eu l’envie d’une atmosphère acoustique, c’est une première pour moi et je suis assez contente du résultat.

Est-ce qu’on peut dire que cet album est un peu plus mûr que les précédents ?

C’est dur à dire, puisque chaque fois on dit que je fais un retour, et que c’est l’album de la maturité du fait qu’on m’a connue très jeune.  En tout cas, cet album ressemble à une jeune fille de bientôt 30 ans et qui est bien dans ses baskets.  Ça définit bien l’album.

On le disait, l’accueil pour le moment est très positif,  est-ce que ça « efface » un peu le moins bon résultat l’album précédent ?

Je n’ai pas envie d’effacer quoique ce soit, je crois que lorsqu’on est artiste, on se doit de prendre des risques et cela fait partie du métier. Sur l’album précédent j’ai moins pensé aux autres, j’ai un peu trop pensé à moi, ce que je voulais faire sur le moment. Mais il y a beaucoup d’artistes qui ont des albums qui ne fonctionnent pas, et on les retrouve des années plus tard, on leur ressort cet album en leur disant que finalement c’était leur meilleur (rires).

La prochaine étape, c’est de présenter cet album sur scène ?

J’espère. En tout cas, s’il rencontre le succès, c’est avec plaisir que je montrai sur scène pour partager cet album avec le public.

Donc pour l’instant, il n’y a rien de prévu ?

Pour l’instant, j’attends vraiment de voir si les gens sont réceptifs à cet album.

Et dans votre tête, il y a déjà quelques idées ?

Oui, j’ai quelques idées, les chansons se prêtent bien à la scène donc ça donne vraiment l’envie d’y penser. J’espère vraiment que si je peux monter sur scène, ce sera très musical plus que show.

alizee-5-cover

Le Mediateaseur remercie Alizée, pour son sourire et le temps qu’elle nous a accordé.

J’espère que cette interview vous aura plu, et vous aura donné envie d’entrer dans son univers. L’album  5 et dans les bacs, et nous vous tiendrons informés dès qu’il y aura des informations sur une éventuelle tournée.

One thought on “Interview : Alizée

  1. It won’t get her the concert she had when she was 20
    Probably just small shows in France and Mexico and may be Russia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *