Interview : Riké

rike-interview-mediateaseur-home

Nous avions chroniqué ici Au gré du vent, le nouvel album solo de Riké.

Les aléas des plannings ont retardé l’organisation d’une interview avec l’artiste, mais c’est désormais chose faite et vous pouvez lire l’entretien ci-dessous.

 

 

*****

 

 

Bonjour Riké,

On se voit aujourd’hui pour votre nouvel album Au gré du vent sorti en mai dernier, êtes-vous heureux de son accueil ?

Ah oui complètement. Surtout que j’ai passé deux ans enfermé chez moi pour le faire et je ne reçois que des bons retours et des bons commentaires, donc je suis super content.

Justement, quand avez-vous trouvé le temps de travailler cet album, car il y a eu une longue tournée récemment pour les vingt ans de Sinsemilia ?

Pendant. Quand je rentrais le soir, certaines journées, des week-ends. En plus il y a eu cinq ans entre le premier album et celui-là, donc j’ai vraiment eu le temps et je l’ai même bien pris (rires).

Il y avait une forte envie de revenir en solo une fois de plus ?

Alors à la base non. Pendant ces cinq ans d’absence, ma vie privée a connu beaucoup de complications, à un moment donné j’ai cru que je ne reviendrais pas. Mais je suis bien entouré par de bons amis, par des personnes qui m’aiment et que j’aime et qui m’ont motivé à relancer l’histoire. Maintenant je suis très content de l’avoir fait, mais ce fut compliqué.

Dans ma chronique, j’avais qualifié ce disque d’hymne à la joie, est-ce que ça vous va comme terme ?

Oui ça me va, après il y a beaucoup de choses qui se passent dans ce disque, mais j’en tire toujours du positif, donc oui j’aime beaucoup cette phrase merci.

Effectivement, même dans Larmes ou Pas les mots qui sont plus mélancoliques, il y a toujours de l’espoir à la fin.

J’en sors toujours de l’espoir. Ma vie se passe comme ça,  je vis comme ça, mon personnage est comme ça, je suis moi. Je dis souvent qu’on ne vit qu’une fois, alors c’est facile de le proclamer mais c’est vrai. J’en profite dans le sourire avec toujours de l’espoir.

Vous pouvez-nous parler de la création de ces nouvelles chansons ?

Je compose toujours, mais sur ce troisième album solo, et ça se passe aussi comme ça chez Sinsémilia, c’est Mike qui écrit les textes. Je souligne que c’est une histoire d’amitié, de longue date, car on se connaît depuis le CM1. Je ne lui demande même pas les thèmes. Comme je le disais, ma vie a été compliquée, il a écrit par rapport à ce qui s’est passé autour de moi et l’a très bien fait, j’ai dû changer quatre mots sur douze titres. C’est tellement bien de travailler avec son meilleur ami. Une fois qu’il m’a envoyé les textes, je change un ou deux mots s’il le faut, puis je commence toujours avec une guitare et ma voix. De là je crée une mélodie et après je m‘en sers.

Sur ce disque, il y a une chanson intitulée Place aux herbes, qui se situe à Grenoble, c’était une manière de rendre hommage à votre ville ?

Ce n’est pas un hommage à Grenoble spécialement, mais à la place, aux habitants de cette placeet au marché. J’ai emménagé là-bas quand c’était le chaos dans ma vie et tous les habitants de cette place m’ont redonné le sourire. Cette chanson a fait plaisir, ces gens m’ont tellement fait de bien, la chanson leur rendait la pareille. C’est peut-être très personnel, mais j’en avais besoin.

Il y a également un duo avec Aldebert qu’on aime beaucoup, pourquoi cet invité justement ?

Aldebert et moi on se connaît depuis une dizaine d’années. Je l’avais rencontré sur un festival, il m’a demandé de chanter avec lui sur un album destiné aux enfants et qui s’intitulait Enfantillages. Nous sommes depuis devenus de bons amis et je voulais lui renvoyer l’ascenseur. Il a écrit la majeure partie du texte de Mr Tout Le Monde, un personnage qui existe déjà sur Enfantillages, donc c’est rigolo.

Vous partez prochainement sur les routes pour présenter l’album, j’imagine que vous avez hâte de rencontrer le public ?

J’ai fait quatre ou cinq dates qui déjà ont été un vrai bonheur. Le retour a été merveilleux et ça motive pour la suite. Je réattaque gentiment le 7 août, jusqu’à la fin de l’année un peu partout et je vais même avoir une formation en groupe, je vais peut-être aussi me produire dans des tous petits lieux, juste en guitare-voix pour avoir deux spectacles différents.

Les titres sont déjà festifs sur l’album, sont-ils réarrangés en plus pour la scène ?

Complètement oui. Et même si on me demandait de faire comme sur l’album, je ne le ferais pas car je n’aime pas ça. Un album s’écoute d’une certaine manière et je n’aime pas la reproduction sur scène à l’identique. J’aime qu’il y ait une transformation, mais que le public retrouve tout de même la chanson. Je viens de la scène donc j’aime aménager pour qu’il se passe des choses avec le public.

rike-au-gre-du-vent-cover

Le Mediateaseur remercie encore Riké de nous avoir accordé un peu de temps. Son nouvel album Au gré du vent est dans les bacs et avec ce temps gris et maussade, nous ne pouvons que vous conseiller de l’écouter pour retrouver le sourire.

Toutes les dates de la tournée sont ici sur son site officiel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *