Interview : Jena Lee

jena-lee-interview-mediateaseur-home

En septembre est sorti Ma référence, le deuxième album de la jeune artiste Jena Lee. Un album avec lequel la chanteuse est partie rapidement à la rencontre de son public sur les routes de France.

Après une pause de quelques jours, la tournée reprendra le 7 décembre à Monaco. Nous avons profité du peu de repos de Jena Lee pour lui poser quelques questions sur l’accueil de cet album et son amour de la scène.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour Jena,

Ton album Ma référence est sorti il y a un peu plus d’un mois maintenant, quels sont les retours que tu en as ?

Pour l’instant le public aime beaucoup les chansons, je vois beaucoup de messages sur ce qui est Facebook ou Twitter donc c’est assez agréable. Et je le vois aussi en live car les gens connaissent déjà les paroles des nouvelles chansons.  Et ça, ça fait vraiment plaisir.

Tu as eu un peu la pression avant la sortie de ce nouvel opus ?

Oui oui j’ai eu peur, j’ai tout le temps peur et d’ailleurs j’ai encore peur (rires). C’est vrai qu’après un premier album qui a eu un petit succès quand même, c’est dur d’arriver avec un deuxième, surtout avec la crise dans la musique c’est devenu très difficile de durer. Je me disais donc « merde » est ce que c’est ma dernière cartouche, est-ce que ça va prendre ou pas. J’ai toujours peur de perdre ce que j’ai.

Est-ce que cette pensée t’a motivée, ou à l’inverse freinée, dans l’écriture des nouveaux textes ?

Non car quand j’écris, je ne pense vraiment pas à comment les gens vont recevoir la chanson. J’écris sur ce qui me fait envie, ce qui me fait kiffer, sur ce qui m’énerve, sur mes sentiments, mais pas par rapport aux gens. Je me dis que si ça plait tant mieux sinon tant pis. C’est ce que j’avais fait sur le premier album et je n’ai pas voulu changer cette démarche.

Sur cet album on retrouve 3 duos, peux-tu nous dire qui a été vers qui pour ces collaborations ?

Pour Orelsan, par exemple, c’est moi qui lui ai demandé et il a mis 3 ans à accepter (rires). J’étais fan de son écriture. Après pour Eskemo, on était dans la même maison et on est devenus amis, ça s’est fait tout seul en fait sur la plage à Biarritz, on n’a pas réfléchi. Et il y a aussi celui avec JLB des PZK, ce duo c’était une chanson dans laquelle il me manquait vraiment une partie dans le bridge et je me suis dit qui irait dessus, et c’est la première personne qui m’est venue à l’esprit. On est amis et il a accepté.

Tu es actuellement en tournée avec cet album, comment ça se passe dans la salle ?

Super bien, et même beaucoup mieux qu’avec le premier album car en fait sur le 1er, il y avait beaucoup de chansons tristes ou calmes et là dans le nouveau, il y a plus de chansons rythmées et ça aide aussi pour communiquer avec le public. Ils peuvent participer, taper dans les mains, je peux aller plus vers eux qu’avant et c’est cool.

Justement j’allais te demander si l’expression « plus joyeux » en parlant de cet album par rapport au précédent te convenait.

Oui j’ai tout fait pour, car je voulais montrer une autre personnalité que j’ai et puis aussi j’ai passé un petit cap. Je ne suis plus du côté mal-être adolescent, donc je voulais parler de thèmes un peu variés.

On peut voir le changement de rythme dans US Boy par exemple, qui est le premier single.

Oui c’est un titre sympathique, un peu léger et à prendre au second degré (rires).

Les personnes citées dans cette chanson sont des gens que tu apprécies ou ils se sont retrouvés là comme ça ?

Oui je les aime bien. Après c’est les références que j’ai moi en matière de séries ou de chanteurs. La culture américaine influence beaucoup les jeunes donc moi aussi évidemment.

Pour en revenir à la scène, peux-tu nous dire à quoi ressemble un concert de Jena Lee ?

Et bien en général ça ne ressemble pas du tout à ce que l’on pense. Les gens, quand ils viennent me voir, ils s’attendent à quelque chose et ils ont quelque chose de totalement différent.  On penserait à un show R’n’B, peut-être avec un DJ, des danseurs, et non. C’est un show purement live avec des musiciens qui viennent du métal, il y a vraiment un côté rock, il y a très peu de bande, les musiciens sont déchainés, il y a vraiment une bonne ambiance sur scène car c’est une vraie complicité. Donc ce n’est pas du tout ce à quoi on peut s’attendre.

Tu te produiras à L’Elysée Montmartre à Paris le 5 février 2011. C’est une date comme les autres pour toi ?

Paris, c’est toujours cool car il y a la maison de disques qui vient en général, car c’est Paris. Il y a aussi plus de pression car plus de personnes du métier et le public est un peu plus adulte aussi contrairement à certaines régions de France. J’aime bien le public de Paris car il participe plus aussi.

jena-lee-ma-reference-cover

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Jena Lee pour sa gentillesse et sa disponibilité. C’est une artiste avec qui il est très agréable de discuter. L’album Ma Référence est toujours disponible dans les bacs.

Jena Lee se produira sur scène notamment le 7 décembre à Monaco, le 28 janvier à Bruxelles, le 5 février à Paris, le 8 à Marseille et le 12 à Lyon.

One thought on “Interview : Jena Lee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *