Interview : Julie Debazac

julie-debazac-interview-mediateaseur-home

Nous vous disions la semaine dernière qu’il ne fallait pas rater la série Empreintes Criminelles diffusée sur France 2. Avec un sujet encore jamais abordé comme les débuts de la police scientifique, un montage et de la musique modernes et un casting de bons comédiens, nous avions beaucoup apprécié les 6 épisodes.

Nous vous proposons aujourd’hui l’interview de l’une des actrices principales, à savoir Julie Debazac. L’occasion pour nous de savoir ce qui lui a plu à elle dans cette série et dans son rôle. C’est une comédienne très agréable et passionnée que nous avons découverte lors de cet entretien.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour Julie,

Vous interprétez Léa Perlova dans la série Empreintes Criminelles. Pouvez-vous nous dire de quelle manière vous êtes arrivée sur ce projet ?

C’est assez simple, c’est le réalisateur Christian Bonnet qui m’a appelée directement. J’avais tourné avec lui il y a quelques années de cela, et il m’a appelée en me disant : « Julie j’ai lu le scénario, il y a un personnage qui me fait penser à toi, lis-le et dis-moi ce que tu en penses ». Et ça, c’est très agréable qu’un réalisateur ait autant envie et soit aussi enthousiaste. Je suis très très heureuse car quand c’est comme ça, on sent aussi le désir du réalisateur que ce soit vous qui fassiez le rôle. Mais après, j’ai passé des essais comme, je pense, tous mes camarades de la série.

Quels sont le ou les points précis qui vous ont vraiment donné envie à la lecture du scénario ?

Déjà le fait que ce soit dans les années 20 et que ce soit le démarrage de cette police scientifique. Le fait aussi que ce soit des personnages qui cherchent. Ils commencent dans leur métier donc il y a plein de pistes possibles. J’ai aimé le côté originale, voire même avec un peu d’humour, lorsqu’ils sont sur une enquête. C’est vraiment les prémices de toutes les séries américaines que l’on voit aujourd’hui et donc ils doivent chercher et ont le droit de se tromper. Le droit à l’erreur est intéressant aussi pour un personnage, je trouve. Mon personnage m’a plu dans son ambivalence, dans sa complexité, et aussi dans son côté femme qui impose ce qu’elle veut dans une époque où ce n’est pas simple.

C’est vrai que votre personnage est assez fort et qu’on met un petit temps à cerner Léa.

Au départ oui, on se dit est-ce que son rôle est bien défini ?. Et c’est ce qui est excitant aussi pour un comédien, c’est de pouvoir tenter de mettre différentes pistes pour que l’on s’attache au personnage. Ce n’est pas toujours simple, mais c’est un plaisir.

Avez-vous pu apporter quelques idées personnelles à votre personnage ?

Alors touche personnelle, pour ça on a vraiment une marge très très fine parce que ça va très vite sur le tournage. On nous donne le scénario tel qu’il est et on ne change rien. C’est à nous dans, ce qui nous est donné, d’apporter un regard, un non-dit, de demander des choses au réalisateur. Moi dans ce métier, c’est ce qui me passionne, de faire ça, mais ça dépend des scénarios (rires).

Même s’il y a des coups bas, l’équipe est assez soudée et on sent une certaine confiance. L’ambiance était la même sur le tournage ?

Dans le choix des comédiens, Pierre Cassignard, je le connaissais du théâtre et je l’apprécie beaucoup. Les 3 autres jeunes comédiens (Arnaud Binard, Cassandre Vittu et Alexandre Steiger NDLR) je les ai découverts et avec plaisir car on a formé une famille de comédiens. Quand je dis famille, c’est-à-dire des gens qui aiment le texte, qui ont un réel plaisir de travail et c’est donc aussi un plaisir de jouer avec eux. C’est très important car ce n’est pas toujours le cas, il peut y avoir des rivalités ou des peurs, mais là pas du tout du tout. On s’est retrouvés il y a peu pour la promo et c’était un vrai plaisir.

Le grand public vous a connue en avocate dans Avocats & Associés, dans cette nouvelle série vous êtes dans la police. L’univers judiciaire est quelque chose qui vous a toujours attiré et ce sont vraiment des choix de carrière ?

Tout ce qui est judiciaire ou policier, je trouve toujours intéressant la dynamique du scénario où il y a une résolution. J’adore lire des polars, ça me détend (rires). Les personnages sont souvent complexes et c’est vrai que ce genre est assez passionnant.

empreintes-criminelles-logo

Le Mediateaseur remercie encore une fois Julie Debazac pour sa disponibilité et sa grande gentillesse. Ne ratez pas ce soir les 3 derniers épisodes d’Empreintes Criminelles sur France 2 partir de 20h35.

L’actrice sera sur les planches à partir d’avril prochain dans une toute nouvelle pièce, et nous ne manquerons pas de vous en parler en temps voulu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *