Interview : Alexandre Pesle

alexandre-pesle-interview-mediateaseur-home

Nous vous présentions ici, il y a quelques semaines déjà, notre chronique de la pièce Conversations avec ma libido.

Après avoir eu un petit peu de mal à se caler ça, j’ai réussi à avoir le vrai plaisir de poser quelques questions à Alexandre Pesle, l’un des acteurs de ce spectacle. Nous avons abordé l’ambiance dans le trio, les méthodes de travail ou encore la genèse du projet de manière très détendue. Un entretien à lire ci-dessous.

Bonne lecture.

 

*****

 

Bonjour Alexandre,

Tu interprètes le rôle d’Antoine dans la pièce Conversations avec ma libido, peux-tu nous dire comment tu es arrivé sur ce projet ?

En fait Elénie (Laiou NDLR) et Patrick (Hernandez NDLR) ont pensé à moi pour le rôle et ils m’ont contacté sur Facebook. Je n’ai pas répondu tout de suite car j’ai de nombreuses sollicitations dans ce goût-là. Et puis 2/3 semaines après ils ont quand même insisté donc je me suis dit que ça devait être sérieux mais j’étais en tournée avec mon one man donc je n’ai pas pu les rappeler tout de suite. Et les 2 ont vraiment été adorables et charmants et quand j’ai vu qu’ils étaient très ouverts aux propositions de ma part, ça m’a réconforté dans l’idée que je risquais de bien m’entendre avec eux. C’est comme ça que ça s’est passé et ils ont pensé à moi dès le début soi-disant. Après je ne sais pas si Alain Delon a refusé ou pas mais ça a atterri dans mon jardin et j’étais très content.

Qu’est ce qui t’as vraiment fait accepter dans la pièce, l’histoire ou le personnage ?

Les points sont que je trouvais ça bien écrit, je voyais qu’il y avait de la comédie et que je pourrais m’y amuser follement et grandement. Ce qui m’a vraiment décidé c’est l’équipe, si j’allais être heureux à travailler avec cette équipe et à m’amuser à les voir tous les soirs. Et la présence aussi de Corinne (Puget NDLR) m’a décidé.

Tu connaissais certaines personnes avant la pièce ?

Je connaissais un tout petit peu Patrick car il avait écrit un peu pour Caméra Café. Et le hasard a voulu que je défende un peu Patrick sur des sketches qu’il avait écrits et je pense qu’il s’en est souvenu quelques années après. Et Corinne, pas du tout, on ne s’était jamais rencontré, mais c’était vraiment super marrant de se retrouver tous les 2 sur ce projet.

La pièce est co-écrite par une femme, la mise en scène est d’une femme, ce n’est pas trop dur cet univers féminin ?

Non c’est super. Pour le petit homme que je suis c’est magnifique. On s’est tout de suite bien entendu, on s’est trouvé des points en commun. Il y a des femmes que je n’aime pas, mais Elénie et Corinne n’en font pas partie. Et puis j’ai un peu la position de rêve, le garçon entouré de 2 superbes poulettes comme ça il y a de quoi faire son coq. Ce que je fais allégrement tous les soirs avec elles.

On voit que sur scène vous vous amusez beaucoup, est-ce qu’il y a parfois un peu d’improvisation ?

Je sais qu’Elénie n’est pas très fan de l’impro, donc avec Corinne on en fait peu, mais de temps en temps ça peut arriver. Il y a eu 2/3 fois où l’on est partis dans des fous rires mais c’est vraiment un tout petit petit peu. Mais Elénie n’aime pas trop donc comme c’est l’auteur on respecte sa volonté.

Et dans la salle aussi on s’amuse beaucoup.

Oui ça se passe de mieux en mieux, hier c’était complet, c’est super chouette. Ce n’est que du bouche à oreille et c’est super car c’est une part de risque dans ce qu’on fait. On ne sait pas à l’avance si ça va mordre et tout d’un coup ça plait, ça mord, les gens sont contents et il y a une ambiance rock’n’roll. Plus ça va et plus les gens applaudissent avant le spectacle, sont contents d’être là et c’est hyper agréable de commencer comme ça sans être obligé de les convaincre.

Le cadre du Petit Théâtre des Variétés se prête beaucoup en plus à cette ambiance bon enfant dans le public.

Oui le cadre est sympathique, on est prêt du public, c’est très sympa. Tous les soirs, on fait un petit mot et l’ambiance c’est vraiment la proximité et la chaleur.

Le texte est parfois assez cru, tu sais s’il a été facile de faire accepter la pièce par le théâtre ?

Nous on a eu la chance car on a proposé la pièce au théâtre et le théâtre l’a acceptée. Ça s’est assez bien goupillé en ce qui nous concerne, on n’a pas eu à « ramer ». Le théâtre nous fait confiance et du coup on est vraiment très chanceux, et on le sait.

conversations-avec-ma-libido-home

Le Mediateaseur remercie encore une fois Alexandre Pesle pour sa simplicité et sa gentillesse. Nous vous invitons une fois de plus à aller découvrir Conversations avec ma libido, sur scène cette pièce très drôle se joue jusqu’au 25 juin au Petit Théâtre des Variétés, avant une probable prolongation dans un autre lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *