Interview : Loretta

loretta-interview-mediateaseur-home

Changement de style et de nom de scène pour Laure Milan qui vient de proposer son nouvel album sous le pseudonyme de Loretta.

Find a way est un album de soul, en anglais, vraiment très réussi et maîtrisant un véritable univers. En ayant pris autant de plaisir à l’écoute, nous avions vraiment envie de pouvoir en discuter avec la chanteuse.

Entretien qui s’est réalisé depuis et que vous pouvez lire ci-dessous.

 

 

*****

 

 

 

Bonjour Loretta,

Ton album Find a way est disponible dans les bacs depuis quelques jours, comment te sens-tu aujourd’hui ?

Je suis très contente car il est enregistré depuis un an, voire plus, et je suis heureuse de pouvoir enfin le faire écouter. J’espère que les médias relaieront l’info car un album qui sort et dont personne ne parle, n’est pas porté à la connaissance du public et c’est dommage.

Il y a déjà eu deux singles avant la sortie du disque, que penses-tu de l’accueil ?

Il n’y a que des bons retours donc je suis vraiment ravie. Les gens aiment les chansons, les clips, je reçois beaucoup de compliments et ça me conforte dans ce changement de direction qui n’était pas facile à prendre. Je sais que les médias sont un peu frileux en plus quand une artiste française fait de la soul en anglais. J’ai fait cet album avant tout pour me faire plaisir, et que les retours soient positifs c’est ma première victoire.

Si l’on peut évoquer ton changement de pseudonyme, peux-tu nous en donner la raison ?

Comme l’album est totalement différent de ce que je faisais avant musicalement, plus qu’il est en anglais et qu’on a cherché à créer une espèce de personnage qui colle à l’univers, on s’est dit qu’on allait aussi changer le nom tant qu’à faire. C’est une remise des compteurs à zéro et Loretta n’est pas si éloignée que ça de Laure finalement.

Tu t’es impliquée dans la création de ce personnage et dans tout le côté visuel?

Oui car il fallait que ça me corresponde et me plaise donc j’ai donné mon avis de A à Z.

Est-ce un peu « difficile » de devoir recommencer à te faire connaître du public ?

Un peu oui car il y en a beaucoup qui ne me reconnaisse pas. Quand on leur révèle, ça leur paraît évident, et c’est un peu difficile car mon public aimait la langue française et là je les ai un peu perdus. J’espère donc réussir à les amener vers mon nouveau style et à me faire un autre public.

Du R’n’b tu es passée à la Soul, c’est un style qui te correspond mieux ?

Mieux je ne sais pas. Je prend autant de plaisir à chanter de la soul que du r’n’b, j’avais surtout envie et besoin de faire un autre style. Je voulais placer ma voix différemment  et explorer d’autres manières de chanter, d’où cette nouvelle direction.

C’est simple de créer des morceaux de soul ? Comment as-tu procédé ?

Pas vraiment, surtout quand on vient du r’n’b car ce ne sont pas les mêmes constructions de mélodies ni les mêmes arrangements. J’ai découvert de nouvelles choses avec cet album, c’est pour cela aussi que j’ai travaillé avec le chanteur de soul Gimenez E. qui est de Toulouse et qui m’a drivé en studio. Pour la construction j’ai fait comme à mon habitude, les compositeurs créent des accords, moi je trouve une mélodie et ensuite on adapte le texte.

Ce que j’ai aimé aussi sur le disque c’est le son et les nombreux instruments. As-tu enregistré avec un vrai orchestre ?

C’était un vrai orchestre. Parfois, nous enregistrions tous en même temps pour donner ce côté live et redonner l’essence de l’époque. On a pris aussi un micro de l’époque pour obtenir le même son idem pour le mixe et les instruments d’époque aussi pour certains. On a vraiment voulu faire un album de soul comme s’il était sorti dans les années 60, sauf pour quelques titres qui sont un peu plus new soul.

Il y a aussi une reprise, celle de Still loving you, tu peux nous parler de ce choix ?

C’est une magnifique chanson d’amour, un énorme tube que les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas tous et au départ c’est un challenge avec les musiciens. On a voulu prendre un morceau qui n’avait rien à voir avec la soul, ni avec ma voix, et en faire quelque chose au goût de l’album, sans changer le texte ni la mélodie bien sûr. Je suis très fière du résultat.

On évoqué Gimenez E., il y aussi Léon qui est invité sur cet album, comment s’est fait ce choix ?

C’est mon réalisateur Ponpon qui m’a parlé de Léon. Je connaissais Gimenez E. depuis longtemps car dans le milieu son nom est très reconnu et je voulais vraiment travailler avec lui. Et pour les deux c’est vraiment parce que j’ai craqué sur leurs voix, leur univers et ils me touchent beaucoup.

On aura le plaisir d’entendre l’album sur scène par la suite ?

Oui on met ça en place doucement. On forme l’équipe pour essayer de reconstituer au mieux l’univers lors des concerts.

loretta-find-a-way-cover

Le Mediateaseur remercie Loretta de nous avoir parlé avec tant de passion de son album Find a way. Si vous voulez faire plaisir à vos oreilles, écoutez le sans plus attendre.

Nous vous laissons avec le clip du nouvel extrait The Wonder That You Are.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *