Interview : Thierry Cham

Le chanteur Thierry Cham s’est fait connaître du grand public il y a quelques années avec le titre Océan. Même si ensuite sa carrière a été moins médiatisée auprès du grand public, l’artiste n’a jamais cessé de faire de la musique et d’avoir un public fidèle qui le suit dans son parcours.

Alors qu’il est actuellement en studio pour finaliser son tout nouvel album, Thierry a accordé il  ya quelques temps une interview pour Le Mediateaseur. Nous avons évoqué ce futur album et les influences du chanteur.

Le premier single Ecoute-moi est déjà en rotation et vous pouvez découvrir le clip en fin d’interview. Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour Thierry,

Avant que l’album ne sorte d’ici quelques temps, pouvez-vous nous parler de ce qu’on retrouvera dans ce disque ?

Ce que l’on va retrouver, ça sera vraiment une déclinaison du nouveau single Ecoute-moi. A travers des sonorités pop, afro pop et avec un peu de zouk, zouk love. Finalement la musique que j’ai toujours faite. Avec un côté plus acoustique et organique aux niveaux des sons.

Où allez-vous chercher votre inspiration pour créer ?

L’inspiration, elle est un peu de partout. Une bonne partie de mon quotidien, observer les gens, les histoires qu’on se raconte et aussi des choses que j’imagine. On ne sait jamais vraiment d’où ça vient et on ne peut pas trop expliquer ce qui fait le déclic. En tout cas, c’est beaucoup ce qui m’entoure.

Il en est où l’album actuellement ?

Je suis encore en studio, c’est un vrai chantier. Je continue d’écrire et de travailler sur des chansons. On espère terminer dans les temps car l’album est prévu au mois de juin si tout va bien. On va quand même prendre le temps de faire les chansons et de choisir les bonnes à mettre dans l’album. Je pense qu’il ne faut pas précipiter car on a une date butoir. Ca sera les chansons que j’ai envie de chanter et que j’ai envie que les gens entendent. Je veux faire les choses bien.

Quand on est en studio comme ça, est-ce qu’on pense déjà à la sortie ?

C’est vrai que lorsque l’on est en studio, en ce qui me concerne, je ne pense pas vraiment à la sortie. Je fais les chansons, parfois on peut se dire « est-ce que ca plaira ou pas au public ?» mais je ne veux pas me mettre la pression sur le dos. Je fais au ressenti, je chante les textes qui me font vibrer et je me dis que si ça me plait, il y a des chances que ça plaise à d’autres. Vraiment pas de pression.

On peut dire, sans être méchant, que vos albums ont plus ou moins de succès auprès du grand public. On y pense quand on revient avec un nouvel album ?

On voudrait tous étendre le succès de ses albums, c’est vrai que les précédents ont eu beaucoup de succès mais plus dans la communauté afro antillaises. Que ce soit Antilles ou les pays de l’Afrique francophone. C’est vrai que s’il faut prendre au niveau national, c’est une autre approche. Là, je pars un peu à la conquête d’un public qui ne me connaît pas ou qui m’a connu il y a très longtemps. C’est la question un peu, est-ce que ça va plaire. Je fais la musique que j’aime en espérant que ca plaise.

Cet album est porté par le premier extrait Ecoute-moi dont vous parliez plus haut. Il trouve sa place sur les médias, vous êtes content de l’accueil ?

Oui je suis content car je me rends compte qu’il y a une bonne accroche sur cette chanson. J’ai des retours positifs, y compris de mes fans qui me connaissent un peu plus zouk qu’avec ce morceau qui est plus pop et afro beat. C’est un nouveau genre qui réunit tout le monde et ça me ressemble un peu car je viens des Antilles et là-bas c’est un véritable brassage culturel. Je pense que ce morceau est une bonne mise en avant pour l’album qui va suivre.

Ce brassage justement sur le single, c’était voulu ou ça s’est fait en travaillant ?

C’était voulu car je voulais apporter et faire quelque chose de différent de ce que je fais d’habitude. Ma musique va sur d’autres terrains et c’est ce côté cross-over plus grand public que je voulais apporter. Ca me représente et en même temps aussi ce que les artistes Antillais savent faire, ce n’est pas que cantonné à faire du zouk, de la biguine ou du reggae. C’est ce que je veux montrer aujourd’hui.

Moi personnellement j’aime beaucoup le clip avec cette idée de la corde (voir le clip en bas d’interview). Vous vous êtes impliqué dans l’idée ?

L’idée est venue du réalisateur Emile. On m’a proposé beaucoup d’idées et j’ai retenu celle-ci car j’aimais bien le coup de la ficelle. Après on a développé car je voulais qu’il y ait du rythme et de la dynamique dans les images pour suivre le rythme de la chanson. Emile a su mettre tout ça en image et je suis très content du résultat final. Tout est dans ce clip.

Merci beaucoup à Thierry Cham pour sa gentilesse et sa disponibilité. Le Mediateaseur ne manquera pas de vous tenir informé de la suite des évènements pour cet artiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *