Interview : Mehdi Omaïs

mehdi-omais-interview-mediateaseur-home

Le jour du lancement du site, je parlais de son dernier roman, cela en fait donc une sorte de parrain pour cette catégorie. Lui, c’est Mehdi Omaïs à qui l’on doit Le Livre Perdu et qui est mon invité aujourd’hui.

Mehdi a 26 ans et Le livre perdu est son 3ème roman après La mort est belle et Le troisième Enfant. Afin de vous donner envie de découvrir ce livre et son univers, Mehdi a accepté de répondre à mes quelques questions. Place donc aux réponses du parrain pour cette dernière interview de l’année 2009. Bonne lecture.

 

***** 

 

Bonjour Mehdi,

Le livre Perdu est ton 3ème roman, comment t’es venue l’idée de cette histoire ?

J’adore les livres, ce sont des fenêtres vers des univers parallèles où je me rends le plus souvent possible. J’aime également les vieilles librairies, qui ont une âme véritable. J’ai donc décidé, dès les balbutiements du projet, de placer le début de l’intrigue dans une librairie regorgeant de livres rares. J’ai ensuite décidé d’en faire le théâtre d’un coup de foudre entre un personnage en quête de lui-même et un livre particulier. Il fallait que le protagoniste développe un rapport fusionnel immédiat avec le roman découvert. Une fois ce rapport établi, il était question de trouver la cause de la perte du livre. Et, j’ai naturellement pensé à un attentat où beaucoup de choses se perdent : des hommes, des femmes, des enfants, des innocences, des souvenirs et dans une échelle beaucoup (beaucoup) plus négligeable, des objets.

C’est ton 3ème livre en 3 ans, c’est le hasard où tu t’imposes un rythme de travail ?

Je dois dire que depuis trois ans, l’inspiration est présente, au quotidien, avec une fidélité à toute épreuve. J’essaye, comme me le permet mon emploi du temps, d’écrire le plus souvent possible. L’écriture est une bonne malédiction. Elle me force à l’embrasser quasi quotidiennement tout en me mettant dans une dépendance hallucinante. Certes, j’essaye de ne rien m’imposer de peur de corrompre mon écriture.

Dans le Livre Perdu, on suit le personnage d’Hassan, y a-t-il un peu de toi dans ce personnage ?

Les personnes qui me connaissent bien pourront entrevoir derrière quelques facettes du personnage une lueur de ma personne. Mais globalement, je partage très peu de choses avec Hassan, qui de tout évidence, est un personnage très fictif auquel chacun de nous pourra se retrouver.

La quête de ce livre lui fait faire des choses insensées, tu serais prêt comme lui à aller très loin pour la réalisation d’un projet ?

Je suis de nature jusqu’au-boutiste et prêt à sacrifier des pans de ma vie pour arriver à atteindre les objectifs que je vise. Seulement, Hassan a un courage et une pugnacité qui vire à l’obsession et je crois être plus pragmatique que lui dans le cadre des mes propres envies et ambitions.

Avec les recherches d’Hassan on voyage beaucoup, notamment au Sénégal mais aussi en Allemagne et aux Pays-Bas. Tu t’es rendu sur place pour les descriptions et les noms des lieux cités ou tu as fait des recherches ?

Quand j’écris, je me nourris beaucoup de mon vécu. Aussi, pour les morceaux de l’histoire ayant lieu à Cologne ou Amsterdam, il était primordial que je me rende en Allemagne et aux Pays-Bas pour décrire au mieux les villes et les atmosphères qui s’en dégagent. Je voulais que le lecteur plonge dans des univers complètement différents et soit aussi dépaysé que le personnage principal dans sa quête.

Il est soutenu et entouré par certaines personnes, là aussi pour les personnages « secondaires » tu t’es inspiré d’observation pour leur caractère ou c’est ton imagination ?

Les personnages secondaires ont une importance primordiale dans l’histoire et dans l’évolution de l’état psychologique d’Hassan. Pour les construire, je n’ai pas eu recours à une « transposition romanesque » de personnes que je connais dans la vie. Certes, il est probable, inconsciemment, que certains d’entre eux ressemblent de près ou de loin à des personnes croisées au fil de mon existence.

Dès le début du livre, on est pris dans l’histoire, surtout grâce à ton style dépouillé, tu le travailles ou c’est naturel ?

Lorsque j’écris, je ne pense pas à mon style. Je travaille le plus naturellement possible mais j’effectue d’immenses relectures, allant même jusqu’à lire mes ratures comme disait Roland Barthes. Je livre une attention maladive aux corrections, en essayant d’apporter le plus de rondeurs possibles aux phrases de façon à ce que le lecteur lise avec fluidité, sans buter sur des mots ou des virgules disgracieuses.

Il y a des auteurs dont tu sens proche ou qui t’ont donnés envie de faire ce métier ?

Non, j’essaye d’être le plus singulier possible quand je me lance dans la création d’un nouveau roman, en m’affranchissant de l’influence que peuvent m’offrir certains auteurs. Mais, il est clair que beaucoup d’écrivains se nourrissent de leurs propres lectures. Je suis écrivain… mais lecteur avant tout ! Mes goûts littéraires sont très variés. Je voue un amour infini à l’œuvre de Yasmina Khadra, d’une cohérence et d’une beauté sidérantes. J’adore Bret Easton Ellis, Hubert Selby Jr., Jonathan Tropper, Coetzee, Cormack McCarthy, Albert Camus, Laurent Gaudé et tellement d’autres.

Tu as des projets sur un prochain roman dont tu pourrais nous dire quelques mots ?

Oui, j’écris un 4ème roman sur le déracinement. Je n’en dirai pas plus.

Pour finir, aurais-tu un petit mot à adresser aux lecteurs en cette fin d’année ?

Aux internautes du Mediateaseur,
En espérant que mon univers littéraire saura vous toucher à sa manière. Bonne recherche du livre perdu et bonne année 2010, avec, je l’espère, des lendemains solaires.
Chaleureusement

Merci à Medhi Omaïs pour son temps et sa simplicité.

cover-le-livre-perdu

Le Livre Perdu est paru aux Editions Alphée – Jean-Paul Bertrand. Il est évidemment toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et c’est un très bon cadeau pour les fêtes. Pour celles et ceux qui voudraient commencer l’année avec ce roman, Le Mediateaseur vous informe déjà que 5 exemplaires seront à gagner dès début janvier. 

2 thoughts on “Interview : Mehdi Omaïs

  1. ah la la…
    cette interview m’a encore + donné l’envie de le lire…de me perdre dans ce livre pour 2010, voilà la résolution !

  2. Super contente d’avoir gagné le livre, j’en ai lu les 2/3 en 1h30, vivement ce soir que le finisse !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *