Interview : No One Is Innocent

no-one-is-innocent-interview-mediateaseur

Début février débarquait dans les bacs Drugstore, le tout nouvel album du groupe de rock No One Is Innocent. Nous vous en avions parlé ici.

Afin de discuter de l’accueil de ce disque, de la scène et de leur manière de travailler, Kemar, le leader, et Shanka, le guitariste, ont accepté de répondre aux questions du Mediateaseur. C’est sous la terrasse couverte d’un hôtel parisien que s’est déroulé l’entretien que je vous propose de découvrir ci-dessous.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour à vous 2,

Le nouvel album de No One Is Innocent, Drugstore, vient de sortir il y a quelques jours. Comment vous sentez-vous ? Et êtes-vous content de l’accueil pour l’instant ?

Kemar : Plutôt bien, on a l’air en pleine forme non ? (rires). Il y a des bonnes critiques et 4/5 intégristes qui sont restés en 97 et qui nous disent « il n’y a pas assez de grosses guitares » etc…

Il y a pas mal de temps entre l’album précédent et celui-ci, c’est le temps de travailler ?

Kemar : On est parti 1 an et demi en tournée, après on s’est reposés un peu car on était lessivés et puis le temps de chercher. Chercher un son, une idée, où va-t-on aller ?, Pourquoi faire un nouvel album ? On se fait rares car on n’a pas envie de trop se répéter.

Pour chercher les idées et créer vos titres, comment fonctionnez-vous en tant que groupe ?

Shanka : On travaille beaucoup en home studio en fait. On pourrait croire que, vu le groupe, on répète tous ensemble à faire des bœufs jusqu’à 5 ou 6h du matin. Mais on travaille beaucoup en petit comité, 2/3 guitares, clavier etc… Et ça avance comme ça, par petites touches.

Kemar : On a abandonné l’idée d’être tous dans un studio car c’est compliqué déjà il y en a un à Lyon, un à Caen, et puis ça coûte des sous.

Vos textes sont souvent forts ou d’actualité, vous aimez vous servir de vos chansons pour faire passer des messages ?

Kemar : Oui, quand on a l’occaz de faire des télés ou des radios importantes et qu’on nous donne la parole, on n’a rien à perdre. Si on a envie de lyncher Marine Le Pen ou d’autres gens, on ne se prive pas. Il n’y a personne au-dessus qui va nous empêcher de le dire. Après ce qu’il y a d’intéressant dans l’écriture, c’est que ça devient un exercice de style. Il faut savoir manier le verbe et ne pas dire les choses frontalement juste pour les dire.

Shanka : Et puis aujourd’hui pour un groupe comme No One ou d’autres, quand on a la chance d’avoir une tribune et une voix, c’est un peu son devoir de s’en servir quand même. Mais il faut vraiment le faire de manière artistique et ne pas faire du name droping de base par exemple.

Cet album, vous le présentez déjà sur scène, comment s’est passé l’accueil des premières dates ?

Shanka : C’est marrant car No One est un groupe qui fait des albums à chaque fois différents, c’est un peu la patte, et les concerts c’est toujours autant le bordel, si tu me passes l’expression. On a l’impression qu’en live, ça ne redescend pas même si chaque album est différent.

Kemar : Faire un album c’est expérimenter quelque chose, arriver à faire sortir des compos qui nous surprennent encore nous-mêmes et qui nous donnent encore envie de faire de la musique. Et le live, c’est un truc un peu plus cohérent car il y a l’énergie qu’on donne sur scène.

Il y a eu très peu de temps entre la sortie de l’album et les premières dates de concert. C’était quelque chose de voulu de votre part ?

Kemar : Parce que sortir un album c’est toujours un prétexte à partir en tournée donc plus tôt on fait des concerts, plus on est contents.

Il n’y a pas encore de clip pour soutenir l’album en télévision ou sur le net. C’est prévu qu’il y en ait bientôt un ?

Kemar : Il y a un clip qui va sortir très bientôt sur Drugs sur le net. Ça sera un clip interactif et de temps en temps il y aura des options de drogues, et selon sur quoi va cliquer l’internaute, il va arriver différentes choses. C’est un morceau qui respire un peu la fête et on voulait surtout éviter un clip où l’on voyait simplement des gens danser. Et après, il y aura un clip sur Qui je suis qu’on est en train de tourner.

noii-drugstore-cover

Le Mediateaseur remercie encore Kemar et Shanka pour leur disponibilité. Nous vous rappelons que l’album Drugstore est toujours disponible et que le groupe est actuellement en tournée dans toute la France. No One Is Innocent se produira le 17 mars prochain à La Cigale (Paris), pour les autres dates, rendez-vous sur leur site officiel en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *