Interview : Lindsey Stirling

lindsey-stirling-interview-mediateaseur-home

Après l’avoir mise en avant ici sur notre site en découvrant son talent, nous avons eu l’immense plaisir de pouvoir nous entretenir avec Lindsey Stirling.

La jeune artiste qui séduit le monde avec son violon et qui accumule des millions de vues de ses vidéos nous a accordé un peu de son temps pour discuter de son album éponyme.

Bonne lecture,

 

 

***** 

 

 

Bonjour Lindsey,

Votre album sort en France, êtes-vous heureuse de recommencer la promotion dans un nouveau pays ?

Absolument, en plus la France est un pays que j’adore.

Vous avez déjà joué chez nous, notamment à L’Olympia, quel est votre rapport avec la France ?

Je dois dire que les Français ont toujours été parmi mes fans les plus énergiques, enthousiastes et bruyants (rires). C’est un public incroyable ! J’aime jouer en France parce que l’énergie ici me gonfle à bloc pour ma performance, et ça fait une grande différence.

12 titres sont présents sur l’album, pouvez-vous nous parler de votre méthode de composition ?

J’ai essayé de travailler avec des pianistes et des guitaristes au moment de l’écriture, mais j’ai eu du mal à ressentir la musique ou à trouver l’inspiration. Ma créativité émerge lorsque j’ai un rythme sous-jacent avec lequel jouer. Je commence toujours un morceau en travaillant avec un producteur. Ensuite j’essaye d’ajouter le violon par-dessus. Si je suis inspirée par le morceau, l’écriture vient assez facilement. Si je ne le suis pas, je reprends tout depuis le début avec un nouveau morceau.

Comment et quand est venue l’idée de mélanger le violon avec d’autres styles musicaux ?

J’aime tous les styles musicaux, du classique à la pop en passant par tout ce qu’il y a entre les deux. J’ai reçu une formation classique depuis l’âge de six ans, mais en grandissant j’ai commencé à éprouver un « épuisement » de ce style musical. J’ai désespérément cherché à jouer autre chose, à apprendre le violon et à jouer de la musique populaire. Alors lorsque l’on m’a proposé de rejoindre un groupe de rock, j’ai bien sûr accepté. Cette expérience m’a donné le courage de commencer à jouer « en dehors du cadre ». J’ai appris à bouger en jouant, à improviser et à maîtriser plus de mélodies. J’ai présenté ma première chanson lors de l’Arizona Jr. Miss Pageant (que j’ai remportée). Le fait d’avoir ajouté la danse à ma performance a impressionné les juges et comme ça a fonctionné une fois, j’ai continué. Lors de ma première année à l’université, j’ai mis en ligne une première vidéo virale. Son succès est la raison pour laquelle j’ai été contactée par America’s Got Talent et j’ai décidé de participer à l’émission.

Cet album est éponyme, est-ce parce qu’il vous ressemble à 100% ?

Le plus grand challenge lors de la création de ce deuxième album a été qu’il me ressemble, sans qu’il ressemble au précédent. J’ai décidé de travailler avec plusieurs nouveaux producteurs et je pense que ça a fait la différence. Je suis vraiment ravie du résultat et suis impatiente de voir si mes fans seront du même avis. Je suis tellement nerveuse.

Il y a 4 remix sur l’album, vous-vous êtes impliquée sur le choix final ?

Absolument. J’aime participer au processus créatif et en garder le contrôle sur la création. Si je ne suis pas satisfaite à 100% d’une chanson, je refuse qu’elle figure sur l’album. C’est un gage de qualité.

Il comporte également une reprise de My Immortal d’Evanescence, quel est votre rapport avec ce titre ?

J’aime énormément Amy Lee et je suis une fan de longue date de My Immortal. J’ai grandi avec cette chanson  mélancolique, ardente, passionnée et émouvante. Elle m’a touchée. C’est vraiment la chanson qui m’a fait aimer Evanescence.

C’est un exercice que vous appréciez, les reprises ?

Absolument. L’une des meilleures choses dans le fait d’enregistrer des reprises c’est que ça me donne l’opportunité de « me déguiser ». (rires). J’aime tenir compte des demandes de mes fans, même si mon «  job de tous les jours » ce sont mes chansons originales. Il n’y a rien que j’aime plus que créer et jouer ma propre musique. 

Le nouvel extrait de l’album est Stars Align, êtes-vous contente de son accueil ?

Vous savez, je suis heureuse la plupart du temps. La plupart des gens ont vraiment l’air d’aimer la vidéo et d’apprécier l’effort supplémentaire que j’ai fourni dans le scenario et les images. Avec ça, j’espérais avoir encore plus de vues sur Youtube. Quelques fans se sont plaints du fait que je m’éloignais de mes « racines » (des tournages en extérieur au milieu des champs, montagnes ou forets). Mais honnêtement, je n’avais pas les moyens pour tourner dans l’espace (rires), le fond vert et les effets spéciaux étaient la meilleure solution. Je me suis tellement amusée et épanouie en créant ce clip. J’ai pu travailler avec des personnes incroyables qui m’ont aidé à rendre possible l’impossible. Je pourrais le recommencer.

Il est accompagné d’un clip une fois de plus très visuel, vous donnez votre avis sur ce qui concerne votre image ?

Je parle un peu de ça dans ma seconde chaîne YouTube (visible ici). J’avais une idée précise de ce que je voulais pour cette vidéo, mais pas la moindre pour  la réaliser (rires). Au moment des échanges avec « Play Fight » pour la création des effets spéciaux, je les ai appelés de nombreuses fois pour faire des suggestions, apporter des idées ou changer un peu l’histoire. Ils auraient vraiment pu s’énerver après moi (rires). Honnêtement, je ne pouvais imaginer à quel point ils parviendraient à rendre vivant ce que j’avais en tête. Et ils m’ont quand même sidéré. Ils sont incroyables !

Pour ceux qui n’ont pas encore pu vous voir sur scène, ce sont des moments visuels aussi ?

Dans les tournées précédentes, je jouais toujours devant un grand écran, avec des lumières, des projections et quelques effets. Ici, en revanche, vous pouvez vous attendre à plus de lumières, plus d’effets spéciaux, plus de personnes sur scène (danseurs…) si c’est possible.

Avant de vous laisser aura t’on le plaisir de vous revoir prochainement en concert chez nous ?

Oui ! Je viendrais à Strasbourg, Lyon, Paris et Lille en octobre et novembre 2014. J’en suis très impatiente !

lindsey-stirling-cover

Le Mediateaseur remercie Lindsey Stirling de nous avoir fait l’honneur de s’arrêter sur notre site. Nous espérons vous avoir donné envie de découvrir son album éponyme déjà dans les bacs.

2 thoughts on “Interview : Lindsey Stirling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *