Interview : Christelle Chollet

christelle-chollet-home2

Après avoir assisté au dernier spectacle de Christelle Chollet qui se joue actuellement à Bobino, nous en avions fait une chronique à lire ou à relire ici.

Aujourd’hui, je vous propose l’interview de la chanteuse et comédienne que j’ai eu le plaisir de rencontrer hier soir dans sa loge avant le début du spectacle.

Il ne reste que deux dates à Paris, mais le spectacle part ensuite en tournée pour de nombreux mois avant de revenir dans la capitale, j’espère que cela vous donnera envie de vous y précipiter.

 

 

*****

 

  

Bonjour Christelle,

Vous proposez actuellement votre nouveau spectacle. Le précédent fut un vrai véritable triomphe, y a-t-il un peu de pression pour l’écriture de celui-ci ?

Oui il y a eu un peu plus de pression. Nous sommes restés six ans à tourner un peu partout avec le précédent spectacle qui a très bien marché. Mais finalement on s’est mis à la hauteur des attentes des gens et de ce qu’on avait envie de construire sur ce deuxième spectacle. Le plus beau des cadeaux maintenant c’est que les gens me disent qu’ils préfèrent ce nouveau spectacle.

Sur l’affiche on lit « écrit et mis en scène » par Rémy Caccia, comment se passe le travail à deux ?

Lui c’est celui qui fait tout et moi je m’amuse. Il me demande souvent ce que j’aimerais comme sketch, dire, chanter et après ça se fait assez naturellement. Il me propose des choses que je trouve formidables ou à chier et ça fonctionne très bien. En plus d’être un couple, on est un véritable duo, je ne suis pas seule sur scène car je l’ai lui, dans ses écrits. C’est un travail vraiment naturel.

Pour le choix des chansons est-ce la même chose, ou plutôt selon vos envies ?

Les deux oui. Enfin, plutôt ce que j’ai envie de chanter moi, mais parfois on se heurte à certaines choses. Par exemple Proud Mary de Tina Turner qu’on pensait être un tube, mais quand on l’a testé en salle les gens ne connaissaient pas nécessairement. Il y a donc parfois des envies qu’on ne concrétise pas et après il y a des  choses qui s’imposent si ça interpelle vraiment les gens.

Vous savez à peu près combien de temps de travail a pris ce spectacle ?

Au moins six mois entre la phase d’écriture, de répétition et de « rodage » en passant de salles en salles.

Une fois le spectacle prêt, étiez-vous impatiente d’être à la première ou un peu stressée à cette idée ?

Il y a eu plein de premières en fait. La toute première après deux mois de répétitions, la première à Paris etc. Je ne suis pas stressée de nature, on dira que pour les premières je fais pipi deux fois plus que pour les quotidiennes ! Mais je ne suis pas stressée. On exerce un métier magnifique et quand on a bien travaillé, on est un peu plus confiant. Même si parfois en étant confiant on se vautre quand même.

Sans trop en dévoiler, on peut dire que vous gardez le principe de SOS chanteuses, cette idée était délibérée dès le départ?

Oui car on voulait faire évoluer le personnage et les gens sont venus sur L’EmPIAFée aussi pour ce personnage, donc on voulait leur redonner celle qui a fait le succès du spectacle. Mais cette espèce de super-héroïne de la chanson a évolué, elle ne s’est pas assagie mais s’est élevée socialement et s’est mariée.

En plus du personnage, on retrouve également les mêmes musiciens qui vous entourent, on peut parler de famille en ce qui vous concerne tous ?

Oh oui vraiment. On a deux musiciens qui se remplacent sur ce spectacle : Pascal Miconnet et Brice Mirrione et puis Raphaël Alazraki « Jean-Paul 2 » qui est toujours là. Je fonctionne en clan, j’aime beaucoup ça.

Ce spectacle, vous l’avez joué tout l’été à Bobino, une période où d’habitude les théâtres sont vides, c’était une sorte de pari de remplir la salle ?

C’est plutôt une habitude chez nous. Moi j’adore jouer l’été, on a fait ça deux années au Comédia et deux années au Palais des Glaces au tout début. J’aime jouer à Paris l’été,  on se gare plus facilement et le public est plus détendu car il est en vacances. Ce n’est pas du tout la même ambiance. Je touche du bois pour les années à venir car on remplit à chaque fois.

Cet été sur scène, il y avait également Thierry Gondet que vous produisez, pouvez-vous nous parler de cette envie d’être productrice pour aider votre ami ?

Alors ce n’est pas vraiment pour l’aider car j’en ai rien à péter de Thierry Gondet (rires). Je souhaite juste que les gens ne passent pas à côté de ce talent incroyable. Il sait tout faire, il a un CV ahurissant. Quand il a commencé à faire du one-man-show écrit par Rémy, on a vu que ça accrochait tout de suite. On a cherché des producteurs et on n’en a pas trouvé pour des tas de raisons, donc à un moment-donné on s’est dit avec Rémy «  Ce n’est pas possible que ce mec ne soit pas dans une salle à Paris ». Alors on s’est y est mis. Franchement, on ne s’attendait pas à ce que ça fonctionne autant, mais il a un tel talent que c’est normal.

Cela peut vous donner des idées de produire d’autres talents par la suite ?

Pour l’instant non car je ne suis pas une productrice, pour bien s’y consacrer il faut se donner corps et âme et je n’ai pas cette vocation. Thierry sera sûrement mon seul « produit ». Après je ne sais pas, éventuellement, dans quelques années. J’ai fait ça pour lui avec Rémy et nos associés. Après je dis ça, mais je tomberais peut-être un jour sur un mec ou une nana génial que personne ne voudra mettre sur scène, mais c’est un vrai métier.

chollet-bobino-affiche

Le Mediateaseur remercie Christelle Chollet pour sa sympathie et sa disponibilité juste avant de monter sur scène.

Retrouvez là encore sur la scène de Bobino ce soir et demain à 20h30. Pour la tournée, ce sera à partir du 24 septembre, toutes les dates sont sur son site en cliquant ici.

Quant à Thierry Gondet, il se produit jusqu’en janvier 2014 à la Comédie des Boulevards du jeudi au samedi à 19h. Toutes les infos sur son site en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *