Interview : Jonathan Dassin

jonathan-dassin-interview-mediateaseur-home

En mai dernier, nous vous invitions ici à écouter une chanson et à nous donner votre avis sans en connaitre l’interprète.

Celui qui avait accepté de se prêter au jeu est Jonathan Dassin. Evidemment, le nom de famille vous rappelle quelque chose. Contrarié qu’on ne le présente qu’en tant que « fils de », j’ai donc eu cette idée qui a séduit Jonathan immédiatement, alors que d’autres n’auraient peut-être pas adhéré.

Suite à cela, nous nous sommes rencontrés pour discuter de cette idée, du single Ma voisine, de l’album à venir et de son nom de famille. Un entretien sympathique et sans langue de bois à lire sous le petit bonjour de l’artiste.

 

 

*****

 

 

Bonjour Jonathan,

Tout d’abord merci d’avoir dit oui à mon idée d’écoute de ton single à l’aveugle par nos lecteurs. Peux-tu nous dire ce qui t’a fait accepter ? 

Déjà, parce que, comme tu l’imagines, on me colle toujours l’image de mon père, alors on se demande si le message le plus important est la chanson ou seulement une histoire de filiation. Objectivement sur Internet, j’ai pu me rendre compte des critiques qui n’avaient rien à voir avec la musique. J’ai donc trouvé ton idée excellente, parce que là, il n’y avait pas d’histoire, il y avait juste une chanson.

Pour être clair avec le public, être le fils de Jos Dassin, honnêtement, ça t’a aidé un peu ou loin de là ?

Disons qu’en ce moment j’apprends les choses en même temps que je les vis. J’ai toujours pensé que ce serait un avantage plus qu’un inconvénient. Aujourd’hui, je comprends que cela engendre beaucoup de critiques de la part de certaines personnes, et beaucoup de peur de la part d’autres personnes qui pourraient éventuellement m’aider. C’est un peu plus complexe à gérer que ce que je ne pensais, mais en même temps c’est vraiment la musique que j’ai envie de partager.

Aujourd’hui, on se voit car ton actualité est le single Ma voisine qu’on doit à Ludovic Gaudez et Jeff Lebrun. Comment s’est passée la création de ce titre ?

Rentrer dans l’histoire de la création est un peu compliqué, il y a toujours une part de magie (rires), mais toujours est-il qu’il est question de la voisine de Ludovic Gaudez C’est une chanson très ancienne, je l’ai entendue il y a plus de dix ans. Je discutais un jour avec mon manager, car on pensait intégrer éventuellement une ou deux chansons qui n’étaient pas de moi et on a pensé exactement à la même personne. On adonc recontacté les auteurs et j’ai décidé de porter cette très belle chanson.

Tu es heureux de l’accueil du titre ou de la vidéo associée ?

On n’a pas un soutien énorme c’est sûr, on fait ça avec nos moyens. On attend encore l’étincelle qui fera exploser les vues du clip sur YouTube.  Mais on a confiance en nous et on ne lâche pas le morceau.

Ce single annonce un album, où en est-il ?

Il est terminé depuis quelques mois.  C’est un bonheur car aujourd’hui  je peux enfin le dire. Il y a onze chansons que j’assume à 100 %. Il est mixé, masterisé,  il ne reste plus qu’à faire la pochette et à trouver un réseau de distribution. Mais il sera au moins disponible sur les plateformes de téléchargement légal et après on espère vraiment le présenter physiquement dans les bacs.

C’est donc une autoproduction ?

Oui tout à fait, c’est une autoproduction. J’ai monté une boîte pour donner naissance à cet album, c’est un aspect important dans mon travail.  J’ai aussi fait le travail de producteur et j’en suis assez fier.

Au final combien y a-t-il de chansons qui ne sont pas de toi ?

Donc à part « ma voisine » et d’autres chansons dont je n’ai pas beaucoup touché à la composition et aux paroles, le reste vient de moi. Ce sont mes idées, mes textes, mes musiques mais j’ai souvent de l’aide.  Notamment celle très précieuse de mon réalisateur qui a participé à pas mal de musiques et celle de ma tante, entre autres, pour l’écriture de certains textes.

Quand on connaît ta vie et ton parcours, cette teinte très atypique va-t-elle ressortir dans le disque ?

C’est justement ça l’idée de l’album, il passe par tous les endroits où je suis passé dans ma vie. Ce disque représente vraiment des tranches de vie et le prochain sera un concept avec des chansons qui se ressembleront un peu plus. Là, j’ai vraiment eu le désir de présenter cette tranche de ma vie et c’est assez large, ça passe par beaucoup de styles distincts.

Quel est le programme en attendant la sortie ? Repos ? Promotion ?

L’album sortant en octobre, il ne va pas y avoir beaucoup de vacances. J’espère qu’il y aura le plus de promo possible, même si évidemment ce n’est pas comme si j’étais chez Universal (rires).

C’est encore beaucoup trop tôt pour l’évoquer, mais j’imagine que tu es impatient de te produire sur scène avec ces chansons ?

Oui évidemment. Comme je le dis toujours, le travail d’un chanteur  c’est de créer une chanson et de la chanter.  Hâte de voir les réactions du public en face de moi.

ma-voisine-jonathan-dassin-single-cover

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Jonathan Dassin d’avoir joué le jeu et d’être aussi naturel, spontané et souriant.

J’espère que cette interview aura suscité l’envie de découvrir le disque à sa sortie, nous vous en reparlerons à ce moment-là.  En attendant, je vous laisse avec une version inédite de Ma voisine préparée spécialement pour nous.

Merci aussi au Platine Hôtel de nous avoir laissé filmer dans ses locaux.

One thought on “Interview : Jonathan Dassin

  1. j’ inaugure avec plaisir cette page de commentaires. J’ aime beaucoup la musique de Jonathan, sa voix est très agréable, on est beaucoup à attendre son disque, ce serai dommage qu’ il ne soit qu ‘en plateforme et pas dans les bacs. Merci pour cette page fort agréable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *