Interview : Melissmell

melismell-interview-mediateaseur-home

Nous vous avions parlé ici de la chanteuse Melissmell en vous faisant découvrir le clip de son premier titre Aux armes.

Depuis l’album Ecoute s’il pleut est sorti dans les bacs et la jeune artiste bénéficie d’une jolie présence dans les médias. Début février, Melissmell a même remporté le Prix du public et le Prix du jury au dernier prix Georges Moustaki qui récompense les artistes indépendants et autoproduits.

Pour nous parler de ces prix mais aussi de l’album et de la scène, Melissmell nous a accordé une interview en toute décontraction. 

Bonne lecture.

 

***** 

 

Bonjour Melissmell,

 Pour commencer, tu viens d’obtenir 2 prix au dernier prix Georges Moustaki. Est-ce que ça te fait plaisir ce genre de récompense ?

Ça ne peut faire que plaisir car c’est une première reconnaissance. Il y avait eu Montauban mais on était arrivés deuxième du prix public, c’est déjà très bien car on était en face de Carmen Maria Vega qui n’est pas facile à dépasser. Après les reconnaissances ce n’est pas tout, le principal c’est que le public suive.

Ça te « réconforte » un peu dans ton travail ?

Moi je ne m’attendais pas du tout à gagner le prix du jury. Celui du public, je m’y attendais un petit peu car lorsque l’on est sur scène, il y a un véritable engouement. Mais les pros ont plus ou moins renié jusqu’à présent Melissmell. Je me dis enfin ils nous reconnaissent comme étant un projet artistique de qualité et présent sur la scène française. C’était réconfortant et ça m’a soulagé pour les prochains concours ou tremplins.

Ton album est sorti il y a 3 semaines maintenant, tu as déjà des retours ?

Oui. Ceux qui connaissaient déjà Melissmell avant la sortie de l’album, en général n’ont pas été déçus et ont plutôt bien apprécié la chose. Même si sur la scène c’est beaucoup plus puissant, c’était très difficile de mettre cette rage dans un album. C’était la première chose à réussir à faire de garder nos amis derrière nous, tout en essayant de s’ouvrir aux autres. Et pour ceux qui découvrent après coup, car c’est quand même 5 ans de travail, ont été très heureux. Et ça risque de leur faire un petit choc émotionnel en nous voyant sur scène (rires). 

C’est ton premier album qui vient de sortir, peux-tu nous dire un peu de quelle manière tu l’as travaillé ?

Pour les mélodies, il y a des dizaines d’années de travail. Pour les chansons, certaines sont là depuis 5 ans, d’autres depuis 1 ou 2 ans. Je n’ai pas créé de chansons exprès pour l’album. Elles étaient déjà là et ça me paraissait évident que j’associe celles qui étaient les plus cohérentes pour un premier album et une présentation au public. Il y a 2 morceaux seulement écrits par Guillaume Favray qui sont arrivés 1 mois et 15 jours avant la fin de l’album.

On parlait de la scène justement, le public n’a pas encore eu l’occasion de te voir en live, tu as déjà commencé à travailler sur l’adaptation des titres pour les concerts ?

On a travaillé en résidence. Moi je travaille beaucoup en amont, par exemple, je fais ce premier album sur scène mais je pense déjà au prochain. Je prépare mes billes pour un autre album et j’aurai toujours 1 ou 2 ans d’avance pour ne pas être dans le stress. Je n’aime pas écrire des chansons à la dernière minute pour avoir du recul et savoir les défendre.

Et ça ressemblera à quoi ? On peut avoir quelques petites informations ?

Au niveau musical ça sera basse, batterie, guitare, violoncelle et voix, avec un piano. Il n’y aura pas le quatuor à cordes et tout ça. C’était un petit plus pour l’album et sur scène on va rester un peu plus brute, pour garder la spontanéité.

 Livret 16P-Melismell [VECTO].indd

Le Mediateaseur remercie une fois de plus Melissmell pour sa sympathie et sa fraicheur. L’album Ecoute s’il pleut est toujours disponible dans les bacs et vous pouvez consulter toutes les dates de concerts de Melissmell prévues sur son site officiel en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *