Interview : Thierry Amiel et Nuno

thierry-amiel-nuno-resende-interview-mediateaseur-home

Nous vous annoncions ici la création du spectacle Adam & Eve, la seconde chance par Pascal Obispo. Depuis vous avez dû en entendre parler un peu partout, sauf si vous êtes sur une autre planète.

Parmi le casting figurent Thierry Amiel, qui a le rôle principal d’Adam, et Nuno Resende, un habitué des comédies musicales qui joue Snake. Ce sont justement nos 2 invités du jour en interview. Nous avons eu le plaisir de rencontrer ces 2 artistes très sympathiques autour d’un café le mois dernier, certaines réponses vous le feront comprendre. Nous espérons que cet entretien publié ci-dessous dans son intégralité vous plaira.

Bonne lecture.

 

***** 

 

Bonjour tous les 2,

Vous faites partie du casting d’Adam & Eve, la seconde chance. Pour débuter l’interview, pouvez-vous nous dire de quelle manière vous êtes chacun arrivés sur le projet ?

Thierry : Alors moi, c’est à la fois tout simple et étonnant. J’ai reçu un texto de Pascal Obispo, il s’était renseigné pour avoir mon numéro donc on m’avait dit qu’il allait sûrement m’appeler, et le texto disait « Salut Thierry, rappelle-moi ». Je savais qu’il préparait Adam & Eve donc je me suis dit que ça pouvait avoir un rapport avec ça. Il m’a demandé si sur le principe ça me brancherait de participer au projet avec le rôle d’Adam et si oui, il m’invitait chez lui dans le Sud dans sa maison de vacances pour me parler du projet. J’y suis allé en croisant les doigts pour que les chansons soient superbes, même si je n’en doutais pas, et pour que l’histoire soit sympa.

Nuno : Moi, j’ai passé un casting pour lequel nous étions quelques uns. Je suis passé au studio à Surennes, chez Pascal donc, et j’ai chanté une première fois. Il m’a fait revenir une deuxième fois, j’ai dû chanter une chanson du spectacle sur une voix témoin qu’il avait mis et j’avais une demi heure pour l’apprendre. Je l’ai faite à ma tonalité et là il m’a annoncé que c’était moi qu’il voulait pour jouer Snake. Il ne restait plus qu’à confirmer ça avec les autres partenaires.

Quel est le, ou les, point(s) précis qui vous ont vraiment fait dire oui ?

Thierry : Déjà la première chose quand je suis arrivé chez lui, il m’a parlé du spectacle avec enthousiasme. Moi, ma première interrogation c’était, « qu’est ce que ça va être Adam & Eve par Pascal Obispo ? », j’imaginais un truc génial. Et c’est le cas car depuis Starmania, c’est la première fois qu’il y a une comédie musicale avec une création inédite. Chez lui, il avait fait des gros panneaux où il collait des photos de ce qu’il imaginait pour les rôles, des idées des tatouages, des costumes, des décors, et il m’a montré tout ça. Je voyais direct que c’était très moderne et futuriste avec cet Adam qui est dans l’autre monde, qui ressemble à peu près au notre avec l’argent qui gère tout, et une Eve ou Snake dans un monde avec des gens exclus, et ils vont se rencontrer et essayer de faire changer Adam pour un monde meilleur. Tout était très positif et les chansons que j’ai chantées, ça collait très bien.

Nuno : Moi, c’est ça aussi, l’engouement que Pascal avait, la ferveur avec laquelle il en parlait, et puis aussi le gage de qualité. J’en ai faites d’autres, des comédies musicales, et là j’avais un rôle qui permettait de regrouper un peu toutes les qualités que je pouvais avoir assimilées depuis mes différentes expériences à savoir : il va falloir que je chante, que je danse et joue la comédie dans un registre que je n’ai jamais exploré. Il va falloir que j’aille chercher tout ça à l’intérieur de moi, et avec ce défi-là, tout était réuni pour que je dise oui évidemment.

Nuno, vous n’en êtes pas à votre première comédie musicale, c’est toujours un plaisir d’intégrer une nouvelle troupe et de partir sur ce genre de spectacle ?

Ah oui, chaque expérience est une nouvelle expérience et on apprend à chaque fois. Dans la comédie musicale, on est toujours confronté à pleins de métiers différents, que ce soit dans la technique, dans la vidéo, dans la lumière, avec les danseurs, et c’est incroyable d’être dans un univers où il y a tant de gens talentueux qui font des choses si différentes. On est imprégné de ça et comme je suis curieux de nature on apprend beaucoup et j’espère que dans 30 ans je n’aurai pas fini d’apprendre.

Thierry, pour vous, c’est une première cette ambiance de troupe, quand vous avez eu connaissance de l’histoire et des chansons, avez-vous tout de même un peu hésité avant de dire oui ?

A la base, je suis quelqu’un de plutôt anxieux qui se prend vachement la tête, je me pose beaucoup de questions. J’ai fait ça durant de nombreuses années et quand Pascal m’a parlé de ça, j’ai eu l’impression que c’était une bouffée d’air frais dans ma carrière solo. Et pour une fois, je me suis dit  » ne te prends pas la tête, tu as envie de quoi ? » surtout quand tu as Obispo au téléphone qui te demande « oui ou non ? ». Là, tu ne prends pas 4 heures et tu dis oui. Et depuis je me laisse porter par le truc, c’est agréable.

Vous êtes 7 dans l’équipe, vous connaissiez-vous déjà un peu les uns les autres avant de travailler ensemble ?

Thierry : Moi j’avais croisé Cylia, une fois comme ça, sinon je la connaissais à travers sa carrière, Solal aussi je le connaissais un peu avec Mozart, sinon les autres, non, on ne s’était jamais rencontré.

Nuno : Je connaissais Thierry forcément avec ses albums, Solal car on a travaillé ensemble sur Mozart et Liza (Pastor NDLR) car on était dans la même boîte de prod à l’époque des Demoiselles de Rochefort et elle était sur Belles, belles, belles. On avait des cours de théâtre et de danse en commun donc on se connaissait un peu.

Thierry a évoqué un peu l’histoire et son personnage un peu plus tôt, Nuno, pouvez-vous nous parler de Snake en quelques mots ?

Snake, c’est un petit peu le chef des rebelles, des gens différents qui ne sont pas dans les normes. Je suis la personne qui vient essayer d’ouvrir les yeux aux gens qui sont dans le monde d’Adam, ce monde fermé, militarisé, uniformisé. Je leur dis qu’il faut plus de diversité et s’amuser, et avec l’aide d’Eve et de Strawberry, on va leur montrer qu’il y a l’amour qui compte beaucoup.

Pour parler du spectacle en lui-même, où en est-il en ce moment ?

Nuno : Dans la tête de Pascal, les tableaux sont prêts depuis 1 an, après ils vont être adaptés à la faisabilité des choses sur le plateau.

Thierry : On a eu une première séance de répétitions pour commencer à fixer des chorégraphies et quelques déplacements. Et on reprend les répétitions du 16 novembre jusqu’au jour J pour voir toutes les chorégraphies. Et on a de la chance car à partir du 8 décembre on va pouvoir travailler sur scène avec les décors donc c’est très intéressant pour les déplacements, les timings et les interactions. On a vu aussi un peu les costumes et les maquillages et on a hâte de les essayer.

Vous avez une petite pause, avez-vous le temps d’aller voir les autres spectacles qui se font comme Dracula, l’amour plus fort que la mort ?

Thierry : Bien sûr, on y est allé. Il faut voir ce qu’il y a et ce que font nos collègues car il n’y a pas de concurrence. On se soutient et ils ont dit qu’ils viendraient nous voir aussi.

Et la reprise va être intense jusqu’à la première date, commencez-vous déjà à ressentir la pression ?

Nuno : On est tellement dans une énergie positive que non pas encore. On sait qu’on va vers un truc génial.

Thierry : Moi je n’arrive pas à imaginer car pour l’instant on répète dans une salle de danse. On bosse chanson par chanson, après il va y avoir les décors etc. Je n’arrive pas du tout à imaginer à quel point ça va vite ou non. Pour le moment je n’ai vraiment pas peur. Je suis très impatient de voir le produit fini pour voir si l’histoire finale sera aussi bien que ce qu’on pense depuis 1 an. Surtout de le faire en vrai car le voir ça va être plus compliqué (rires).

Le Mediateaseur remercie encore Thierry Amiel et Nuno Resende pour leur simplicité et leur gentillesse. Adam & Eve, la seconde chance sera au Palais des Sports de Paris dès le 31 janvier prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *